​​

Volte-face fiscale en France et légère remontée du PMI manufacturier en Chine

L'hebdo des économistes - 10/07/2017

En bref
  • Volte-face fiscale en France & légère remontée du PMI manufacturier en Chine
  • Focus États-Unis : réaccélération en cours de la croissance américaine

Analyses de Matthias van den Heuvel, Economiste, Lisa Turk, Economiste Etats-Unis et François Léonet, Economiste Marchés Emergents au sein de la Recherche Economique d’Edmond de Rothschild.

Volte-face fiscale en France

  • Une partie des allégements fiscaux ont été confirmés par le gouvernement français ce weekend, ce qui devrait soutenir la confiance des ménages, au plus haut depuis juin 2007

En zone euro, les indices PMI des directeurs d’achat ont été revu à la hausse dans leur version finale du mois de juin. L’indice composite passe désormais de 56.8 en mai à 56.3 en juin contre 55.7 dans sa version préliminaire. Malgré une légère baisse, il reste donc solidement en zone d’expansion ce qui conforte notre scénario de croissance dynamique au deuxième trimestre 2017. En France la tendance est similaire, avec des indices PMI finaux revu à la hausse. L’indice composite s’établit ainsi désormais à 56.6 en juin contre 55.3 dans sa version préliminaire, en faible baisse par rapport à mai (56.9).

Cependant, comme dans la zone euro, l’indice composite demeure à l’un de ses plus hauts niveaux depuis 2011. De plus, la confiance des consommateurs et des entreprises connait une hausse généralisée depuis l’élection d’E. Macron. L’indicateur de sentiment économique de la Commission européenne a ainsi grimpé de 106.2 en avril à 109.8 en juin, soutenu par l’ensemble des secteurs économiques. Les perspectives de croissance sont donc très bonnes en France à l’heure où le nouveau président français dévoile les détails de sa politique économique.

Lors de son discours de politique générale le 4 juillet, le premier ministre E. Philippe a indiqué que plusieurs baisses d’impôts initialement prévues pour 2018 devraient être reportées à 2019, comme la transformation du CICE en baisse de charges et le recentrage de l’Impôt sur la Fortune (ISF) sur l’immobilier. En effet, l’audit de la Cour des comptes demandé par le gouvernement avait confirmé que le déficit public pourrait atteindre 3.2% du PIB en 2017 et non 2.8% comme prévu par la Loi de finances. [...]

Légère remontée du PMI manufacturier en Chine

  • En Chine, le PMI manufacturier est légèrement remonté après une incursion en zone de contraction en mai. Ceci s’inscrit en ligne avec le ralentissement de la croissance, que nous anticipons à 6.6% en 2017
  • Les entreprises industrielles moyennes chinoises devraient continuer d’être affectées par la plus grande attention portée au contrôle des risques financiers et le durcissement des conditions de crédit

En Chine, l’indice des directeurs d’achat du secteur manufacturier publié par l’entreprise privée Caixin s’établit à 50.4 en juin, de retour en territoire d’expansion économique après une incursion en zone de contraction en mai. Il revient en ligne avec le niveau atteint en avril mais en-deçà de la moyenne de 51.3 atteinte au premier trimestre.

Le rebond de l’indice fait écho à l’amélioration des perspectives également constatée par l’indice officiel NBS, passé de 51.2 en mai à 51.7 en juin. L’écart de niveau entre les deux indices – et la meilleure tenue de l’officiel – s’explique par la différence de construction prévalant entre ceux-ci. Là où l’indice Caixin considère surtout les entreprises de petite et moyenne taille, l’indice officiel regroupe les entreprises de plus grande taille, souvent liées à l’état chinois. La meilleure tenue de ce dernier tend à illustrer la poursuite du soutien de l’activité économique en Chine par le relais des dépenses en infrastructures effectuées par les entreprises étatiques.

Les entreprises de plus petite taille sont davantage touchées par le durcissement des conditions de refinancement, conséquence de la volonté des autorités chinoises de contenir les risques financiers en modérant notamment la création de crédit. Le crédit informel nouvellement émis, dont dépendent significativement les entreprises de plus petite taille, s’est significativement contracté, passant de CNY 177 milliards en avril à CNY 29 milliards en mai. Aussi, même si les taux interbancaires se sont détendus depuis la mi-juin sous l’effet des injections de liquidités opérées par la People’s Bank of China, les banques commerciales ont tendance à favoriser l’octroi de crédit aux entreprises de grande taille, bénéficiant de la garantie implicite de l’état, plutôt qu’aux entreprises de moindre importance. [...]


Matthias van den Heuvel, Economiste, et de François Léonet, Economiste Marchés Emergents

 

 

Réaccélération en cours de la croissance américaine

  • Les derniers chiffres d’activité soutiennent notre prévision d’accélération mesurée de la croissance du PIB à 2.4% en glissement annuel au deuxième trimestre

  • L'augmentation des commandes en biens d’équipement et la réactivation de près de 100 appareils de forage depuis fin mars devraient porter l’investissement des entreprises

  • Nous anticipons toujours une croissance de 2.1% en moyenne en 2017 et une inflation supérieure à 2% au second semestre, ce qui permettrait à la Fed de monter graduellement ses taux


Au deuxième trimestre 2017, un vent de pessimisme a balayé les Etats-Unis. Les rendements longs sont tombés d’un plus haut de 2.6% mi-mars à 2.2% en moyenne en juin, les anticipations d’inflation sont temporairement retombées en-dessous de 2% et le pétrole a atteint 42.5 dollar le baril mi-juin. Pourtant, la croissance du PIB du premier trimestre a été révisée à la hausse, à 2.1% en glissement annuel, et les perspectives pour le deuxième trimestre sont bien orientées, avec une accélération anticipée à 2.4%. L’investissement des entreprises devrait en effet rester vigoureux, stimulé par la consolidation du secteur pétrolier. Quant à la récente baisse de l’inflation à 1.9% au mois de mai, nous anticipons que celle-ci se renforcera légèrement au deuxième semestre de l’année et dépassera 2%. Ainsi, les dernières données d’activité ne nous ne font pas modifier notre prévision d’une accélération modeste de la croissance, à 2.1% en moyenne en 2017.

L’investissement des entreprises devrait rester dynamique

Malgré la forte baisse des prix du pétrole au mois de juin, le nombre d’appareils de forage en activité s’est accru de 126% par rapport à l’année passée. Depuis le début du deuxième trimestre, 96 appareils ont été réactivés, contre 133 au premier trimestre. Ce moindre accroissement s’explique par la baisse du prix du pétrole, passé de USD 51.7 le baril au premier trimestre 2017 à USD 48.3 le baril en moyenne en juin. Bien que moins nombreuses, les nouvelles réactivations devraient stimuler les investissements en structures, machines et équipements des entreprises, et, comme en début d’année, contribuer à la croissance du PIB américain au deuxième trimestre, quoique de manière plus modérée qu’anticipé. Par ailleurs, si le pétrole reste durablement en-dessous de USD 50 le baril – seuil de rentabilité moyen de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis – certaines entreprises pourraient renoncer à réactiver leurs appareils de forage, voire à les désactiver. Un tel scénario pourrait limiter l’investissement des entreprises durant les prochains trimestres. Il convient cependant de préciser que le seuil de rentabilité varie fortement en fonction des entreprises et des régions, celuici pouvant tomber jusqu’à moins de USD 30 pour certaines entreprises pétrolières ayant réussi à baisser leur coût d’exploitation, mais pouvant également monter jusqu’à USD 70 pour d’autres. [...]

Lisa Turk, Economiste Etats-Unis au sein de la Recherche Economique d’Edmond de Rothschild