Une semaine rythmée par les publications de résultats

Analyse de marché - 28/07/2017

La semaine a été marquée par les publications de résultats d’entreprises et la baisse du dollar contre euro.

Jeudi, l’équivalent de 3000 milliards $ de capitalisation boursière ont reporté leurs résultats, ce qui en fait une des journées les plus chargées de ces 20 dernières années.

Aux Etats-Unis, plus de la moitié des sociétés ont délivré en agrégé +9,6% de croissance de leurs profits sur le trimestre (pour 5,5% de croissance de leurs ventes). Le secteur des technologies ressort en tête avec +18%, suivi par l’immobilier, notamment industriel et commercial, à +12%. Par ailleurs, la Fed a acté jeudi le ralentissement du rythme de progression de l'inflation, accentuant la faiblesse du dollar, qui dépasse 1,17 contre Euro. Elle indique également être en mesure de ne plus réinvestir l'intégralité des montants correspondants aux obligations arrivant à échéance « relativement rapidement ».

En Europe, 40% des sociétés du Stoxx 600 ont également publié leurs résultats, 54% d’entre elles battant les attentes du consensus, avec une croissance des profits de +14% sur le trimestre. Les secteurs de l’énergie, des télécoms et des financières enregistrent les plus fortes croissances de leurs profits, avec respectivement +80%, +71% et +67%.

En Zone Euro, les indices d’activité PMI publiés lundi peinaient à accélérer, se maintenant néanmoins à un niveau élevé, notamment dans leurs composantes de nouvelles commandes ou de créations de postes. En France, le contexte économique porteur, à l'image de l'amélioration du climat des affaires en juillet et de la croissance au deuxième trimestre (+1,8% en glissement annuel), pourrait permettre au gouvernement de mieux faire passer les réformes.

En Chine, on peut noter une accélération du rythme de croissance des profits industriels en juin (+19,1% en glissement annuel), tirés par le secteur du minerai de fer et des matières premières. Les autorités parviennent ainsi à tenir le rythme de la croissance (PIB au T2-2017, à +6,9%) dans l'attente du Congrès du parti communiste à l'automne, ce qui supporte la reprise de l'activité mondiale.        

En termes d’allocation d’actifs, nous n’avons pas modifié nos vues, favorisant toujours les actions, avec une prépondérance pour l’Europe. Côté obligataire, en dépit de leur remontée récente, les taux d’intérêts longs se maintiennent à des niveaux historiquement bas, l’inflation tardant à accompagner le cycle de croissance économique mondial. La normalisation des politiques monétaires (taux directeurs aux Etats-Unis, ralentissement des achats d’actifs en Europe), fait toujours porter selon nous un risque en cas de hausse des taux longs dans les mois à venir.

  Actions européennes

La semaine est marquée par les multiples publications trimestrielles. La réunion de la Fed cette semaine n’a pas apporté de surprise et l’euro continue à gagner du terrain face au dollar. Les PMI de l’Eurozone sont dans l’ensemble légèrement inférieurs à ceux de juin (55.8 vs 56.3) alors que l’indice IFO s’établit à 116 (vs 114.9 attendu) et la confiance dans les affaires en France est au plus haut depuis 2010. En Europe, un peu plus de la moitié des entreprises de l’indice Stoxx 600 a publié. Les meilleures surprises ont concerné la technologie et les télécoms en termes de croissance de CA et de résultats alors que les valeurs industrielles et les Utilities ont déçu.

Dans les bons chiffres, le luxe se distingue, les résultats de Swatch ayant révélé une inflexion de tendance dans l’activité en Chine et des tendances encourageantes pour la deuxième partie de l’année. LVMH, Kering et Moncler continuent de délivrer des croissances organiques à deux chiffres et maintiennent leurs niveaux de marges. Le secteur des télécoms accueille de bonnes publications au Q2. Les revenus d’Orange et KPN sont supérieurs aux attentes et Telefonica remonte ses perspectives de croissance organique. Nokia assure un trimestre fort grâce aux technologies mais les perspectives dans les réseaux sont abaissées. Les résultats sont mitigés pour Philips mais le signal est positif sur les commandes. Akzo Nobel publie sous les attentes et ADP est affecté par une performance mitigée du segment retail. Airbus déçoit sur son niveau de marge d’EBIT et subit la baisse du dollar. Nestlé, Lindt, L’Oréal et Danone déçoivent sur leur croissance.

Le secteur automobile est touché par la révélation d’une entente pour fixer les prix des systèmes de traitement des émissions de moteurs diesel entre les constructeurs allemands. BMW a démenti s’être entendu avec ses concurrents. Dans le même temps, Peugeot annonce des résultats record pour le S1 et un niveau de marge excellent dans sa division auto tandis que Renault déçoit avec une marge auto stable. La pharmacie est frappée après l’échec d’une étude déterminante dans l’oncologie chez Astra Zeneca (-15%) .

Enfin, du côté du M&A, Ceconomy annonce le rachat des 24% de Fnac Darty détenus par Artémis pour un montant de 452 millions d’euros.

  Actions américaines

Les marchés actions aux Etats-Unis sont ressortis relativement inchangés au cours de la semaine. Cette apparente stabilité masque une forte appréciation des valeurs de télécommunications et de la consommation de base et un recul significatif du secteur de la santé. Les valeurs de télécommunications ont bénéficié d’une saison de publication de résultats bien meilleure qu’attendue, ce qui a engendré des rebonds de 5% et 7% pour les deux géants que sont Verizon et AT&T. Il est important de souligner que ces titres étaient fortement pénalisés depuis le début de l’année et il ne s’agit que d’un début de rattrapage.

Sur le plan économique, le chiffre le plus marquant est celui des commandes de biens durables qui bondissent à +6,5% contre 3,9% attendu pour le mois de juin. Sur le plan politique, le président Trump a fait planer le doute sur le renouvellement ou non de Janet Yellen à la présidence de la Réserve fédérale lorsque son mandat arrivera à son terme en évoquant la candidature possible d’un ancien banquier de Goldman Sachs, Gary Cohn.

La saison de publications des résultats est dans l’ensemble favorable aux Etats-Unis. Néanmoins, les réactions en bourse sont mitigées compte tenu des attentes qui étaient déjà très élevées sur une grande partie de la cote, notamment sur les valeurs technologiques, à l’instar de Google ou encore Amazon qui reculent suite à des publications de résultats pourtant robustes.

  Actions japonaises

L'indice TOPIX a cédé 0,2 % cette semaine. Il a débuté la semaine en baisse avant de rebondir mercredi dans le sillage du marché américain. La demande a légèrement dépassé l'offre jeudi, l'optimisme quant aux résultats des entreprises gagnant les rangs des investisseurs malgré l'appréciation du yen face au dollar américain et la baisse des taux longs aux États-Unis après la réunion de la Fed. Toutefois, les participants au marché ont été en proie à une incertitude politique accrue en raison de l'érosion de la cote de popularité du Premier ministre Shinzo Abe. Ce dernier devrait réagir à cette situation en remaniant son gouvernement d'ici peu.

Les secteurs Métaux non ferreux (+1,8 %) et Autres produits (+1,0 %) ont été les plus performants. Nidec s'est adjugé 4,1 % après avoir relevé ses estimations de chiffre d'affaires et de bénéfices consolidés pour l'exercice 2017 qui s'achève en mars 2018. Nintendo a progressé de 3,4 % après avoir annoncé un bénéfice d'exploitation de 16,2 milliards de JPY au premier trimestre (avril/juin) 2017, qui marque un redressement par rapport au même trimestre l'an dernier, conclu sur une perte d'exploitation de 5,1 milliards de JPY. Les constructeurs automobiles ont également eu le vent en poupe : +4,1 % pour Matsuda et +2,0 % pour Toyota.

En revanche, les secteurs Papier et Pâte à papier (-3,3 %) et Produits du caoutchouc (-2,2 %) ont fini dans le rouge. Kao (-4,3 %) et Shiseido (-4,0 %) ont fait l'objet d'une pression vendeuse. Toshiba a cédé 3,3 % après une belle performance la semaine dernière.

  Marchés émergents

En Inde, la croissance des bénéfices reste modeste (+5 % en glissement annuel, GA) pour les entreprises de l'indice NIFTY qui ont publié leurs résultats jusqu'ici.

En dehors de ICICI Bank, les banques privées (HDFC Bank, Yes Bank, IndusInd Bank) ont publié de très bons résultats, avec une croissance de plus de 20 % de leur bénéfice par action (BPA). Les valeurs de la consommation ont été pénalisées par l'activité poussive avant l'entrée en vigueur de la taxe sur les biens et services, d'où les résultats en demi-teinte annoncés par Asian Paints et Maruti. Hindustan Unilever a publié des résultats convenables dans un environnement difficile (bénéfices en hausse de 8 % en GA). Reliance Industries a fait état d'une croissance de son BPA de 28 % grâce à de confortables marges de raffinage.

En Chine, seule une poignée d'entreprises ont publié leurs résultats jusqu'ici. Dans le secteur de l'enseignement, TAL a dévoilé des résultats meilleurs que prévu (+82 % en GA). New Oriental a également annoncé des résultats très solides (+41 % en GA). Baidu a réservé une bonne surprise avec une croissance de 98 % de son BPA en glissement annuel. Dans le secteur automobile, le bénéfice de Great Wall a fondu de 79 % en GA, pénalisé par la baisse de son prix de vente moyen et la hausse de ses dépenses de marketing.

En Corée du Sud, l'Assemblée nationale a voté samedi dernier 11 000 milliards de KRW de crédits supplémentaires (soit 0,6 % du PIB) pour l'exercice 2017. Le gouvernement prévoit d'utiliser 70 % de cette enveloppe au troisième trimestre. D'après nous, ces crédits supplémentaires se traduiront par 0,2 point de croissance du PIB supplémentaire en 2017 (la prévision de croissance du PIB en 2017 et de 2,7 %). Samsung Electronics a annoncé un quasi-doublement de son bénéfice (+88 %) grâce à un environnement toujours très favorable dans le domaine des cartes mémoire. Hynix a également profité de cet environnement porteur pour multiplier son bénéfice net par plus de huit (!) en glissement annuel. En revanche, Amore Pacific a déçu les investisseurs en annonçant une baisse de 57 % de son BPA.

En Indonésie, les investissements directs étrangers (IDE) ont atteint un sommet historique au deuxième trimestre, à 8,3 milliards d'USD. Astra International a fait état d'une modeste croissance de ses bénéfices (+7 %). Sa division équipements lourds & exploitation minière est celle qui a le plus contribué à cette croissance.

Au Brésil, la banque centrale a comme prévu abaissé une nouvelle fois ses taux d'intérêt de 100 pb. Les entreprises issues du secteur des biens consommation ont annoncé des résultats meilleurs que prévu : Lojas Renner est parvenue à enregistrer une croissance de 6,4 % de son chiffre d'affaires à périmètre constant, avec à la clé une progression de 10 % de son BPA. Pão de Açucar a annoncé des résultats similaires (CA à périmètre constant en hausse de 6 %), avec un bénéfice d'exploitation qui a plus que triplé (+255 %). Localiza a même fait état d'une croissance impressionnante de 32 % de son BPA malgré un environnement difficile sur le front de l'emploi.

Au Mexique, les entreprises concessionnaires d'infrastructures ont une nouvelle fois présenté de solides résultats. Les sociétés aéroportuaires GAP, ASUR et OMA ont annoncé respectivement une progression de leurs bénéfices en GA de 86 %, 135 % et 13 %. Le bénéfice annoncé par Pinfra (-13 % en GA) est trompeur car la dégradation du résultat financier occulte la forte hausse de l'Ebitda sur ses concessions (+33 % en GA). Walmex a fait état d'une solide croissance (+7,2 %) de son chiffre d'affaires à périmètre constant, qui lui a permis de multiplier son bénéfice par plus de deux (+118 %). La semaine prochaine, la plupart des entreprises chinoises commenceront à publier leurs résultats.

  Matières premières

Le pétrole a fortement rebondi cette semaine pour repasser les 50$ le baril (presque 51$ pour le Brent et 49$ pour le WTI), soit une hausse de plus de 7% sur la semaine. La réunion OPEP/Non-OPEP qui s’est tenue lundi à Saint Pétersbourg a apporté son lot de surprises : 1/ La rumeur a bien été confirmée et l’Arabie Saoudite s’est donc engagée à limiter ses exportations à 6,6 millions de barils-par-jour à partir d’août, soit 1 million de moins que les niveaux de 2016 (soit une baisse d’approximativement 400k b/j par rapport au niveau actuel). 2/ L’option reste ouverte pour une prolongation des coupes de production au-delà de mars 2018. 3/ Le Nigeria se serait engagé à limiter sa production à 1,8 million de b/j (aujourd’hui 1,6-1,7 millions de b/j) et non plus une cible de 2,2 millions de b/j. Toutes ces mesures sont positives et vont permettre de renforcer la crédibilité du cartel tout en stabilisant le marché. Petit bémol concernant la situation de la Libye où la réunion n’a pas apporté de réponse concernant la montée en production du pays.

Aux Etats-Unis, les stocks publiés par le département de l’énergie ont fortement reculé cette semaine : -7,2 millions de barils pour le brut, et -10 millions de barils en tenant compte des produits pétroliers. La baisse des exportations de l’Arabie Saoudite devrait accentuer cette dynamique baissière. L’activité de forage aux US est stable depuis 3 semaines. Les commentaires de la société de service Halliburton confirment cette tendance “Le rig count montre des signes de stabilisation et les clients (sociétés productrices) appuient sur la pédale de frein […] dans tous les bassins nord-américains“. Anadarko a réduit ses CAPEX précisant que “les conditions de marchés actuelles nécessitaient une baisse de l’intensité capitalistique“ symptomatique de la faiblesse récente des prix et de leur volatilité.

Fort rebond également des métaux industriels sur la semaine tiré par de bonnes données économiques mondiales en particulier en Chine (semaine dernière) et la faiblesse du dollar. Le cuivre a franchi les 6000$/t pour toucher les 6300$/t cette semaine, soit son plus haut niveau depuis 2 ans. Le marché du cuivre serait en déficit depuis le début de l’année selon le World Bureau of Metal Statistics et la Chine envisagerait de bannir les importations de scrap (ferrailles) de certains métaux (catégorie 7) d’ici fin 2018, ce qui a pour effet d’augmenter la demande en cuivre raffiné.

  Dettes d'entreprises

 

Crédit

Cette semaine les taux souverains ont été assez volatils : d’abord en baisse au début de la semaine suite au repli de l’indice PMI (55.8 en juillet), ils ont rebondi après l’annonce d’une hausse du climat des affaires en Allemagne mercredi, puis se sont resserrés jeudi suite à l’annonce de la Fed, et ont fini par remonter vendredi.  Ces fluctuations des taux souverains n’ont cependant pas eu beaucoup d’impact sur les spreads, les indices Itraxx Main et Xover sont restés assez stables au cours de la semaine.

Le marché primaire n’a pas été très dynamique cette semaine. Nous pouvons cependant souligner l’émission par Diversey (B/B3), spécialisé dans les produits et services d’entretiens, d’une obligation senior 8 ans pour 545 millions d’euros avec un coupon de 5,625%. AllFunds (Ba2/BB-) a également émis une obligation senior PIK Toggle 2024 pour 575 millions d’euros avec un coupon de 4,125%.

La publication des résultats semestriels s’est intensifiée cette semaine. Les résultats annoncés ont généralement été positifs et au-dessus des consensus avec cependant quelques déceptions, comme par exemple Gemalto (BBB estimé) qui a publié ses chiffres préliminaires S1 2017 en début de semaine (CA en repli de 9%) et qui a une nouvelle fois abaissé ses objectifs 2017.  Europcar (B1/B+) a publié des résultats conformes aux attentes avec une hausse du chiffre d’affaires de 6.6% au second trimestre. Cemex (BB- cw pos) a publié des résultats inférieurs aux attentes mais a confirmé ses prévisions pour FY 2017. L’activité a en effet été ralentie en Europe et en Amérique Latine, mais est en forte progression aux Etats-Unis.  Casino (BB+) a publié un chiffre d’affaires en hausse de 9,7% au S1 et a relevé ses prévisions annuelles avec une forte performance en France et en Amérique Latine. De la même façon, Vallourec (B neg) a annoncé des résultats opérationnels au T2 2017 en forte amélioration (production expédiée en hausse de 67,6% sur le trimestre) et a revu à la hausse son objectif d’EBITDA pour FY 2017.  Vallourec consomme toujours son Cash-Flow et sa dette nette a progressé à EUR 1,6 milliard à fin juin 2017. Enfin, Nokia (Ba1/BB+) a publié des résultats qui ont rassuré le marché (CA en baisse de 1%) après ceux décevants d’Ericsson annoncés la semaine dernière.

Huntsman (Ba3 cw pos/BB- pos) a lancé cette semaine l’IPO de sa filiale Venator Materials (B1 pos/B+). Le montant levé par le groupe se trouvera ainsi entre 454 et 574,3 millions de dollars.

Convertibles 

Sur le marché primaire des obligations convertibles, nous avons assisté à une méga-opération en Chine, à l'initiative de Shanghai International Port, qui a émis pour 1 milliard d'USD d'obligations échangeables (deux tranches de 500 millions USD chacune arrivant à échéance dans 4 et 5 ans, respectivement) en actions de Postal Savings Bank of China. Le produit de ces obligations à prime de remboursement assorties d'un coupon de 0,75 % sera utilisé à des fins de refinancement. Aux États-Unis, le prestataire de services industriels spécialisés Team Inc. a émis pour 200 millions d'USD d'obligations convertibles à échéance 2023, assorties d'un coupon de 5 %, dont le produit servira au remboursement de prêts à moyen/long terme existants.

Cette semaine, l'actualité a été dominée par les publications de résultats. En Europe, l'avionneur militaire français Dassault Aviation a annoncé de solides résultats au S1 2017, avec un EBIT de 123 millions d'EUR, légèrement supérieur aux estimations du consensus. Par ailleurs, son directeur général a rassuré les investisseurs concernant les déclarations du nouveau ministre de la Défense français, qui a plaidé pour le développement de nouveaux programmes plutôt que leur réduction ou leur report. Le sidérurgiste finlandais Outokumpu a annoncé un EBITDA de 199 millions d'EUR au deuxième trimestre, conforme aux attentes (il faut dire que ces dernières ont été revues à la baisse après le récent avertissement sur résultats), avec une baisse en volume des chargements de ferrochrome imputable à des problèmes techniques et à une baisse des cours des matières premières. Signalons également le départ du directeur général d'Elior Philippe Salle en raison de divergences de vue avec Robert Zolade, le fondateur et principal actionnaire du groupe. Aux États-Unis, le concepteur de dispositifs médicaux Nuvasive a publié des résultats supérieurs aux estimations du consensus pour le deuxième trimestre, avec notamment une hausse de son chiffre d'affaires supérieure à 10 % en glissement annuel, à 261 millions d'USD. Le titre a toutefois dévissé de plus de 13 % lorsque l'entreprise a annoncé la démission de son directeur de l'exploitation et de son directeur financier. Le spécialiste des semi-conducteurs de commandes industrielles Silicon Laboratories a une nouvelle fois annoncé des résultats impressionnants. Son chiffre d'affaires au deuxième trimestre s'est avéré meilleur que prévu par l'entreprise (190 millions d'USD, en hausse de 9 % sur un an), grâce à une contribution notable de sa division Internet of Things (objets connectés). La direction estime être en mesure de maintenir cette belle dynamique en poursuivant son essor dans le domaine des objets connectés et en gagnant des parts de marché.

Achevé de rédiger le 28/07/2017

Elément complémentaire