La semaine a été riche en discours, accord et sondage, à la veille du G7

Analyse de marché - 27/05/2016

Elle a débuté par un accord entre la commission européenne et le FMI sur le règlement de la dette grecque. Un versement de près de 10,6 milliards d’euros devrait être accordé à la Grèce avec un possible allègement, à terme, de la dette dès 2018.
Actions
européennes
Actions
américaines
Actions
japonaises
Marchés
émergents
Matières
premières
Dettes
d'entreprises

​Confortant l'amélioration du climat, les craintes d'une sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne se sont quelque peu éloignées avec la publication d'un sondage à 65% en faveur du maintien dans l'UE. Dans la foulée, le Sterling a repris de la hauteur, revenant à ses niveaux du mois de février. Aux Etats-Unis, en attendant le discours de Janet Yellen, plusieurs membres de la Fed se sont exprimés sur le sujet de la future hausse des taux. Le marché a ajusté ses prévisions et les anticipations d'un mouvement de relèvement de la part de la Fed en juin ou en juillet ont gagné du terrain. Du côté de la conjoncture économique, les indices finaux de climat des affaires ont été publiés, attestant d'une poursuite de l'amélioration en France et en Allemagne, alors qu'ils stagnent aux Etats-Unis, voire même s'affaiblissent dans les pays périphériques.

Saluant les avancées sur le plan de l'entente internationale, les marchés sont passés cette semaine en mode risk on, d'autant plus que le pétrole et le dollar ont continué simultanément à rebondir ces dernières semaines. Les actions de la zone euro ont ainsi rebondi de plus de 4%, les banques reprenant même plus de 6%. Les marchés américains ont également progressé de 2,2% en devises locales alors que le dollar a continué quelque peu de se raffermir. Ce mouvement a été rapide. Il nous semble toutefois que pour que cette hausse se poursuive, un certain nombre d'inquiétudes et de questions doivent être levées, aussi bien sur la pérennité des rythmes de croissance (en Chine notamment), le maintien du Royaume-Uni dans l'UE, les différents référendums à venir et l'évolution du couple pétrole/dollar. Nous n'avons donc pas renchéri nos positions sur les actions, notre préférence demeurant toujours pour les actions de la zone euro. Dans cet environnement, les marchés des taux demeurent relativement stables, dans l'attente des discours de Mme Yellen. Nous restons légèrement surpondérés sur la dette périphérique au détriment des emprunts d'Etat allemands.

 

 

  Actions européennes

haut de page

Les marchés européens ont continué à progresser cette semaine, dans un climat de baisse de l'euro face au dollar et dans l'éventualité de nouvelles propositions de la BCE favorables à l'allégement du bilan des banques en créances douteuse​s. Les valeurs financières et les valeurs li​ées aux matières premières surperforment dans ce contexte.

Du côté des annonces de résultats, Ryanair dévoile un résultat au titre du premier trim​estre quasiment en ligne mais se montre prudent sur la progression de son bénéfice net, de l'ordre de 13%, soit inférieur aux attentes du consensus. Kingfisher publie un bon début d'année (croissance du premier trimestre supérieure aux attentes) tout en laissant inchangées ses perspectives annuelles. Nestlé annonce un nouveau programme de restructurations (à hauteur de deux milliards de francs suisses) et prévoit de mettre à profit les économies de coûts afin de renouer avec l'objectif de croissance organique (+5/6%) non atteint depuis plusieurs années. Néanmoins, le management anticipe le maintien d'un free-cash-flow élevé grâce à une bonne gestion de son BFR. Marks and Spencer souffre de la révision de ses perspectives de croissance des bénéfices de l'ordre de 8 à 10% pour l'année. Le titre est en forte baisse cette semaine.  Les valeurs du luxe sont à nouveau pénalisées par les chiffres des exportations horlogères publiés pour avril, en baisse de 11% après une baisse de 18% en mars. Hong-Kong reste sans surprise le maillon faible (avec une baisse de 17%).

Beaucoup de M&A cette semaine. Dans la lignée de la semaine dernière, Bayer a formellement annoncé une offre d'achat 100% cash sur Monsanto à 122 dollars par action. Bayer compte procéder à une augmentation de capital d'environ 25% du montant de l'opération pour la financer. Cette transaction devrait être relutive dès la première année. Seb a pour sa part signé avec KKR un accord d'acquisition du groupe allemand WMF, numéro un mondial des machines à café professionnelles et leader des articles culinaires en Allemagne pour près de 1,6  milliard d'euros. Axa annonce la cession partielle de son activité d'assurance-vie et de santé au Royaume-Uni (SunLife) à Phoenix Group pour 632 millions de livres. Enfin, Philips opère une mise sur le marché de sa division éclairage avec un prix d'introduction à 20 euros. Le placement représente 28% du capital, contre 25% attendus.

 

 

  Actions américaines

haut de page

Belle semaine pour les marchés actions. Le S&P et le Dow progressent tous deux de 1,8%. Les indices ont été portés par des nouvelles macroéconomiques encourageantes, venues appuyer les déclarations de la Fed sur une possible hausse des taux à venir. Les ventes de maisons neuves ont atteint 619.000 unités en avril (en rythme annualisé). Il s'agit du plus haut niveau depuis janvier 2008. Les ventes de maisons existantes ont, quant à elles, progressé de plus de 5%, soit la plus forte accélération depuis octobre 2010. Les commandes de biens durables s'affichent en progression de 3,4% au mois d'avril.

Hewlett Packard Enterprise progresse de 10% sur la semaine après avoir annoncé son intention de se séparer de son activité « service » pour la fusionner avec CSC. Microsoft a dévoilé une baisse de ses effectifs de 1850 salariés au sein de son activité smartphone. Les ventes à périmètre comparable de Tiffany affichent un retrait de 9%. Les bénéfices ressortent globalement en ligne avec les attentes. Cette semaine, le Financial Times révélait qu'Apple aurait tenté d'approcher Time Warner Inc en 2015 afin de mettre la main sur son portefeuille de contenus, notamment HBO.

Au cours des cinq derniers jours, le secteur technologique, les matériaux et les valeurs financières signent les plus fortes progressions. A l'opposé, les valeurs traditionnellement défensives comme la consommation de base, les télécommunications et les services publics signent des hausses plus modérées.

 

 

  Actions japonaises

haut de page

L'indice TOPIX a clôturé sur un gain de 0,5%. Les investisseurs ont déjà reporté leur attention sur les possibles actions du gouvernement après le sommet du G7. Le marché actions a connu un début de semaine calme avec de légères baisses deux jours de suite, pour ensuite rebondir mercredi après la baisse du yen face au dollar US autour de la barre des 110.

Le secteur des produits pétroliers et à base de charbon a tiré son épingle du jeu avec une hausse de 2,4%. Le secteur de la construction a également enregistré une performance positive pour la troisième semaine consécutive dans l'attente de nouvelles mesures en matière de dépenses publiques.

Sony a pour sa part enregistré un gain de 6,6%, renouant ainsi avec son plus haut de l'année. Les investisseurs ont bien réagi à l'annonce du résultat d'exploitation, plus important que prévu au titre de l'exercice 2016. Il devrait s'améliorer de 2% d'un trimestre sur l'autre, grâce au segment Jeux et Services en réseau.

A l'inverse, Ono Pharmaceutical a perdu 5,7%, à la suite d'une baisse de la notation par un analyste, le groupe ayant revu à la baisse ses prévisions de ventes d'un traitement anticancéreux. Par ailleurs, Murata Manufacturing Co., l'un des plus grands fournisseurs de composants pour les iPhones, a perdu 4,6% en raison d'inquiétudes concernant un éventuel recul des ventes de smartphones.

 

 

  Marchés émergents

haut de page

L'Eurogroupe a salué l'accord conclu entre la Grèce et les institutions, donnant son feu vert pour une nouvelle tranche d'aide de 10,3 milliards d'euros. Ces versements se dérouleront en plusieurs étapes à compter du mois de juin, intervenant juste à temps pour que la Grèce puisse faire face à une échéance de remboursement importante de sa dette prévue en juillet.

Les investisseurs chinois ont continué leurs emplettes sur le marché européen avec l'achat du fournisseur allemand d'équipements pour les semi-conducteurs, Aixtron, pour 752 millions de dollars. La filiale allemande du fonds d'investissement Fujian Grand Chip est chargée de lancer l'offre de rachat.

La semaine dernière, le groupe chinois Midea avait fait une offre de rachat à hauteur de cinq milliards de dollars pour le fabricant de robots industriels, Kuka AG.

A Taïwan, la Présidente Tsai a pris ses fonctions lors d'une cérémonie d'investiture. Le discours a été en ligne avec les attentes du marché et pourrait permettre de réduire le risque géopolitique entre Taïwan et la Chine. En effet, la Présidente a déclaré qu'elle respecterait l'accord de 1992 signé entre la Chine et Taïwan. Selon un article publié par Barron's Asia, des sources proches de la chaîne d'approvisionnement indiquent qu'Apple aurait demandé à ses fournisseurs de se préparer à une production d'iPhone 7 beaucoup plus importante que prévu. Les valeurs technologiques taïwanaises ont ainsi bondi, le marché jouant Apple à la fois sur le secteur technologique et financier.

Au Venezuela, une pénurie de sucre oblige Coca Cola à suspendre sa production. La pénurie de sucre sera le prochain problème important auquel devra faire face le Venezuela en matière d'approvisionnement en biens de consommation de base. Le pays connaît la pire récession depuis des décennies en raison de la baisse du prix du pétrole, qui représente 95% de ses ressources en devises étrangères.

 

 

  Matières premières

haut de page

Les prix des matières premières terminent en ordre dispersé cette semaine. Le pétrole progresse de +2,2%, les matériaux de bases (LME) sont en légère hausse (+0,8%) et l'or corrige de -2,5%, malgré un dollar (DXY) plutôt stable sur la semaine. Le prix du baril de Brent a dépassé le seuil psychologique des 50 dollars pour la première fois depuis novembre 2015, à la suite de la publication des stocks de brut aux Etats-Unis, ressortis en forte baisse. Malgré la prudence dont nous avons toujours fait preuve quant à l'interprétation de ces données hebdomadaires, la baisse des stocks semble être une conséquence indirecte des interruptions de production aux Canada après les incendies. Sur ce point, les nouvelles d'Alberta sont plutôt encourageantes cette semaine et les sociétés opérant dans la région de Fort McMurray auraient stoppé leur processus d'évacuation et planifieraient déjà un retour à la production.

La situation au Nigéria est toujours critique. Alors que les attaques continuent, forçant par exemple Chevron à stopper ses opérations on-shore (impact de 90.000 barils par jour). Les politiques semblent enfin prendre la mesure des événements. Le président a déclaré vouloir mobiliser l'armée pour protéger les sites de production et le ministre du pétrole pense qu'il est nécessaire de répondre aux griefs de la population locale pour améliorer la situation (à savoir une meilleure répartition des richesses).

En Iran, le vice-ministre a déclaré que les exportations avaient atteint deux millions de barils par jour et vouloir atteindre 2,2 millions de barils par jour dans le courant de l'été, suggérant que l'Iran n'a toujours pas l'intention de participer à un accord permettant de geler la production. Le meeting de l'OPEP du 2 juin risque donc d'être une nouvelle source de déception et pourrait peser sur les cours du pétrole à court terme.

Six des huit raffineries françaises sont toujours bloquées par les grévistes et le gouvernement a déclaré avoir autorisé l'utilisation des réserves stratégiques pour pallier la pénurie. Les syndicats de travailleurs doivent se rencontrer ce vendredi pour statuer sur les suites à donner à leur mouvement. Le blocage des raffineries pourraient avoir des conséquences sur les résultats de la division aval de Total si la situation devait durer.

Toujours impacté par la hausse du dollar lors des trois dernières semaines, conséquence d'un durcissement de la politique monétaire de la Fed, l'or continue sa correction. Les minières aurifères cèdent -3,6% en Euro (indice FTSE Gold Mines). Nous pensons que cette correction est « saine », aussi bien pour le physique que pour les minières, et que la hausse des taux aux Etats-Unis se fera à un rythme modéré, ce qui restera favorable à l'or. Le minerai de fer perd 10% cette semaine, alors que les stocks aux ports en Chine sont à des niveaux record depuis mars 2015. 

 

 

  Dettes d'entreprises

haut de page

Crédit

Le marché du crédit High Yield a continué de surperformer le marché Investment Grade (+0,6% vs +0,2% respectivement). Les raisons évoquées sont (i) des résultats d'entreprises au premier trimestre 2016 en ligne avec les attentes, (ii) un marché primaire peu dynamique conduisant à un effet de rareté sur les papiers, (iii) des flux toujours orientés dans le sens de la collecte depuis l'annonce du CSPP (Corporate Sector Purchase Programme) portant à +3,5 milliards d'euros ce montant depuis le début de l'année.

Au sein du marché primaire, quelques émissions sur l'Investment Grade et les financières ont été réalisées : JCDecaux a émis une obligation de 750 millions d'euros 7 ans avec un coupon de 1% ; HeidelbergCement a émis une obligation de 750 millions d'euros 8 ans avec un coupon de 2,25% ; Danske Bank a émis une obligation d'un milliard d'euros 7 ans avec un coupon de 0,75%. Le Xover s'est resserré de -25 points de base sur la semaine, de retour à sa moyenne de long-terme contre un resserrement de -7 points de base pour le Main et -23 points de base sur les subordonnés financières.

Du côté des entreprises, Banco Popular a annoncé une augmentation de capital de 2,5 milliards d'euros. Maisons du Monde a finalisé son introduction en Bourse, affichant une capitalisation boursière de 769 millions d'euros. Kerneos a publié des résultats au titre du premier trimestre 2016 en ligne avec les attentes, avec une hausse de son chiffre d'affaires de +2% sur un an (-0,4% en organique) et un EBITDA en hausse de +20% avec la bonne intégration de European Bauxites. Enfin, Areva continue de pâtir de la situation sur le chantier de son EPR finlandais d'Olkiluoto : les différentes souches perdent trois points ce vendredi matin.

Convertibles 

Les marchés sont restés dans le vert cette semaine. Deux émissions d'obligations aux Etats-Unis et une en Europe ont été réalisées. Timkensteel a émis une obligation convertible de 75 millions de dollars à un taux de 6% à échéance 5 ans, ce qui met en évidence la tendance récente de releveraging au sein de l'industrie minière après Severstal et Allegheny. De son côté, WebMD, fournisseur de services d'informations en ligne dans le domaine de la santé, a émis une obligation convertible de 300 millions de dollars à un taux de 2,625% à échéance 8 ans. Siem Industries a émis une obligation convertible de 250 millions d'euros à un taux de 2,25% à échéance 5 ans échangeable en actions Subsea 7.  

Aux Etats-Unis, les obligations convertibles ont bien performé dans la mesure où le rally des marchés actions a compensé la hausse des taux d'intérêt liée aux possibles relèvements des taux par la Fed en juin et juillet. Les valeurs technologiques et de biotechnologie ont été plébiscitées après une nouvelle opération de fusion-acquisition. XNPT, qui a émis une obligation convertible, s'est fait racheter avec une prime de 60% après la clôture de vendredi. Les valeurs de semi-conducteurs ont également surperformé à la suite des résultats d'AMAT vendredi dernier. L'obligation convertible d'IONS 1% 2021 a également été active, le titre cédant 39% hier après que GSK a décidé de ne pas démarrer l'étude des résultats de phase 3, Cardio-TTR.

Brait affiche une solide valeur liquidative au titre de l'exercice clos au 31 mars 2016, dans la mesure où elle devrait avoir augmenté en rand sud-africain (ZAR), passant de 74% à 80% pour ressortir entre 134,19 ZAR et 138,82 ZAR et en euros de 35% à 40% pour ressortir entre huit euros et 8,27 euros (2015 : 5,92 euros) grâce à une solide performance opérationnelle du portefeuille d'investissement.

Du côté des obligations convertibles, OCI est au centre de l'attention, après l'annonce du report de sa fusion avec CF industries pour des raisons fiscales. Le titre a chuté de 16% en début de semaine pour ne céder que 4% au final, tandis que l'obligation convertible a baissé de cinq points. Les flux de capitaux au Japon ont augmenté, les investisseurs cherchant à se repositionner après les annonces des résultats des entreprises. Certains noms comme Yamada Denki, K's et KKK ont tiré leur épingle du jeu. A noter, Larsen & Toubro a publié d'excellents résultats au titre du quatrième trimestre, avec un chiffre d'affaires ressortant à 328 milliards de roupies. L'obligation convertible a gagné quatre points.

Achevé de rédiger le 27/05/2016

Elément complémentaire