Les marchés actions ont légèrement corrigé cette semaine, surtout au Japon et dans la zone euro

Analyse de marché - 03/06/2016

Au Japon, la temporisation sur la hausse de la TVA n’a pas réussi à compenser la frustration des marchés quant au calendrier différé des réformes et l’incertitude sur l’action de la Banque centrale qui a fait remonter la valeur du yen.

En Europe, nous avons assisté à une prise de bénéfice après le beau rebond de la semaine dernière. En effet, les deux réunions les plus attendues cette semaine, celles de la BCE et de l'OPEP, ont eu peu d'influence immédiate sur les cours. Dans ce contexte, l'évolution de la politique monétaire américaine et la progression espérée des résultats des entreprises devraient guider les marchés.

Ces éléments nous conduisent à conserver notre biais légèrement positif sur les actions de la zone euro, toujours privilégiées pour leur plus grand potentiel. Les risques liés au Brexit à court terme et à l'économie chinoise ensuite continueront à alimenter la volatilité des marchés, ce qui justifie une relative prudence tactique en dépit des attraits fondamentaux des actions, notamment par rapport aux obligations. Concernant cette classe d'actifs, nous avons réduit notre biais négatif sur les obligations américaines, le marché prenant mieux en compte aujourd'hui le risque de remontée des taux dès les prochains mois.

ACTIONS EUROPEENNES

Les marchés repartent dans le rouge cette semaine, en dépit d'une actualité macroéconomique favorable (légère révision en hausse des anticipations de croissance annoncée lors de la réunion de la BCE jeudi). 

Les mouvements de M&A sont très actifs cette semaine. Les acteurs chinois semblent vouloir continuer leurs achats en Europe. Air France a confirmé être en négociation exclusive avec le chinois HNA pour céder 49,99% de Servair et son contrôle opérationnel (HNA a déjà acquis il y a quelques mois Gategroupe, le concurrent suisse de Servair). Dans le même temps, Jin Jiang, déjà actionnaire à hauteur de 15% d'Accor, a fait part de sa volonté de monter à hauteur de 29% au capital d'Accor (la limite du seuil de 30% l'obligerait à lancer une OPA). Dans la presse, nous apprenons que le gouvernement français serait impliqué dans le dossier afin de défendre un actionnariat français et de conditionner et limiter la participation du chinois au conseil d'administration. De son côté, Bayer a annoncé avoir élargi son pool bancaire afin de réussir son OPA sur Monsanto (une offre améliorée est-elle en préparation ? ). Valeo réalise pour sa part l'acquisition de FTE en Allemagne (pour 820 millions d'euros), une société spécialisée dans la transmission et le freinage, dont les activités très complémentaires renforceront la position globale de Valeo en transmission. Les synergies de l'opération devraient permettre une relution dès l'année prochaine.

A l'inverse, Bolloré affirme ne pas avoir besoin de réaliser d'autre acquisition significative à terme, disposant d'un panel d'actifs suffisamment fourni pour mener à bien sa stratégie chez Vivendi.  La presse évoque également cette semaine une possibilité de désengagement de l'Etat dans le capital de Peugeot (il en détient 14%).

Dans l'automobile, nous assistons toujours à une augmentation des immatriculations de voitures neuves en France en mai (+22,3%). Renault est toujours en tête avec +34% devant Peugeot (+25,6%), le marché français progressant de +10,5% depuis le début de l'année. Les chiffres du premier trimestre de Volkswagen, globalement en ligne, semblent soutenus par les ventes de Porsche alors que la contribution d'Audi est en baisse et que celles de la marque Volkswagen et de la Chine restent faibles. Pernod-Ricard a fait un point sur son activité en Asie et confirme des tendances compliquées en Inde et en Chine (l'Asie représente 40% du chiffre d'affaires et de l'EBIT du groupe). Vinci (et ses partenaires) annoncent la signature d'un premier contrat avec le Danemark (notamment sur le tunnel reliant le pays à l'Allemagne) dont sa quote-part s'élèvera à un milliard d'euros.

ACTIONS AMERICAINES

La semaine a été écourtée pour cause de jour férié lundi. L'indice S&P 500 affiche une légère hausse et n'est plus qu'à 1% de son record historique. L'ISM manufacturier est ressorti à 51,3 (au-dessus des attentes), révélant une baisse des stocks et une amélioration de la demande extérieure. La composante « prix » de l'ISM atteint 63,5, soit son plus haut niveau depuis 2011. Plus tôt cette semaine, les chiffres de l'inflation (PCE) pour le mois d'avril ont indiqué une progression des prix de 1,6% en rythme annuel, en ligne avec les mois précédents. L'économie américaine a créé 38.000 emplois au mois de mai selon le département du travail, nettement en dessous des attentes, ce qui pourrait remettre en cause un prochain relèvement des taux de la Fed.

Du côté des entreprises, les sociétés de distribution vestimentaire Michael Kors et Limited Brands (Victoria Secrets) progressent après la publication de résultats supérieurs aux attentes. Elles ont entraîné les autres valeurs du secteur qui avaient fortement corrigé en mai. Le laboratoire Allergan affiche une hausse de 8% après l'approbation de la Food and Drug Administration (FDA) concernant l'utilisation du Teflaro sur des patients pédiatriques et l'annonce d'une prise de participation de l'actionnaire activiste Carl Icahn. Pour mémoire, Allergan est sur le point de vendre son activité générique à Teva Pharmaceutical pour 40 milliards de dollars ; le déploiement de ce capital interviendra sous la forme de remboursement de dettes, rachat d'actions et acquisitions ad-hoc. Le secteur de la santé progresse de 2,3% sur les cinq dernières séances, tandis que l'énergie et les matières premières comptent parmi les perdants (relatifs) de la semaine.

ACTIONS JAPONAISES

L'indice TOPIX a progressé pendant trois jours consécutifs, mais a terminé la semaine en baisse de 0,8%. En début de semaine, les valeurs nippones ont progressé après la baisse du yen liée aux attentes grandissantes quant à un relèvement des taux aux Etats-Unis dans quelques mois, après un commentaire ambigu de la part de la présidente de la Fed, Janet Yellen. Ensuite, les actions ont reculé après le rebond du yen et en raison des incertitudes quant à une stratégie de croissance claire au Japon, le Premier ministre Abe n'ayant pas explicitement indiqué de mesures concrètes de relance de l'économie après l'annonce d'un report de la hausse de la TVA.

Le secteur de l'électroménager a progressé de 1% après le rally de Toshiba Corporation. Le fabricant d'électronique a bondi de 15,2% à la suite de rumeurs selon lesquelles le titre pourrait quitter la liste de surveillance baptisée "Securities on Alert" en septembre prochain, après une revue de son système de contrôle interne. D'autres groupes comparables ont également progressé, à l'instar de Murata Manufacturing Co. et Fujitsu Limited, tous deux gagnant plus de 4%.

Quant au secteur du transport aérien, il a perdu 5%, en raison d'inquiétudes liées à la hausse du prix du pétrole qui pourrait conduire à une baisse des ventes. Japan Airlines Co. et Ana Holdings ont cédé respectivement 6,1% et 3,7%, malgré un prix du pétrole brut WTI avoisinant les 50 dollars.

MARCHES EMERGENTS

L'indice officiel chinois des directeurs d'achat (PMI) a atteint 50,1 en mai, ressortant en ligne avec le chiffre du mois d'avril et indiquant une stabilisation de la deuxième économie mondiale.

L'ancien ministre brésilien de la planification M. Romero Juca (parti PMDB) a démissionné à la suite de la diffusion d'un enregistrement d'une conversation dans laquelle il évoquait le fait d'utiliser la procédure de destitution contre Dilma Rousseff pour étouffer l'enquête portant sur des faits de corruption. Le scandale menace le Président Temer seulement 11 jours après avoir repris les fonctions de la Présidente Rousseff, qui a été suspendue le 12 mai dès le début du procès pour destitution, portant sur des accusations de maquillage des comptes publics. M. Juca, qui est le bras droit de M. Temer, devait prendre la tête de l'équipe demandant au Congrès d'approuver les mesures d'urgence visant à sortir le Brésil de la récession. Selon la presse locale brésilienne, le groupe Kroton, présent dans l'enseignement, aurait recours aux services de conseil d'une banque d'investissement en vue de lancer une offre amicale sur son concurrent Estacio. Une fusion donnerait naissance à un mastodonte du secteur de l'éducation, fort de 1,6 million d'étudiants, doté d'une capitalisation boursière de 21 milliards de réaux brésiliens et d'un EBITDA de trois milliards de réaux.

En Inde, le PIB a progressé de 7,9% au quatrième trimestre de l'année fiscale 2015-16, portant la croissance totale pour l'année entière à 7,6%. Le titre Tata Motors a bondi de plus de 10% mardi après la publication par le groupe d'un résultat net consolidé qui a triplé au quatrième trimestre. Les résultats ont été essentiellement tirés par des ventes solides de la branche Jaguar-Land Rover, soutenues par un bénéfice exceptionnel en Inde combiné à une activité solide en Chine.

L'activité manufacturière en Russie a baissé de façon moins marquée en mai dans la mesure où la croissance de la production s'est traduite par des créations d'emplois pour la première fois depuis presque trois ans, tandis que la demande est restée faible. L'indice PMI pour le secteur manufacturier a progressé pour atteindre un plus haut depuis quatre mois de 49,6 contre 48,1 en avril.

MATIERES PREMIERES

Comme anticipé, le 169ème sommet des pays de l'OPEP n'a débouché sur aucune décision concrète. Depuis la réunion exceptionnelle de Doha en avril dernier, les prix du pétrole ont en effet progressé, passant de 45 à 50 dollars le baril, reflétant l'amélioration des fondamentaux. La baisse des inventaires de pétrole aux Etats-Unis sur la période est en partie la conséquence des interruptions de production au Canada (feux de forêt) et au Nigeria (regain de violence dans le golfe du Niger), mais également de l'accentuation de la baisse de la production onshore américaine (-40 000 barils par jour sur la dernière semaine), et une demande qui se porte toujours bien.

La réunion de l'OPEP n'a cependant pas été sans intérêt, car après les tensions des précédentes réunions, les différents ministres ont joué le ton de l'apaisement et de l'unité. Le nouveau ministre du pétrole d'Arabie Saoudite a dit que les membres étaient « très coopérants », alors que son homologue iranien a souligné la « très bonne unité ». Des discussions ont même été entamées concernant le retour d'un système de plafond de production global ou de quota par pays. La référence au plafond de 30 millions de barils par jour avait été supprimée en décembre 2015, mais ce chiffre n'a pas été révisé depuis janvier 2012. La production du cartel était de 32,8 millions de barils par jour en avril 2016 (source AIE).

Le cours de l'or s'est stabilisé autour des 1210$/oz après avoir perdu 6% (80$/oz) depuis son plus haut récent du 29 avril, et le renforcement du dollar sur la période. Le marché s'est assaini, puisque le dernier rapport des positions des traders sur le Comex (positions au 24/05) fait ressortir une réduction de 6,9 Moz (-21%), la plus forte en absolu depuis avril 2004, et reflète davantage l'anticipation d'une hausse des taux américains dans le courant de l'été.

Le zinc progresse de 8% en dollars sur la semaine, soit +24% depuis le début de l'année, et retrouve un plus haut de juillet 2015. La fermeture de la mine de Century en fin d'année dernière commence à produire ses effets, et le déficit de production minière s'accentue. Le prix pourrait cependant inciter Glencore et Nyrstar à redémarrer des capacités suspendues.

DETTES D'ENTREPRISES

Crédit

La semaine a été marquée par l'intervention de la BCE qui a précisé ses annonces sur le lancement du CSPP (Corporate Sector Purchase Programme) le 8 juin prochain. L'institution a souligné son optimisme sur l'efficacité de sa politique et ses effets sur la relance du crédit. Elle a également relevé ses prévisions de croissance et d'inflation pour la zone euro en 2016 (respectivement de 1,4% à 1,7% et de 0,1% à 0,2%) dans la sillage d'une demande intérieure solide et d'une remontée des prix du pétrole.

Les marchés du crédit ont continué à payer cette semaine : l'Investment Grade est en hausse de 0,23% contre une hausse de 0,26% pour le High Yield. Les segment des AAA et des CCC ont surperformé le marché, dans un contexte où les actions sont en baisse de 1%. Le Xover s'est écarté de 12 points de base à 305 points de base contre un écartement de trois points de base pour le Main. Le marché du primaire a été particulièrement dynamique sur l'Investment Grade : la Banque Postale a émis une obligation Tier 2 de 500 millions d'euros maturité 2028 avec un coupon de 3% ; Thales a émis une obligation de 600 millions d'euros 2023 avec un coupon de 0,75% ; AIG a émis une obligation de 750 millions d'euros maturité 2023 avec un coupon de 1,5%.

Du côté des entreprises, IKKS a publié des résultats au premier trimestre 2016 en net repli. Le chiffre d'affaires s'élève à 92,6 millions d'euros, en recul de 0,8% à magasins comparables. L'EBITDA est en recul de 33,1%, impliquant une baisse de 6,3 points du taux de marge à 12,4%. La souche obligataire 6 ¾ 07/15/21 a chuté de 3,5 points et cote désormais à 96% du pair.

Convertibles

La semaine a été chargée du côté des obligations convertibles, dans un contexte d'émissions de grande ampleur dans le monde entier. L'activité a été éclipsée par le marché primaire. En Europe, Glanbia Co-op a émis une obligation convertible de 100 millions d'euros à un taux de 1,375% à échéance 5 ans, échangeable en actions Glanbia PLC (GLB ID). L'actionnaire majoritaire d'un groupe laitier et de protéines tente de lever des fonds (garanti par son actionnariat) en vue d'aider les agriculteurs touchés par les faibles prix des produits laitiers. Toutefois, cette structure, dans un secteur impacté par la surproduction et la baisse des prix (du moins à court terme), sensible à un éventuel Brexit, est particulièrement peu attrayante. Rocket Internet (-14,5%) a publié des résultats au titre du premier trimestre en demi-teinte, notamment avec des performances décevantes pour son portefeuille d'e-commerce (Home24, Westwing, GFG, Linio et Jumia). Par conséquent, l'obligation convertible a perdu quatre points.

Aux Etats-Unis, Weatherford International, groupe parapétrolier dont la notation a encore été rétrogradée dans la catégorie investissement spéculatif (junk) par les trois plus grandes agences de notation le mois dernier, est revenu sur le marché obligataire américain avec une émission d'un milliard de dollars à un taux de 5,875% à échéance 5 ans et échangeable pour refinancer la dette. Les bénéfices de l'échange viendront soutenir une offre de rachat pour quatre obligations arrivant à maturité entre 2017 et 2020. Dans ce contexte d'offre réévaluée, cette nouvelle obligation convertible à échéance 2021 a été très active. Ciena a publié d'excellents résultats au titre du deuxième trimestre, le titre s'envolant de 12% jeudi et gagnant 19% jusque-là cette semaine. Le chiffre d'affaires est ressorti à 640 millions de dollars et l'EBITDA s'est élevé à 82 millions de dollars (estimation : 73,7 millions de dollars), soutenus par la forte croissance de la région Asie-Pacifique et l'amélioration en Europe.

Par ailleurs, les titres pharmaceutiques et de biotechnologie ont surperformé en raison des rumeurs de nouvelles opérations de fusion-acquisition après l'annonce de l'OPA de Jazz sur CPXX. Impax Laboratories progresse de 6,2% depuis le début de la semaine.

Au Japon, notons trois nouvelles émissions, après une longue période d'inactivité. Softbank a lancé une méga émission de titres fiduciaires échangeables en actions Alibaba. L'émission de 5,5 milliards de dollars à échéance 3 ans est valorisée dans le bas de la fourchette (coupon de 5,75% et prime de 17,5%) à laquelle s'ajoute un placement de titres à hauteur de deux milliards de dollars qui seront rachetés par Alibaba et un fonds souverain. L'émission est valorisée sur la base du cours de clôture (76,69 dollars), tandis que le prix du placement des actions est de 74 dollars. Kansai Paint, fabricant et vendeur d'une large gamme de peintures et de produits annexes pour l'industrie automobile, la construction et les bateaux, a émis pour un montant total de 100 milliards de yens (823 millions d'euros) via deux obligations convertibles à coupon zéro : une obligation convertible de 60 milliards de yens à échéance 6 ans et de 40 milliards de yens à échéance 3 ans. Star Micronics, développeur et fabricant de produits électroniques, a émis une obligation convertible de huit milliards de yens (65 millions d'euros) à échéance 5 ans et à coupon zéro dont cinq milliards ont été utilisés pour racheter 10,63% d'actions.

Achevé de rédiger le 03/06/2016 

AVERTISSEMENT : Document non contractuel. Ce document est exclusivement conçu à des fins d'information.
Les données chiffrées, commentaires et analyses figurant dans cette présentation reflètent le sentiment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et de ses filiales sur les marchés, leur évolution, leur réglementation et leur fiscalité, compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour. Ils ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement ou garantie de Edmond de Rothschild Asset Management (France). Tout investissement comporte des risques spécifiques. Tout investisseur potentiel doit se rapprocher de son prestataire ou conseiller, afin de se forger sa propre opinion sur les risques inhérents à chaque investissement indépendamment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et sur leur adéquation avec sa situation patrimoniale et personnelle. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Principaux risques d'investissement : risque lié à l'investissement dans les pays émergents, risque de perte en capital, risque lié à la détention d'obligations convertibles, risque actions, risque de taux, risque de crédit, risque sectoriel.
Avertissement spécifique pour la Belgique: cette communication est exclusivement destinée à des investisseurs institutionnels ou professionnels au sens de la loi belge du 20 juillet 2004 relative à certaines formes de gestion collective de portefeuilles d'investissement. Cette communication est en outre exclusivement destinée à des investisseurs autres que des consommateurs au sens de la loi belge du 14 juillet 1991 sur les pratiques du commerce et sur l'information et la protection du consommateur.

EDMOND DE ROTHSCHILD ASSET MANAGEMENT (France)
47, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75401 Paris Cedex 08
Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 11 033 769 euros
Numéro d'agrément AMF GP 04000015 - 332 652 536 R.C.S. Paris
Tél : +33 (0)1 40 17 25 25 - Fax : +33 (0)1 40 17 24 42

Elément complémentaire