Semaine de stabilisation des marchés actions et obligataires

Asset Management - 21/07/2016

Les marchés actions ont connu une semaine de stabilisation après un retour à des niveaux proches voire supérieurs aux niveaux pré-Brexit. Les marchés obligataires se sont aussi stabilisés après plusieurs jours de hausse des taux.
Actions
européennes
Actions
américaines
Actions
japonaises
Marchés
émergents
Matières
premières
Dettes
d'entreprises

Semaine de stabilisation pour les marchés actions après un retour à des niveaux proches voire supérieurs aux niveaux pré-Brexit. Les marchés obligataires se sont aussi stabilisés après plusieurs jours de hausse des taux. Mario Draghi s’est voulu rassurant ce jeudi, après la réunion de la Banque d’Angleterre de la semaine dernière, qui a préféré analyser la situation post-Brexit avant d’intervenir très certainement au mois d’août. La BCE reste prête à agir mais est dans une position d’attente, ayant besoin de plus de temps pour juger des conséquences économiques de l’incertitude engendrée par la future sortie de l’Union Européenne du Royaume-Uni. L’enquête trimestrielle sur le crédit en zone Euro a été publiée mercredi. Elle continue de montrer un assouplissement des conditions de crédit et une amélioration de la demande, mais là aussi, la BCE temporise ces résultats positifs, l’impact du Brexit n’étant pas clairement évalué.

Aux Etats-Unis, les statistiques pointent la bonne santé de l’économie au deuxième trimestre : les chiffres de ventes de détails, production industrielle, mises en chantiers et permis de construire sont supérieurs aux attentes pour le mois de juin. Ainsi, la semaine prochaine, la réunion de la Fed sera un point d’attention, de même que la publication de la première estimation du PIB.

La fin du mois de juillet sera aussi marquée par la réunion de la Banque du Japon, de nouvelles mesures d’assouplissement étant attendues, et par la publication des stress tests sur les banques européennes par la BCE. Dans le même temps, la saison de publications de résultats entre dans les semaines les plus actives alors que les attentes ont été revues à la baisse.

En termes d’allocation d’actifs, à la suite de la remontée des taux, nous avons pris des profits sur la position vendeuse sur le taux 10 ans américain. Nous avons mis en place des couvertures sur les obligations d’entreprises à haut rendement, compte tenu de la rapidité du mouvement de réappréciation des prix.

 

 

  Actions européennes

haut de page

Les marchés européens sont tirés par les nombreux résultats publiés cette semaine. Les secteurs de l’automobile et de la banque restent bien orientés dans la lignée de la semaine dernière. Volkswagen pré-publie ses résultats et indique dépasser les attentes du marché avec un résultat opérationnel supérieur à 5 milliards d’euros. Ces chiffres, ainsi que ceux de Daimler, soutiennent l’ensemble du secteur. Chez Daimler, le management se montre confiant dans ses perspectives annuelles grâce notamment à la montée en puissance de la nouvelle Classe E de Mercedes. Sans surprise, car déjà annoncé il y a quelques semaines, les vente de camions sont décevantes aux Etats-Unis. SAP dépasse aussi les attentes aussi bien en termes de chiffre d’affaires que de résultat opérationnel. Les chiffres de Thalès sont excellents, avec une croissance organique proche de 10% sur le deuxième trimestre. Publicis enregistre une croissance organique de +2,7% grâce à l’Europe (+7,3%) et aux pays émergents (+5,5% en Asie et +4,8% en Amérique Latine).

Dans le luxe, Hermès fait toujours figure d’exception avec une croissance organique de plus de 8% au deuxième trimestre (+5% pour le consensus) portée par le succès de sa division maroquinerie (+17%), qui représente 52% de son chiffre d’affaires. Dans le même temps, Swatch publie, a contrario, les performances opérationnelles les plus décevantes de son histoire pour le semestre (baisse des ventes de 12,5% et très fort recul de la marge opérationnelle à 9,5%).  
Dans les déceptions également, les chiffres de Rémy Cointreau reflètent une croissance organique des ventes du 1er trimestre stable pour le groupe et négative pour le cognac. La zone Amériques continue néanmoins de connaître une croissance à deux chiffres, portée par le cognac. Easyjet et Lufthansa publient de mauvais chiffres trimestriels, Lufthansa abaissant même ses prévisions de revenus à horizon deuxième semestre, entrainant une chute des titres ainsi que la baisse de leurs concurrents (Air France, Ryanair).

Du côté du M&A, le japonais Softbank réalise une OPA sur ARM Holdings, société de technologie anglaise (processeurs et logiciels pour l’industrie du mobile notamment). L’opération se conclut à 32 milliards de dollars avec une prime de 43% sur le dernier cours coté. Arkema fait l’acquisition de Den Braven, groupe néerlandais spécialisé dans les mastics pour l’isolation et la construction en Europe, renforçant ainsi sa division Bostik et par là-même, sa chimie de spécialités. L’autorité de la concurrence a validé le mariage entre Fnac et Darty sans contrainte majeure. Enfin et sans surprise, Monsanto a rejeté la nouvelle offre de Bayer à 125$ par action (soit +2,5% comparé à la première offre).

 

 

  Actions américaines

haut de page

Semaine de stabilisation sur les marchés américains. Le marché immobilier continue d’afficher une excellente santé avec des mises en chantier en progression de 4,5% (contre 0,2% attendu) et des ventes de maisons neuves en progression de 1,1% (en base séquentielle). C’est cependant la micro qui aura constitué le principal moteur du marché avec la poursuite des publications trimestrielles.

Sur le front des valeurs, on retiendra les bons chiffres d’IBM. Les ventes de la branche «  impératifs stratégiques » affichent une progression de 12%. Même tonalité chez Microsoft, qui en parallèle du rebond de son activité Serveur, maintient un excellent momentum sur son activité cloud, les ventes d’Azure progressant de plus de 100%. Le géant de la santé, Johnson & Johnson a annoncé de très bons chiffres emmenés par la division Pharma (Remicade, Stelara, …) et relevé ses orientations annuelles.

Du coté des déceptions on retiendra Netflix dont les projections de gains de nouveaux abonnés sont ressortis en deçà des attentes (à 2 millions de nouveaux abonnés hors US, contre 2,8 millions espérés, même tendance sur les US). Le titre abandonne près de 15% sur cette annonce. Starbucks a également déçu, annonçant des ventes à périmètre constant aux US de « seulement » 4%, contre plus de 5% attendu. Le management a revu marginalement en baisse ses estimations sur le deuxième semestre. Il faudra également retenir l’impact de plus en plus net de la hausse des salaires US, qui devrait se traduire par une charge additionnelle de 300 millions de dollars l’année prochaine.

Les secteurs de la technologie et la santé affichent une progression de 1,3% et 1% respectivement, dans un marché atone, alors que l’énergie, la consommation de base et les industrielles sont en recul au cours des cinq dernières séances.

 

 

  Actions japonaises

haut de page

Les marchés actions japonais ont poursuivi leur rebond et le Topix a clôturé le mois en hausse de 2,2 %. La dépréciation du yen face au dollar sous la barre des 106 a soutenu le cours des actions des exportateurs. La probabilité de plus en plus élevée de voir la Banque du Japon adopter des mesures de relance budgétaire de grande ampleur a entraîné un regain de confiance des investisseurs. Une certaine frénésie s'est emparée du marché en raison de rumeurs selon lesquelles la Banque du Japon envisagerait d'adopter une politique de relance connue sous le nom de «monnaie hélicoptère». Le gouverneur de la Banque centrale japonaise a balayé ces rumeurs.

Les secteurs financiers ont progressé et le secteur de l'assurance a signé la plus forte hausse (+7,4 %). A l'inverse, le secteur de la pêche, l'agriculture et la sylviculture a reculé de 1,4 %.

L'action Nintendo a poursuivi sa hausse, portée par la fièvre « Pokemon Go ». Le fabricant de jeux nippon a vu le cours de son action bondir de 10,7 % au cours de la semaine et a annoncé la sortie tant attendue du jeu au Japon.
Le concepteur de l'application de messagerie LINE a fait son introduction sur la Bourse de Tokyo le 15 juillet. Le cours de l'action a, dans un premier temps, bondi de 52 % par rapport à son court d'introduction, avant de clôturer le mois en hausse de 22 % suite à des prises de bénéfices.

SoftBank a en revanche vu le cours de son action reculer de 10 %, après avoir annoncé l'acquisition impressionnante de ARM Holdings PLC. Il s'agit de la plus grosse acquisition d'une société étrangère par une entreprise japonaise. Les investisseurs ont pourtant sanctionné le titre en bourse, en raison des inquiétudes suscitées par les dettes importantes figurant au bilan de SoftBank. Le PDG du groupe, Masayoshi Song, estime toutefois qu'il s'agit d'une opportunité pour son entreprise, qui portera ses fruits dans le sillage du changement de paradigme entre activité mobile et « internet des objets ».

 

 

  Marchés émergents

haut de page

La plupart des marchés émergents ont clôturé la semaine en hausse. Les actions indonésiennes, brésiliennes et taïwanaises ont signé les meilleures performances.

La saison des résultats s'est poursuivie en Inde. HDFC Bank a vu son bénéfice net progresser de 20 % en glissement annuel, porté par une croissance du crédit toujours forte, quoiqu'un peu moins qu'auparavant.

La Banque centrale indonésienne a maintenu son taux directeur à l'identique, alors que le marché tablait sur une nouvelle baisse, qui aurait été la cinquième depuis le début de l'année. La banque centrale a déclaré que les baisses précédentes avaient permis à l'économie, en berne jusqu'alors, de rebondir.

Après la bonne surprise de l'IPCA (chiffres de l'inflation) en juin, l'IPCA-15 brésilien pour le mois de juillet a progressé de 0,54 % en glissement mensuel, un chiffre supérieur aux prévisions du marché (+0,45 % en glissement mensuel) et à nos anticipations (+0,41 % en glissement mensuel). Cependant, l'inflation est tombée à 8,93 % en glissement annuel (contre 8,98 % en variation annuelle en juin).

Mexico’s Aeroportuario del Sureste a publié des résultats semestriels supérieurs aux prévisions. Le chiffre d'affaires global (hors construction), en hausse de 16,7 % en glissement annuel, a atteint 1,8 milliard de pesos. Le chiffre d'affaires dérivé des activités aéronautiques a progressé de 12 % en variation annuelle, tandis que le chiffre d'affaires provenant des activités hors aéronautique a bondi de 24,2 %, porté par une hausse de 25,3 % des revenus commerciaux. Par ailleurs, le trafic total a atteint 6,9 millions de passagers.

Moody’s Investors Service a placé la dette souveraine de la Turquie sous surveillance et envisage de la rétrograder en catégorie spéculative après la tentative de coup d'État manquée la semaine dernière. Les actions turques et la lire turque ont dévissé dans le sillage de cet événement, obligeant la banque centrale à abaisser ses taux d'intérêt pour le cinquième mois consécutif.

 

 

  Matières premières

haut de page

Le pétrole corrige cette semaine pour repasser sous les 45 dollars le baril alors que les métaux de base terminent en ordres dispersés malgré la hausse du dollar. L’or a perdu 14 dollars cette semaine à 1323 dollars l’once.

La publication hebdomadaire du Department of Energy continue d’inquiéter le marché.

Malgré une nouvelle baisse des stocks de bruts aux US (la 9ième consécutive), les stocks d’essence continuent de progresser alors que nous sommes au milieu de la « driving season », période caractéristique d’une forte demande en produits raffinés. Pour le mois de mai, le nombre de miles parcouru aux US est en hausse de +2% sur un an glissant (+3,3% depuis le début de l’année) démontrant que la demande reste soutenue. C’est du côté des raffineries qu’il faut chercher l’explication : celles-ci préfèrent convertir le brut en produits par anticipation aux fermetures annuelles pour maintenance qui  commencent fin septembre.

Toujours aux US, le drilling productivity report publié par l’Energy Information Administration indique que la production on-shore américaine continue de baisser dans les principaux bassins et l’institution s’attend à une baisse de -99 000 barils/jour en aoûtt soit -740 000 barils/jour sur 1 an glissant.

L’autre facteur ayant impacté négativement les prix du pétrole cette semaine est la révision à la baisse des attentes de croissances par le FMI citant les incertitudes relatives au Brexit qui pourraient impacter la demande de brute du vieux continent. La tentative de coup d’Etat en Turquie n’a eu que peu d’impact sur les prix. La Turquie est un petit producteur (50 000 barils/jour) mais c’est surtout le détroit du Bosphore où transitent 3% des volumes de pétroles mondiaux en provenance de Russie et du Kurdistan qui faisait l’objet d’inquiétudes. Le détroit a été « fermé » par les autorités maritimes au moment de la tentative de coup d’Etat et ré-ouvert quelques heures après sans incidence majeure.

Le prix du minerai de fer a corrigé cette semaine. Les 3 majors Rio Tinto, Vale et BHP Billiton ont publié leurs résultats trimestriels. Dans l’ensemble, les niveaux de production de minerai de fer sont en légère baisse pour BHP et Vale impactés par Samarco mais c’est surtout les prix réalisés qui ont déçu sur la période. Rio a maintenu sa guidance 2016 (350 Mt) et BHP révélé sa guidance 2017 à 265-275Mt soit +10Mt grâce l’expansion de Jimblebar.

 

 

  Dettes d'entreprises

haut de page

Crédit

Le marché du crédit était en attente des déclarations de M. Draghi ce jeudi. La BCE a, comme prévu, observé un statu quo sur ses taux d’intérêt et maintenu son programme d’achat de dette à 80 milliards d’euros par mois.

M. Draghi a déclaré que le Brexit était un facteur négatif pour la reprise de la croissance en zone euro et étudierait toutes les solutions quant à d’éventuelles actions mais ceci, pas avant l’automne. 

Le montant du CSPP a été dévoilé. 10.4 milliards d’euros ont été achetés sur le marché Corporate Investment Grade depuis le 8 juin 2016 (plus de 400 obligations crédit Investment Grade et Xover) sur tous les secteurs, toutes maturités, et cela par 6 banques centrales (Allemagne, France, Italie, Espagne, Belgique et Finlande). Ces achats continuent de soutenir le marché du crédit. L’indice Main se resserre à 68bp et l’indice Xover se resserre à 317bp.

Sur le marché du High Yield, le marché primaire est encore actif  avec des noms comme Lecta (papier), Navira (ferry dans les Canaries), Gamenet (gaming), BEH (utility Bulgare) et un tap de United Group (telecoms & cable slovène).

Sur le segment des financières, le marché primaire s’est asséché, étant entrés dans la période des résultats (banques US) et dans l’attente des derniers stress tests sur les banques européennes le 29 juillet au soir. Ces stress tests devraient déclencher une action sur Monte Paschi. Le discours de M.Draghi sur les banques italiennes s’est voulu rassurant sur leur solvabilité, en insistant sur la nécessité d’un soutien public dans des circonstances exceptionnelles afin de résoudre ce problème de créances douteuses.

Convertibles 

Après 21 jours de léthargie, le marché primaire américain des obligations convertibles a enregistré un regain d'activité avec deux nouvelles émissions.

Belden (leader dans les solutions de transmission de signaux) a émis pour 450 millions de dollars d'actions préférentielles convertibles qui pourront être utilisées pour financer une acquisition éventuelle ou la croissance de l'entreprise. BlackHawk Network (cartes cadeaux, paiements numériques...) a émis pour 452 millions de dollars d'obligations convertibles à échéance 2022. Les fonds levés serviront en partie à rembourser un prêt à échéance 2018. Parallèlement, la période des résultats du deuxième trimestre bat son plein (1/5 des sociétés du Stoxx 600 ont déjà publié leurs résultats). Severstall a publié des résultats solides en glissement trimestriel : la capacité d'autofinancement du groupe ressort à 342 millions de dollars au deuxième trimestre, contre -32 millions de dollars au premier trimestre (rendement annualisé du flux de trésorerie disponible de 14 %) grâce à une réduction du fonds de roulement net induite par un écoulement saisonnier des stocks. Le groupe a, en revanche, publié un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux prévisions. Le directeur financier du groupe a annoncé un plan visant à maintenir un ratio endettement net/Ebitda d'environ 0,5.

Werelhave a publié un résultat de 77,7 millions de dollars au deuxième trimestre 2016, contre un résultat de 62,6 millions de dollars l'an dernier à la même période. Le groupe affiche par ailleurs un taux de fréquentation de ses centres commerciaux de 94,8 %, contre 93,8 % l'an dernier à la même période (Perspectives confirmées).

Dassault Aviation a publié un EBIT décevant de 125 millions de dollars, contre 144 millions de dollars l'an dernier à la même période. Les prévisions de livraison de Falcon pour 2016 ont été révisées à la baisse. De nombreux observateurs considèrent qu'il s'agit d'une année de transition. Nexity a publié de bons résultats pour le premier semestre 2016 : l'EBIT est supérieur de 10 % aux prévisions des analystes (les objectifs annuels ont été rehaussés de 4 %) et le groupe a enregistré une hausse de ses marges.

Profitant de la hausse de 25,32 % du cours de l'or depuis le début de l'année, Newmont Mining a publié des résultats impressionnants : le BPA du deuxième trimestre ressort à $0,44 (les analystes tablaient sur $0,29) et l'EBITDA à 804 millions de dollars (contre une prévision de 692 millions de dollars). Le groupe a, par ailleurs, assaini son bilan, en remboursant environ 600 millions de dollars de dette depuis le début de l'année 2016 et prévoit de rembourser entre 800 et 1300 millions de dollars d'ici 2018.
Nuance Communications a signé un contrat définitif au titre duquel le groupe s'est engagé à racheter le leader des services numériques aux clients et des solutions de souscription TouchCommerce pour 215 millions de dollars.

Le PDG de Tesla, Elon Musk, a annoncé que le Plan Directeur de Tesla prévoyait la conception d'un véhicule utilitaire, et d'un camion et/ou d'un bus autonome. L'annonce a été accueillie dans une relative indifférence.

En Europe, si la BCE a maintenu ses taux à l'identique, elle a néanmoins déclaré prête à adopter de nouvelles mesures de relance si les risques liés au vote en faveur du Brexit, à l'inflation trop faible ou à la crise du secteur bancaire italien commençaient à peser sur l'économie du vieux continent.

Dans les prochains jours, nous surveillerons attentivement la réunion de la Banque du Japon, qui aura lieu les 28 et 29 juillet, ainsi que le sommet du G20, qui aura lieu en Chine les 23 et 24 juillet (la dévaluation du yuan a provoqué de nouvelles sorties de capitaux et devrait faire l'objet de toutes les attentions).

Achevé de rédiger le 22/07/2016


Elément complémentaire