L’automobile, une valeur à part : le cas de la Ferrari 250 GTO

Actualité - 22/04/2016

Par périodes, les voitures de collection constituent le plus rentable des placements.
L'exemple classique de la la Ferrari 250 GTO

La Ferrari 250 GTO (1962-1964) était jusqu'en 1975 une voiture d'occasion attirante mais intimidante, qui se négociait bien moins cher qu'une Ferrari neuve. Puis elle a connu en moins de vingt ans (1971-1989) une plus-value proprement vertigineuse. De l'ordre de 100 000 % en francs courants, de 50 000 F en 1975 à 50 millions de Francs en 1989.

De telles performances n'ont été possibles que sur un marché « innocent », sans stratégie, mais elles ont éveillé l'attention. Une chute brutale, en 1990-1991, a douché les enthousiasmes, mais la hausse a repris. Une GTO vaut aujourd'hui 20 à 30 millions d'euros. Certaines autos plus ordinaires (Jaguar E, Ferrari Daytona) ont « pris » 2 à 300 % depuis 2013.

Alléchant, mais pas sans risque ! Il existe des faux, de mauvaises voitures dont le passé trouble rend l'avenir incertain et les pertes peuvent être aussi impressionnantes que les hausses. Il faut s'entourer d'experts mais la meilleure garantie est de choisir sa voiture par passion.

Si la perspective de plus-value s'évanouit, restent les joies de l'automobile…

Article extrait du programme officiel du Tour Auto, publié par Le Point le 18 avril 2016

​Le groupe Edmond de Rothschild partenaire pour la quatrième année consécutive du Tour Auto Optic 2ooo

Partenaire de l'événement depuis 2013, le groupe Edmond de Rothschild poursuit son engagement auprès du Tour Auto Optic 2ooo et célèbre cette année les 25 ans de cet événement automobile historique et unique qui rassemble des passionnés et collectionneurs de voitures du monde entier. Il compte cette année 4 équipages dans la compétition, dont un aux couleurs de la Fondation OPEJ – Baron Edmond de Rothschild.
Du 18 au 24 avril 2016, Pierre Le Gloahec et Ombeline de Clermont-Tonnerre font cette année équipe pour participer au Tour Auto Optic 2ooo. Pour la 4ème année consécutive, ils courent sous les couleurs du groupe Edmond de Rothschild et au profit de la Fondation OPEJ, à bord de la mythique Jaguar MK1 de 1959. Leur objectif est de faire connaître l'OPEJ et d'encourager les dons, afin d'aider des enfants à partir en vacances avec leurs parents.