L'eau, plus vitale que le pétrole

Investissement Socialement Responsable - 28/09/2016

En 2016, la Californie ou encore l’Afrique australe ont été victimes de records de sécheresse, tandis que plus de 600 millions de personnes sont encore privées d’eau potable(1). L’eau constitue une ressource de plus en plus convoitée et valorisée, qu’il faut protéger. Les enjeux liés à l’or bleu sont considérables, à tel point que le Forum économique mondial classe la pénurie d’eau en tête des risques en termes d’impact(2) à l’échelle planétaire.

L’eau est une ressource rare. On estime que seulement 1% de l’eau présente sur Terre est à ce jour disponible. En effet, selon l’USGS3, nos réserves sont constituées à 97% d’eau salée et à 2% d’eau douce bloquée sous forme de glace (calottes glaciaires et glaciers). Quant aux réserves d’eau douce liquide restantes, elles sont inégalement réparties autour de la planète entre quelques pays fortement approvisionnés et un nombre croissant de pays en situation de stress hydrique4. D’autre part, le changement climatique, agissant de concert avec l’augmentation de la population et l’évolution à la hausse de « l’empreinte eau5 » par habitant, fait peser un risque accru sur les ressources et exacerbe la concurrence entre usagers et usages de l’eau.

L'eau est une ressource rare

Elle est au coeur de la plupart de nos activités : agriculture, industrie, besoins domestiques et même récréatifs. On parle « d’eau virtuelle » nécessaire pour produire un bien ou assurer un service. À titre d’exemple, on estime qu’en moyenne 10 000 litres d’eau sont requis pour fabriquer un kilo de coton et près de 15 000 litres pour produire un kilo de viande de boeuf6.
2 500 litres d’eau sont donc affectés à la seule irrigation du coton utilisé pour un t-shirt et 3 500 à 4 500 litres sont indispensables pour servir un steak dans nos assiettes.

Peter Brabeck-Letmathe, alors Président de Nestlé, déclarait en 2012, lors du Forum de l’OCDE, « nous allons manquer d’eau bien plus rapidement que de pétrole ». Une manière de souligner la valeur grandissante qu’acquiert l’eau au fil du temps et que certains considèrent déjà comme une commodité. Cependant, contrairement au pétrole, l’eau est une ressource renouvelable. Les avancées technologiques nous apportent des possibilités considérables de réponse. De l’usage du big data permettant de modéliser les précipitations, permettant une irrigation plus intelligente des cultures, aux avancées en biochimie visant à rendre plus accessible le processus de dessalement de l’eau de mer par « osmose inverse7 », des solutions existent. La préservation de l’or bleu passera par le changement de nos habitudes de consommation et des modes de production.

1. UN Water, Rapport des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau 2016, p.21
(http://www.unwater.org/publications/publications-detail/en/c/396246/).
2. World Economic Forum, Global Risks 2015 10th Edition, p.17
(http://www3.weforum.org/docs/WEF_Global_Risks_2015_Report15.pdf).
3. United States Geological Survey.
4. Situation de pénurie, quand la demande en eau dépasse les ressources disponibles.
5. Le concept sert d’indicateur pour évaluer et comparer les différents modes de consommation.
6. Source : Water Footprint Network, product gallery
(http://waterfootprint.org/en/resources/interactive-tools/product-gallery/).
7. Système de purification de l’eau par un filtrage très fin ne laissant passer que les molécules d’eau.