Les investisseurs retiennent leur souffle avant la décision de la Fed

Regards et perspectives économiques - 15/12/2015

Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale américaine, doit rendre son verdict concernant la trajectoire de la politique monétaire, à l’issue de la réunion prévue ce mercredi. Dans ses récents discours, notamment celui prononcé début décembre devant l’Economic Club de Washington, elle a affiché sa confiance dans le redressement de l’économie américaine, préalable requis avant une hausse des taux qui semble bel et bien se dessiner.

La présidente de la Fed mais aussi bon nombre des membres de l’institution ont adopté un ton clairement hawkish depuis plusieurs semaines, afin de préparer les investisseurs à la perspective d’un resserrement de la politique monétaire qui devrait être progressif. Ils rappellent régulièrement la bonne tenue du marché de l’emploi, au regard des créations de postes aux Etats-Unis ces derniers mois, et se félicitent des chiffres de la consommation. En outre, ils estiment que les soubresauts dans les émergents ne viendront pas ternir le cycle de reprise.

Janet Yellen n’a guère le choix de passer à l’offensive dès ce mois-ci. Dans le cas contraire, les banquiers centraux enverraient un signal négatif sur la santé de l’économie américaine. Cette première hausse de taux aux Etats-Unis depuis neuf ans devrait être limitée, à un quart de point (0,25%). La Fed pourrait décider de nouvelles vagues modestes de relèvement des taux en 2016, en fonction de données clés (inflation et dollar), pour atteindre 1% d’ici la fin de l’année prochaine.

La question finalement consiste à savoir à quel point la Réserve fédérale voudra fournir une forward guidance. Pour l’heure, elle n’en fournit plus, sachant que les dots sont trop écartés pour être un outil fiable. Se bornera-t-elle à dire que les prochains mouvements dépendront de la conjoncture, ce qui reviendrait à supprimer tout repère aux marchés ? Quels éléments, au-delà d’un changement des dots, la banque centrale utilisera-t-elle pour faire comprendre qu’une hausse des taux devrait être limitée dans un premier temps ? Les premiers éléments de réponses seront très importants pour les investisseurs.

La désynchronisation des politiques monétaires entre les Etats-Unis et la zone euro va s’accentuer progressivement au cours des prochains mois, renforçant indéniablement l’attractivité du Vieux Continent et plus particulièrement des actions européennes. Les valeurs cycliques de la zone euro, avec une exposition domestique, devraient notamment tirer leur épingle du jeu.

 

Décembre 2015. Document non contractuel. Ce document est exclusivement conçu à des fins d'information.

AVERTISSEMENT : Les données chiffrées, commentaires et analyses figurant dans cette présentation reflètent le sentiment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et de ses filiales sur les marchés, leur évolution, leur réglementation et leur fiscalité, compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour. Ils ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement ou garantie de Edmond de Rothschild Asset Management (France).

Tout investissement comporte des risques spécifiques. Tout investisseur potentiel doit se rapprocher de son prestataire ou conseiller, afin de se forger sa propre opinion sur les risques inhérents à chaque investissement indépendamment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et sur leur adéquation avec sa situation patrimoniale et personnelle.