Des résultats trimestriels positifs et une FED optimiste

Analyse de marché - 29/07/2016

Les marchés actions parviennent à se stabiliser après plusieurs semaines de hausse, malgré des statistiques américaines en demi-teinte et le net recul du cours du baril qui a suivi la publication des stocks hebdomadaires US.
Actions
européennes
Actions
américaines
Actions
japonaises
Marchés
émergents
Matières
premières
Dettes
d'entreprises

Les marchés actions parviennent à se stabiliser après plusieurs semaines de hausse, malgré des statistiques américaines en demi-teinte et le net recul du cours du baril qui a suivi la publication des stocks hebdomadaires US.

Les publications de résultats trimestriels et la réunion de la FED ont toutefois apporté de nouveaux éléments encourageants sur la conjoncture économique.

En effet, des deux côtés de l’Atlantique, les entreprises ont su faire preuve de résilience face aux vents contraires qui ont secoué l’économie mondiale, publiant des résultats au-dessus des attentes, avec des secteurs cycliques qui tirent leur épingle du jeu face aux secteurs les plus défensifs.

D’autre part, le communiqué du FOMC s’est révélé plus optimiste, la FED se montrant plus confortée par le rebond de l’activité et la ré-accélération de l’emploi alors qu’en juin, le ralentissement des créations d’emploi avait inquiété la banque centrale et lui avait fourni une bonne excuse pour reporter la hausse des taux. L’inflation totale reste de son côté déprimée par un effet-énergie, mais l’inflation sous-jacente se porte bien et n’est plus très loin de la cible. En somme, en pointant des risques "plus ou moins équilibrés" en lieu et place d’ "équilibrés" dans son discours précédent, la FED nous rapproche un peu plus d'une hausse des taux d’ici la fin d’année. Les indicateurs de confiance du mois de juillet ont confirmé la bonne orientation des statistiques macros dans la Zone Euro.

S'agissant de la Banque du Japon (BoJ), celle-ci a annoncé des ajustements à sa politique monétaire, citant notamment la décision des britanniques de quitter l'Union Européenne qui renforce les incertitudes économiques internationales. Si la BoJ a laissé le montant de son programme de rachat d'actifs inchangé, source de déception pour les marchés actions, elle a tout de même décidé de doubler la part allouée aux fonds cotés en Bourse (ETF) ainsi qu'à son programme de prêts en dollars américains. Cette annonce intervient deux jours après l'annonce par le Premier ministre Shinzo Abe d'un massif plan de relance. La BoJ dit "espérer que ces mesures monétaires et les initiatives du gouvernement vont produire des effets de synergie sur l'économie". Néanmoins, des doutes sur l’efficacité économique sont souvent avancés d’autant plus que les dépenses nouvelles réellement activées au fil des prochains trimestres par l'Etat ne représenteront qu’une fraction de ce montant.


En terme d’allocation d’actifs, nous conservons une légère surpondération en actions. Nous avons toutefois écrêté nos expositions sur le High Yield européen suite aux performances générées sur cette classe d’actifs. Par ailleurs, nous avons pris des profits sur nos positions vendeuse d’emprunts d’états américains après la phase de tensions sur les rendements des dettes souveraines.

 

 

  Actions européennes

haut de page

L’avalanche de publications cette semaine n’a pas permis la poursuite d’un rallye qui avait pratiquement ramené les marchés européens à leur niveau pré- Brexit, ces derniers étant demeurés quasi étales.

Les pétrolières ont notamment pesé, des résultats décevants chez Shell et un profit warning de Saipem ayant eu raison des bons chiffres de Total dont le résultat opérationnel ressort à 20% au-dessus des attentes et de Neste Oil.

A l’inverse, le secteur automobile a profité des bons chiffres de Michelin, un excellent contrôle des coûts permettant d’enregistrer une profitabilité record à 13.7% (vs 12% au premier semestre) en dépit d’un effet mix/prix négatif. Du côté de Peugeot, les chiffres sont mêmes spectaculaires avec une marge de la division auto qui atteint un record à 6,7% au 1er semestre vs 5,4% estimé par le consensus.

Résultats également très au-dessus des attentes chez Rolls Royce grâce à la solide performance de la division aérospatiale civile et à des réductions de coûts et des livraisons plus rapides. Bon semestre également chez Airbus avec les problèmes de programmes en voie de résolution.

Chez Atos, le chiffre d’affaires a connu une croissance organique au S1 de 1,8% et la marge d’EBIT ressort à 7,8% contre 7,6% amenant le groupe à relever ses objectifs 2016.

Telecom Italia a rassuré avec des résultats T2 2016 au-dessus des attentes et ce, tant au niveau du chiffre d’affaires que de l’EBITDA amenant le groupe à légèrement relever ses orientations d’EBITDA 2016.

Chiffres très rassurants et supérieurs aux attentes dans le luxe pour Kering, notamment grâce à Gucci qui confirme son excellente tendance sur le T2 à +7,4% de croissance organique, ainsi que pour LVMH, porté par l’excellente performance des Vins & Spiritueux à +13% au T2, et la très bonne dynamique des Parfums & Cosmétiques à +6%.

BASF affiche des résultats très légèrement inférieurs mais les produits de performance continuent de montrer une forte amélioration. Le Groupe a donc maintenu ses perspectives.

Chez Reckitt Benckiser, la croissance organique est décevante mais la marge rassurante, de même que chez L’Oréal où la croissance organique ressort tout de même à 4,3% vs. 4,6% pour le consensus.

Au sein du secteur de la santé, les chiffres de Sanofi sont en ligne, un peu meilleurs sur l’EBITDA chez Bayer avec une hausse de l’orientation annuelle, tandis que la croissance organique d’Essilor au T2 ressort à 3% vs. 5% au trimestre précédent.

Chez Anheuser Bush InBev, le T2 s’avère un peu faible mais l’attention se focalise sur la transaction avec SABMiller, alors que les chiffres sont excellents chez Diageo.

 

 

  Actions américaines

haut de page

Les marchés américains progressent légèrement au cours des cinq dernières séances, le S&P500 est en hausse de +0,2%, tiré par les valeurs technologiques et les matières premières, alors que le secteur de l’énergie recule, marqué par le repli du prix du pétrole.

La Fed opte pour le statu quo monétaire en maintenant le taux directeur à 0,5%, tout en soulignant que les risques à court terme se sont réduits, et ouvrant ainsi la porte à un resserrement des taux cette année. La banque centrale a ajouté que l’économie a connu un rythme de croissance modéré, que les créations d’emplois ont été importantes en juin et que les dépenses des ménages sont ressorties en hausse. Les ventes de nouveaux logement en juin ont dépassé le consensus à 592k (vs. 560k estimé et vs. 572k préc.). C’est la première fois depuis février 2008 que les ventes atteignent ce niveau, augmentant de +25,4% sur an glissant, et réaffirmant par là le dynamisme du marché immobilier américain.

Les sociétés américaines publient des résultats trimestriels de bonne qualité, légèrement supérieurs aux attentes, notamment dans certains secteurs cycliques tels que l’immobilier (Masco, Owens Corning), les métaux (US Steel, Allegheny Technology) ou les biens d’équipement (Caterpillar, United Technologies ou Oshkosh). Apple publie des ventes supérieures aux attentes, a rassuré sur le niveau des marges, et a indiqué que l’iphone SE connaît un excellent lancement.

Le secteur technologique connaît une reprise des opérations financières, avec l’acquisition de Linear Technology par Analog Devices dans les semi-conducteurs, pour un montant de 15Mds $, soit une prime de 24%, ainsi que l’acquisition de Netsuite par Oracle, dans les software, pour un montant de 9Mds$.

 

 

  Actions japonaises

haut de page

Alors que les spéculations allaient bon train quant à savoir si la BoJ allait prendre des mesures d'assouplissement monétaire supplémentaires lors de sa réunion de fin de mois, l'indice Topix a clôturé en baisse de 2,4 % après s'être montré très indécis tout au long de la semaine. Le titre Nintendo a enregistré la principale chute (-24,7 %) parmi les entreprises présentes dans l'indice Topix100, malgré la frénésie autour du jeu Pokemon Go observée la semaine dernière. L'action du groupe Itochu a été affectée par le rapport d'un fonds activiste américain ayant laissé entendre que le groupe de négoce allait sans doute être amené à dévoiler une dépréciation de son activité d'exploitation du minerai de charbon en Amérique latine, ce qui a provoqué des inquiétudes à l'égard de possibles irrégularités comptables comme ce fut le cas avec Toshiba. Les investisseurs ont également délaissé les valeurs financières, considérant que les bénéfices des banques seraient affectés par une poursuite de la politique de taux d'intérêt négatifs des banques centrales. Sur une note positive, Shin-Etsu Chemical a atteint un niveau record depuis le début de l'année grâce à un rebond de 9,9 % attribuable à de meilleurs résultats que prévu pour l'année 2015 et des perspectives supérieures au consensus pour l'année 2016.

 

 

  Marchés émergents

haut de page

Cette semaine, les actions émergentes ont signé une hausse de 0,5 % (en dollar). En Asie, l'amnistie fiscale tant attendue, accordée par le gouvernement indonésien, a constitué l'événement marquant de ces sept derniers jours. Grâce à cette décision, et aux prévisions de baisse des taux d'intérêt, nous avons maintenu notre opinion positive à l'égard de l'Indonésie. En Inde, 30 % des entreprises ont publié leurs résultats qui, dans la moitié des cas, sont ressortis supérieurs aux attentes (c'est au sein des secteurs de l'industrie et des matériaux que les résultats ont le plus souvent dépassé les prévisions, et au sein des secteurs de la finance et des services aux collectivités qu'à l'inverse, ils ont le plus souvent déçu). Surperformances les plus significatives : Eicher Motors (Ebitda en hausse de 68 % sur un an glissant, cours du titre en hausse de 10 % depuis le début de la semaine). Le marché indien a également été stimulé par le fait que le parlement pourrait enfin adopter la loi tant attendue sur les biens et les services à l'occasion de sa dernière session avant la saison de la mousson.

En Corée, Samsung a annoncé la quatrième et dernière phase de son programme de rachat d'actions pour un montant de 1 800 milliards de won. Le premier fabricant mondial de smartphones et de semi-conducteurs a publié sa marge d'exploitation trimestrielle la plus élevée depuis plus de deux ans, dopée par les ventes très encourageantes de son dernier terminal mobile et les efforts consentis en termes de réduction des coûts.

En Amérique latine, la semaine a été riche en résultats pour le deuxième trimestre. Au Brésil, les résultats se sont révélés supérieurs aux attentes, notamment sur le plan des réductions de coûts et du chiffre d'affaires. Bradesco et GPA ont toutefois fait exception à la règle, le premier ayant revu ses prévisions à la hausse en matière de provisions pour dépréciation. En outre, Petrobras a annoncé la cession d'une partie de ses actifs pour 2,5 milliards de dollars, ce que nous estimons encourageant du point de vue du désendettement de son bilan. Au Mexique, les résultats trimestriels sont ressortis conformes aux attentes. Néanmoins, les recettes commerciales des aéroports ainsi que les chiffres solides du trafic de passagers ont agréablement surpris. Les résultats d'America Movil sont décevants en raison de la baisse de sa marge d'Ebitda due au durcissement de la réglementation.

 

 

  Matières premières

haut de page

Les cours du pétrole poursuivent leur baisse, alors que le prix de l’or se stabilise et que le minerai de fer repart à la hausse.

Après avoir brièvement dépassé les 50$/b début juin, les cours du pétrole (Brent et WTI) sont sur une tendance baissière et se rapprochent des 40$/b, un niveau qui n’avait pas été vu depuis début avril. Les fondamentaux d’offre et de demande sont pourtant en amélioration. Deux éléments venant des Etats-Unis inquiètent cependant le marché à court terme : une certaine reprise de l’activité de forage dans le pétrole et des niveaux de stocks d’essence très élevés. Après avoir atteint un point bas de 316 à fin mai, le nombre de foreuses en activité est maintenant de 371, une hausse de +17%. La moitié de cette augmentation s’est produite dans le bassin du Permian (Est du Texas), là où le potentiel de ressources et la rentabilité sont les meilleurs. Il faudrait cependant un minimum de 550 foreuses pour stabiliser la production de pétrole de schiste. Celle-ci va donc continuer à baisser et atteindra un point bas autour des 4Mb/j sur le T1 2017 (5,3Mb/j au pic de mars 2015). Les stocks d’essence quant à eux restent élevés en raison d’une surproduction des raffineurs. Les statistiques récentes de ventes de véhicules (+5,6% en juin au niveau mondial), alors que General Motors revoit à la hausse ses estimations suite aux fortes ventes de camions et de SUV, sont positives pour la demande à venir. Nous pensons que les prix sont proches d’un point bas.

Le cours de l’or reste dans la tendance récente entre 1300 et 1350$/oz. Les flux sur les ETF se sont stabilisés. A noter les très bons résultats des sociétés aurifères au deuxième trimestre, et notamment leur forte génération de cash flows.

Le minerai de fer repasse au-dessus des 60$/t après avoir baissé la semaine dernière. Les stocks au niveau des ports chinois atteignent cependant des niveaux très élevés (108Mt), mais les résultats d’US Steel et d’ArcelorMittal montrent une très bonne demande en Europe.

 

 

  Dettes d'entreprises

haut de page

Crédit

Cette semaine, le ton aura été assez positif pour les marchés de crédit dans leur ensemble et particulièrement vigoureux sur le segment des financières. Les spreads de crédit se sont resserrés, portés par le changement de réglementation sur les valeurs bancaires, les rumeurs de soutien à Monte Paschi et l’augmentation de capital d’Unicredit. Le probable stimulus de la BoJ et les bonnes publications d’entreprises dans différents secteurs comme le luxe, l’automobile, l’aéronautique et la technologie ont également contribué à ce resserrement.

Avant la trêve estivale, le marché primaire reste actif, avec quelques émissions à noter : Bulgarian Energy Holding (utility bulgare) a émis un 5 ans et Ineos a émis une double tranche € et $ pour 1.1 md € équivalent afin de refinancer des maturités courtes. Sur le crédit Corporate, nous soulignons qu’EDF a publié des résultats semestriels légèrement supérieurs aux attentes et annonce l’allongement de la durée de vie de ses centrales hors Fessenheim. Le groupe annonce par ailleurs la décision définitive de lancer le projet Hinkley Point C. EDF est aussi entré en négociation exclusive avec la Caisse des Dépôts et Consignations pour céder la moitié de RTE et avance dans le processus d’indemnisation de Fessenheim. SGL Carbon a été dégradé de deux crans par S&P, de B à CCC+.

Accor a publié des résultats inférieurs aux attentes, affecté en particulier par de mauvaises performances à Paris et au Brésil. Obrascon est en discussions avec un fonds d’investissement afin d’étudier une offre conjointe sur OHL Mexico. Europcar a souffert au 2nd trimestre d'un contexte défavorable et revoit en baisse ses objectifs pour l'année en cours. Enfin, dans le sillage d’un secteur automobile bien orienté, Faurecia a relevé ses objectifs annuels.

Concernant la dette financière, nous notons un bon momentum pour les AT1. La BCE confirme que les tests au titre du Pilier 2 seront constitués de deux éléments -exigences au titre du pilier 2 et recommandations au titre du pilier 2. Cela améliorera la distance entre le Common Equity Tier 1 qui est publié et celui qui est exigé, affaiblissant ainsi la probabilité d’un non-paiement de coupon.

Convertibles 

LLa saison d'annonce des résultats est en cours, et un tiers des entreprises mondiales ont déjà publié les leurs : 82 % des entreprises de l'indice S&P 500 et 58 % de celles de l'indice Eurostoxx ont annoncé un BPA supérieur au consensus (grâce essentiellement au rebond du prix du pétrole et à la dépréciation du dollar). Valeo a publié une marge d'exploitation supérieure de 3 % aux prévisions du consensus, à 647 millions d'euros contre 538 millions d'euros il y a un an. Les objectifs annuels ont été confirmés malgré les incertitudes liées aux conséquences du Brexit qui pourraient affecter le marché automobile européen. Néanmoins, les dirigeants ont souligné que la marge devrait augmenter au second semestre pour des raisons de saisonnalité. Outokumpu a progressé de 10,5 % en raison d'excellents résultats au deuxième trimestre : le sidérurgiste a annoncé une augmentation des livraisons de sa filiale américaine, une réduction de ses coûts et un fonds de roulement de 117 millions d'euros qui ont tous contribué à un nouveau désendettement du bilan. Parmi les autres événements importants de la semaine. Au Japon, Sony a publié un robuste bénéfice net de 21,2 milliards de yen grâce aux ventes encourageantes de jeux vidéo pour sa Playstation 4 qui ont compensé les résultats décevants de sa division capteurs d'image. Le groupe a également revu à la baisse le coût ponctuel sur son activité du tremblement de terre de Kumamoto (80 milliards de yen contre 115 milliards de yen), et a maintenu son objectif de bénéfices annuels en se basant sur une prévision de taux de change yen/dollar de 103.

Sur le marché primaire des obligations convertibles, Citi a procédé à une émission d'obligations échangeables en actions Telekom Austria pour un montant de 374,2 millions d'euros. Ces obligations à coupon 0,5 % et à échéance 2023 affichent une prime de 40 %. En synthèse également, America Movil a réduit sa participation dans Telekom Austria de 7,8 %, se conformant ainsi à son engagement vis-à-vis de l'Autriche d'augmenter à 20 % le flottant de TKA.


Achevé de rédiger le 29/07/2016

Elément complémentaire