Réduction tactique au son du violon

Stratégie d'allocation d'actifs - 07/03/2017

Les marchés actions prolongent leur mouvement de hausse dans le cadre d’une poursuite de l’amélioration de l’environnement économique. En effet, les enquêtes dans toutes les principales zones laissent espérer une accélération du cycle alors que les résultats des entreprises du quatrième trimestre ont amorcé un redressement.

Baisse de l’aversion au risque

Dans un environnement presque euphorique, il nous semble qu’il est temps de réduire ponctuellement la voilure au sein de nos investissements en actions pour adopter un profil non pas défensif mais plus équilibré :

- Depuis quelques semaines, la hausse des marchés actions se nourrit moins de la reflation que de la baisse de l’aversion au risque. Ainsi, les taux longs ne progressent plus depuis le début de l’année et les valeurs value sous-performent le style growth aux Etats-Unis comme en Europe. Nos indicateurs d’aversion au risque montrent qu’elle atteint un plancher, ce qui invite à être un peu plus prudent. 

- Les marchés obligataires se sont un peu disloqués ces dernières semaines autour du risque politique européen. Les spreads des obligations de la France et de l’Italie ainsi que les swap spreads européens se sont nerveusement tendus sans que cela impacte de façon significative les obligations d’entreprises et les actions européennes. On ne saurait considérer ce constat de marchés comme acquis et tout retour de l’inquiétude politique sur ces deux pays du G7 pourrait très bien avoir un impact plus matériel sur l’ensemble des marchés. Par ailleurs, l’incertitude politique américaine demeure élevée, la question de l’articulation du programme économique de l’administration Trump restant encore très ouverte. 

- Si l’accélération économique peut toujours se poursuivre, certaines enquêtes atteignent déjà des sommets. Or la consommation des ménages, moteur important de la croissance l’an dernier notamment grâce à la chute des prix des matières premières, ne peut qu’être pénalisée par la disparition de ce facteur. D’une façon plus générale, le mouvement de reflation mondial sur les marchés a commencé il y a un an lorsque la Chine, avec succès, a organisé la reflation de son économie. Gardons à l’esprit que les autorités chinoises, qui conduisent une politique économique en stop & go, ont récemment durci leur politique monétaire, ce qui pourrait atténuer ce mouvement de reflation. 

- Les niveaux de valorisation du marché américain dépassent désormais les moyennes de long terme. Cette situation peut perdurer, voire s’amplifier, pendant de nombreux mois. Elle ne présage donc en rien d’un repli prochain du marché leader. Toutefois, il est plus confortable d’avoir des niveaux de valorisation plus tendus dans la première phase du cycle qu’en milieu ou fin de cycle comme actuellement.

A retenir
  • Neutralité sur les actions
  • Surpondération des obligations financières
  • Réduction du score du High Yield


Environnement favorable aux obligations financières 

Au sein des obligations, nous surpondérons les financières au détriment des obligations à haut rendement. Les obligations subordonnées délivrent déjà un meilleur rendement. Par ailleurs, l’environnement s’avère plus favorable aux obligations financières. D’une part, la régulation a considérablement réduit le profil de risque du secteur. D’autre part, la pentification de la courbe des taux renforce la profitabilité du secteur. Enfin, les obligations financières d’une façon générale sont peu détenues dans les portefeuilles des investisseurs, à la différence des obligations à haut rendement, ce qui leur donne une autre forme d’avantage. 

Nous prenons donc quelques profits de façon tactique dans les portefeuilles tout en restant convenablement investis. Nous restons fondamentalement convaincus que les marchés actions connaîtront une embellie cette année mais que suffisamment d’éléments techniques, politiques ou économiques seront en mesure de remettre un peu de volatilité sur les marchés, offrant alors davantage d’opportunités.

    Nos vues pour mars Evolution par rapport au mois précédent
ACTIONS
US
Europe
  Euro
  Royaume-Uni
Japon
Emergents
TAUX
US
Euro
Investment Grade
High Yield
Monétaire
DIVERSIFICATION    
Convertibles Euro
Dollar
A suivre
  • Prochaine réunion de la BCE : 9 mars
  • Prochaine réunion de la Fed : 14 et 15 mars
  • Prochaine réunion de la BoJ : 15 et 16 mars
  • Élections législatives aux Pays-Bas : 15 mars