Art et finance : « un nouveau potentiel »

Banque privée - 17/05/2016

Mélanie Damani est intervenue à la conférence Deloitte Art & Finance. International Wealth Structuring and Art Adviser chez Edmond de Rothschild, elle explique l’importance croissante de l’art dans la gestion de patrimoine et les atouts de Edmond de Rothschild dans ce domaine.

Mélanie Damani, en quoi cet événement organisé par DeloitteLuxembourg est-il incontournable pour la gestion de patrimoine et l’investissement en art?

 

 

Très avant-gardiste, la conférence Art & Finance fut créée il y a 8 ans à l’initiative d’Adriano Picinati di Torcello (Deloitte), avec l’objectif de mettre en relation deux mondes qui vivaient séparément. Cette conférence est devenue une référence et a réuni cette année à Amsterdam plus de 300 professionnels du monde entier dont les deux tiers occupent un poste senior (CEO, directeurs, fondateurs). Elle fut co-organisée cette année avec le Musée Van Gogh d’Amsterdam.

 

Au fil des années, l’événement a contribué à réduire l’opacité du marché de l’art en l’aidant à tisser des liens avec la finance, liens qui s’étaient longtemps limités aux maisons de ventes aux enchères.

 

 

Il faut souligner que l’intérêt de la finance pour l’art s’est vraiment accéléré après la crise de 2008, lorsque nombre d’investisseurs ont perdu confiance dans les actifs traditionnels et exprimé un besoin urgent de diversification.

 

 

Hormis cette conférence, quels autres facteurs ont contribué à améliorer la transparence du marché de l’art ?

 

 

C’est tout le sens de l’émergence d’une «industrie» alliant cette double compétence de l’art et de la finance. Les « art advisers » ont justement la capacité et les connaissances requises pour réaliser des due diligence précises et spécifiques et pour conseiller les investisseurs à bon escient.

 

Ces « art advisers » créent ce lien qui faisait défaut entre les deux mondes. Des masters spécialisés dans cette discipline voient le jour depuis deux ou trois ans. Le marché souffre encore d’une certaine opacité, mais il est en pleine évolution. Plusieurs initiatives règlementaires vont aussi dans la direction d’une plus grande transparence et d’un accès plus large aux investisseurs.

 

 

L’art présente t-il un réel intérêt financier ou relève t-il avant tout d’un « investissement passion » ?

 

 

Toutes les études mettent en évidence l’apport de l’art au sein d’un portefeuille diversifié. Et aujourd’hui, tous les clients fortunés en détiennent.

 

Les investisseurs doivent néanmoins prendre conscience que l’art constitue avant tout un bien « émotionnel »qui ne répond pas à tous les critères d’un investissement classique. Acheter une œuvre d’art requiert de s’intéresser un minimum à cette œuvre et, aussi, de conserver une certaine tolérance et une certaine flexibilité d’esprit.

 

 

Comment le groupe Edmond de Rothschild se distingue-t-il de ses concurrents en matière d’Art advisory ?

 

 

Les banques privées s’intéressent toutes à l’art pour apporter de services annexes à leurs clients au-delà du traditionnel wealth management.

 

Néanmoins, certains établissements agissent davantage avec du sponsoring en se montrant sur tous les fronts et notamment dans les différentes foire d’art. Ces affichages ne s’accompagnent pas forcément d’un service à la hauteur et d’une substance réelle. Beaucoup se contentent d’externaliser, au risque d’éroder le lien avec leurs clients.

 

Notre approche est très différente. Nous participons ou créons avec soin les événements liés à l’art, ceux de qualité qui apportent une réelle substance à nos clients.

 

Quant à notre service Art Advisory, il permet de fournir de vrais services en interne, grâce  à cette expertise liant justement cette double compétence financière et artistique.

 

Nous nous différencions également de façon naturelle de nos concurrents grâce à l’histoire de notre banque. La famille Rothschild fait partie des plus grands collectionneurs de toute l’histoire de l’art. Cela renforce notre légitimité.

 

 

Cet article  est établi à titre d'information générale et ne constitue pas une consultation juridique, fiscale ou comptable personnalisée. Les informations contenues dans cet article sont d'ordre général et ne sont pas destinées à traiter des situations particulières d'une personne ou d'une entité. Les stratégies patrimoniales dépendent de votre situation personnelle et de la règlementation, elles doivent impérativement être validées par des professionnels en matière juridique, fiscale et comptable. Nous vous invitons à consulter vos propres conseillers indépendants.

 

Cet article a été établi à partir d'informations considérées comme fiables au moment de sa rédaction mais nous ne garantissons ni leur exhaustivité ni leur exactitude.

Pour toute question concernant les informations contenues dans ce document, vous pouvez vous adresser à votre banquier privé.

Le présent article est publié par Edmond de Rothschild (Europe), il ne peut être ni reproduit ni redistribué sans son accord préalable.La reproduction intégrale ou partielle de ce document, ou sa distribution à tout tiers, sans l'accord écrit préalable de Edmond de Rothschild (Europe) est interdite.

Tous droits réservés.

Copyright © 2016 Edmond de Rothschild (Europe).