Gestionnaires de fonds : externaliser les processus métiers

Analyses - 04/05/2018

Dans un avis d'expert paru dans l'édition de mai de Paperjam au Luxembourg, Serge Weyland, CEO d'Edmond de Rothschild Asset Management (Luxembourg), explique pourquoi et comment les fonds d'investissement tiers peuvent mettre en place une externalisation de leurs processus métiers.

Confrontés à une pression croissante sur leurs marges, les gestionnaires de fonds doivent veiller à la maîtrise de leurs coûts tout en répondant aux demandes de leurs clients et aux exigences des régulateurs.

Dans cette optique, une externalisation des processus métiers de type BPO (Business Process Outsourcing) présente de nombreux avantages, et en premier lieu, celui de leur permettre de se concentrer sur leurs activités vitales.

Ensemble de la chaîne de valeur

Cet outsourcing s’impose depuis longtemps aux activités de back-office.

Et la démarche s’étend désormais à l’ensemble de la chaîne de valeur des fonds d’investissement. Outre le recours à une société de gestion externe ou bien l’accès à des rapports de risque à travers une management company, les gestionnaires de fonds peuvent utiliser des plateformes tierces pour leur PMS (Portfolio Management System), leurs exécutions d’ordres, leur middle-office (IBOR – Investment Book of Record), leurs processus de contrôle, leur reporting opérationnel, règlementaire et clients, leur processus de commercialisation, le suivi du passif via du marquage d’ordre…

Ainsi, les asset managers mutualisent les coûts de plus en plus élevés des infrastructures et de la sécurité informatiques, des projets réglementaires ainsi que des expertises qui leur sont associées tout en pérennisant ces dernières.

Faire évoluer les structures

En déléguant ces activités opérationnelles, le gestionnaire de fonds n’a plus à se préoccuper de l’évolution des versions des systèmes, ni des conséquences du turnover important des effectifs des fonctions support. De même, il peut faire évoluer ses structures de façon plus agile pour faire face à une accélération d’activité (nouvelles structures de produits, nouveaux instruments, ..) ou pour répondre aux évolutions réglementaires dans les pays où il exerce.

Mais pour réussir une telle externalisation, le choix du prestataire s’avère primordial. Les gérants de fonds, les gérants de fortune ou les Family Offices ont besoin d’un partenaire qui travaille avec un niveau d’expertise très élevé, qui comprend leurs problématiques, et qui est confronté aux même évolutions réglementaires et de marché pour son propre compte. Un acteur qui exerce, comme eux, le métier de gestion de portefeuille et de gestion de patrimoine sera un véritable atout.

Partenaire privilégié

Ils privilégieront un partenaire qui a investi dans des infrastructures pour son propre compte et éprouvé lui-même ces solutions technologiques avant de les proposer à des tiers, un partenaire qui gère lui-même toute la palette de fonds (long-only, alternatif, private equity, real estate…) et de classes d’actifs, un partenaire qui a développé des expertises reconnues sur toute sa chaine de valeur.

Serge Weyland, CEO Edmond de Rothschild Asset Management (Luxembourg)

Voir l'article