Marchés : Un léger répit

Analyse de marché - 22/02/2016

La réouverture des bourses chinoises après une semaine de répit lié au Nouvel An laissait présager une semaine de tous les dangers pour les marchés financiers. Il n’en fut rien.

​L'allocution du gouverneur de la Banque Populaire de Chine a été à l'image des délais entre ses apparitions publiques : longue. En substance, ce dernier a réaffirmé la nette volonté de Pékin d'internationaliser le yuan, excluant de facto une dévaluation mercantiliste. Il n'en fallait pas plus pour que le yuan regagne des couleurs (cf. graphique). Il s'est également voulu rassurant quant à un éventuel durcissement des conditions de circulation des capitaux en Chine qu'il estime peu à propos.

 

En nette hausse en janvier, la création de crédit est le second vecteur d'optimisme ayant contribué à stabiliser les marchés. Retraité des effets saisonniers, ce chiffre s'affiche comme l'illustration d'un support significatif des autorités vers davantage de vigueur de la croissance. 

 

Si ces deux éléments sont de nature encourageante à court terme, une lecture plus approfondie doit les relativiser. Dans le cas du crédit en Chine, les encours culminent à des points hauts réduisant d'une certaine manière la marge d'erreur des autorités et obligeant les prêts nouvellement accordés à être affectés aux projets les plus viables et porteurs. Tout le défi de la Chine est d'éviter de retomber dans ses travers : financer des entreprises d'Etat peu rentables – industrielles majoritairement – au détriment des secteurs tertiaires. Nous reviendrons sur cette épineuse thématique du crédit chinois dans un hebdo ultérieur. 

 

Ainsi, à l'inverse des dernières semaines, ce sont les développements encourageants – qu'ils soient en Chine ou liés à la possibilité d'une entente sur les niveaux de production pétrolière – qui ont retenu l'attention des investisseurs et gouverné les marchés financiers. Les attentes d'action monétaire – via de nouvelles mesures en mars – de la Banque Centrale Européenne ont également été revues à la hausse suite aux propos de Mario Draghi.

 

Ces éléments seront-ils suffisants pour alimenter la trajectoire des marchés dans les semaines à venir ?