Actualité économique : Ne perdons pas le yuan de vue

Analyse de marché - 11/07/2016

Oublié par le vote du Brexit, le yuan devrait se rappeler au bon souvenir de tous. L’environnement de taux bas durables en Europe se précise et modifie la donne pour les investisseurs. 

​Passée relativement inaperçue en raison des développements liés au vote du Brexit, la récente trajectoire baissière du yuan pose la question de la crédibilité de la People's Bank of China (PBoC) Suivant la dépréciation inattendue d'août 2015, celle-ci s'était engagée en faveur du maintien d'un yuan stable… en se gardant de notifier précisément face à quelle(s) devise(s). La tactique retenue par la banque centrale était alors simple: arrimer le yuan au dollar américain lors des phases de dépréciation de ce dernier ou, au contraire, valoriser le yuan face à un panier de devises durant les épisodes d'appréciation du billet vert.

Ces dernières semaines pourtant, la devise chinoise s'est affaiblie tant face au dollar que face au panier de référence, mettant en doute cet objectif de stabilité. Si ce mouvement de dépréciation conjointe reste modéré, le repli actuel de la volatilité liée au vote britannique devrait recentrer l'attention des investisseurs vers les développements liées au yuan et la perspective de sorties massives de capitaux du pays. Si pour l'heure, les derniers chiffres liés aux réserves de change laissent plutôt sous-entendre un apaisement des flux sortants de capitaux, les interrogations liées au yuan devraient revenir tôt ou tard sur le devant de la scène. La PBoC interviendrait alors massivement sur le marché des changes afin d'éviter une dépréciation significative du yuan, qui mettrait en question l'internationalisation et le modèle de développement chinois.

 

En zone euro, le caractère pérenne et convaincant des mesures monétaires de soutien énoncées par la Banque Centrale Européenne a poussé nettement à la baisse l'ensemble des rendements obligataires souverains. Désormais, seules les maturités supérieures à 15 ans offrent des rendements en territoire positif. Cet aspect, en plus de distordre le prix des actifs financiers, modifie structurellement l'environnement bancaire de la zone.