Zoom sur la production industrielle Américaine

Analyse de marché - 19/07/2016

Les derniers chiffres de production industrielle étaient encourageants, en progression de +0.6% sur le mois. Cependant il conviendra d’attendre davantage de données positives pour confirmer une tendance haussière. La production de biens d’équipement continuera de peser sur la production industrielle totale.

La production industrielle aux Etats-Unis se stabilise depuis quelques mois. Si les derniers chiffres étaient encourageants (+0.6% sur le mois de juin), il conviendra d’attendre davantage de données positives pour confirmer une tendance haussière. Aujourd’hui, la production industrielle représente 19% du PIB américain et garde un rôle essentiel d’indicateur avancé du cycle économique. Elle permet notamment de détecter les points de retournement entre les phases d’expansion et de ralentissement de l’activité.

La forte chute de la production industrielle de fin 2015-début 2016 avait d’ailleurs suscité des craintes de récession auprès des investisseurs. Mais la cause principale de cette dégradation industrielle était confinée à l’effondrement des prix du pétrole et de la production énergétique, ce qui nous avait permis de relativiser les mauvais chiffres industriels et d’écarter l’hypothèse de contagion à l’ensemble de l’économie. La force du secteur des services, stimulé par la forte consommation des ménages, avait alors représenté un soutien de poids pour l’économie.

Forces et faiblesses de l'économie américaine

Aujourd’hui, la décomposition de la production industrielle par marché nous donne une image en ligne avec les forces et faiblesses de l’économie américaine :

  • La production industrielle à destination du secteur de la construction (Construction Supplies, graphique, page précédente) a accéléré en moyenne de 1.4% en progression annuelle depuis le début de l’année, en ligne avec la vigueur du secteur immobilier depuis le début de l’année. Le secteur ne représente cependant que 5% de la production industrielle totale.

  • La production de produits finis à destination des consommateurs comme les automobiles, l’électronique ou alimentaire, représentant 30% de la production industrielle totale, progresse en territoire positif depuis le début de l’année, avec 0.68% de progression annuelle en moyenne en 2016. Cette production de biens de consommation a été portée en partie par la production automobile (+7.4%). Ces chiffres correspondent à une consommation américaine dynamique et motrice de la croissance domestique.

  • En revanche, la production industrielle de biens d’équipements, qui représente 14% de la production totale, a été faible en 2016. Le taux d’utilisation des capacités particulièrement bas des entreprises, à 75.4%, en est l’explication principale. Les entreprises ne font pas face à une demande suffisamment forte pour utiliser pleinement leurs capacités de production. Leur demande en machines et biens d’équipement reste donc modérée.

    La faiblesse en demande d’équipement provient également du fait que les entreprises orientent depuis plusieurs années leurs investissements vers davantage de capital intangible, c’est-à-dire les systèmes informatiques, le progrès technologique (Cloud, Cyber security), les connaissances organisationnelles ou encore la recherche & développement. Si ces investissements sont difficilement quantifiables, certains papiers publiés par la Réserve Fédérale estiment les dépenses en capitaux intangibles équivalents à ceux en capitaux fixes[1].

Au vu des faibles commandes d’équipements de la part des entreprises et des exportations amenées à rester réduites notamment à cause d’un dollar fort, la production industrielle de biens d’équipement devrait continuer à peser sur les chiffres globaux.

  • Enfin, la production industrielle de produits intermédiaires énergétiques (pétrole, gaz, etc.) et non-énergétiques utilisés pour la fabrication d’autres produits a fortement chuté par rapport à l’année passée. Ceci est en grande partie dû à une production pétrolière restreinte. Ensemble, les deux secteurs représentent 45% de la production industrielle totale et ont donc fortement contribué à la mauvaise performance de celle-ci. La récente remontée des prix du pétrole permettra à certaines entreprises énergétiques de reprendre une production plus importante. Les premiers signes d’une telle reprise sont apparus dans les derniers chiffres de production et d’appareils de forages en activité.

Le Facteur des prix énergétiques
Le Facteur des prix énergétiques

En conclusion, l’ensemble des sous-secteurs devraient garder leurs dynamiques inchangées.

  • Nos prévisions d’investissement en capitaux fixes étant orientées à la baisse en 2016 (+1.8% en moyenne en 2016 contre +4.1% en 2015), la faible production en équipement exercera une pression baissière sur la production industrielle totale.

  • C’est davantage l’évolution à la hausse ou la relative stabilité des prix énergétiques qui pourrait soutenir une progression de la production industrielle aux Etats-Unis. Avec le soutien de la production de biens de consommation et de biens de construction, la progression annuelle de la production industrielle totale pourrait repasser en territoire positif avant la fin de l’année.

[1] Corrado, Hulten and Sichel, ”Intangible Capital and U.S. Economic Growth”, 2009