​​

Débat relancé sur la hausse des taux de la Fed

Asset Management - 22.08.2016

Semaine de légère consolidation après un été favorable sur les marchés en réponse au bon cru de publications des résultats des entreprises et à un meilleur momentum économique. Le dollar a également baissé contre euro et yen et le pétrole a poursuivi son rebond, approchant à nouveau les 50 dollars le baril.
Actions
européennes
Actions
américaines
Actions
japonaises
Marchés
émergents
Matières
premières
Dettes
d'entreprises

Cette semaine, en Europe, peu de chiffres majeurs ont été publiés. Le sentiment des investisseurs continue de s’améliorer après le choc du référendum britannique alors que l’inflation peine à se raffermir. A noter toutefois, des chiffres de ventes de détail au Royaume-Uni supérieurs aux attentes. L’impact du référendum ne s’est pas encore traduit dans les chiffres de juillet.

Aux Etats-Unis, la semaine a été dominée par la publication des minutes du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) et les discours de différents membres de la Fed. Les minutes du FOMC vont toujours dans le sens des attentes. Si les conditions économiques aux Etats-Unis s’améliorent, l’inflation et les salaires restent en deçà des objectifs. Cependant, le FOMC s’est tenu avant la publication de chiffres américains plus dynamiques (emploi, PIB, immobilier, etc…) et le débat semble vouloir être relancé, comme l’ont suggéré les propos des présidents de la Fed d’Atlanta et de New York, plus favorables à une hausse des taux à horizon trois mois. John Williams, le président de la Fed de San Francisco, a rappelé que, selon lui, les taux devraient rester bas pour une longue période. Il a également souligné que l’économie américaine était suffisamment solide pour supporter une hausse de taux.

Si les marchés internationaux sont restés relativement stables en dollar, les actions de la zone euro et du Japon ont baissé dans des volumes supérieurs à ceux de cet été. Seuls les marchés émergents ont poursuivi leur tendance haussière avec des flux qui se sont intensifiés (chiffres arrêtés à jeudi 18 août au soir). Dans le même temps, les taux d’intérêt sont restés relativement stables dans la zone euro et aux Etats-Unis, les marchés évaluant à 50% la probabilité d’une hausse des taux de la Fed d’ici la fin de l’année.

Dans cet environnement, nous n’avons pas modifié de manière majeure nos allocations, toujours en faveur des actions européennes. De manière tactique, nous avons pris quelques bénéfices sur les actions émergentes.

 

 

  Actions européennes

haut de page

La semaine ressort contrastée en termes de performances sur les marchés européens. Du côté de la Fed, une remontée des taux à court terme n’est pas exclue. Toutefois, ses membres jugent utile de réunir de nouveaux éléments avant de prendre une décision. Dans cette attente, les marchés s’affichent en baisse, plus particulièrement marquée sur les valeurs financières, les utilities et les télécoms.

Près de 90% des entreprises européennes ont publié leurs résultats pour le deuxième trimestre et ils sont bons : 40% ressortent au-dessus des attentes et 17% s’affichent en ligne à ce stade.

La croissance organique globale d’ensemble (tous secteurs agrégés) s’établit légèrement au-dessus de 2% pour le trimestre, avec une accélération au sein des services informatiques et de l’automobile et un ralentissement du côté des valeurs de consommation. Ces chiffres n’entraînent pas de modifications des perspectives bénéficiaires pour l’année en cours.

Concernant les dernières publications, Nestlé déçoit légèrement sur ses ventes avec une hausse à +3,1% au deuxième trimestre (loin de l’objectif de long terme à +5-6%) compte tenu d’un faible effet prix (+0,7%) que le groupe entend compenser dès le second semestre (car les effets de bases défavorables sont derrière eux). A l’inverse, les ventes de H&M en juillet sont supérieures aux attentes à +10%. Vestas publie également de très bons chiffres (chiffre d’affaires en hausse de +46% pour le deuxième trimestre et +23% pour le semestre), largement salués par le marché.

Par ailleurs, Cobham annonce un changement de CEO, une nouvelle appréciée par le marché, pour la mise en place des changements structurels dans le groupe. Enfin, la possibilité du lancement d’une offre hostile de Bayer sur Monsanto, après deux refus de la cible, est d’actualité sans être confirmée cette semaine.

 

 

  Actions américaines

haut de page

Les publications économiques restent bien orientées cette semaine. Les mises en chantier s’affichent en hausse de 2% en juillet, à 1,2 millions, et l’indice des prix à la consommation ressort en ligne avec les attentes. Les minutes de la Fed ont montré que la banque centrale américaine n’exclut pas une hausse des taux d’intérêt à court ou moyen terme ; certains membres de la Fed prédisent la nécessité « d’une nouvelle étape dans l’abandon d’une politique accommodante », bien que tous aient déclaré avoir besoin de plus de données économiques avant d’augmenter les taux d’intérêt. Le consensus d’économistes estime qu’une hausse des taux sera plus probable à la réunion de décembre, après les élections présidentielles.

Du côté des entreprises, Praxair est en discussion avec son concurrent allemand Linde afin de fusionner ; cette transaction pourrait donner naissance à un géant d’une valeur de près de 60 milliards de dollars et s’inscrirait dans un mouvement de consolidation général dans le secteur des gaz industriels.

Les publications de résultat se poursuivent, généralement en ligne avec les attentes. C’est le cas de Home Depot. Le groupe profite de la bonne santé du marché immobilier américain dans un contexte de taux bas ainsi que de l’amélioration du marché du travail. Wal-Mart publie des résultats supérieurs aux attentes, aidé par les ventes américaines et sa politique de baisse des prix et d’amélioration du service client. Les ventes comparables ressortent à +1,4% contre +0,9% estimé.

 

 

  Actions japonaises

haut de page

Le TOPIX a reculé de 1,8% durant la semaine, pénalisé par l’appréciation du yen. Les investisseurs ont fait preuve d’attentisme en raison de la forte hausse de la devise face au billet vert qui est tombé sous la barre des 100 yens. Sur le front macroéconomique, le PIB réel publié pour avril-juin (stable par rapport au trimestre précédent, +0,2% annualisé) enregistre pour la deuxième fois consécutive un gain annuel, à la suite d’une forte progression dans le logement liée à la politique de taux d’intérêt négatifs, malgré la performance négative des exportations nettes.

Le secteur minier (+4,7%) et les produits pétroliers et houillers (+0,8%) se sont redressés dans le sillage des prix du pétrole et des indicateurs économiques aux États-Unis, tandis que la construction et la pharmacie se sont repliées (de respectivement -5,3% et -5,1%).

Inpex Corporation a progressé de 5,5%, en raison des spéculations relatives à un gel de la production des principaux producteurs durant la prochaine réunion de l’OPEP.

En revanche, la construction résidentielle a souffert. Daiwa House Industry, Daito Trust Construction et Sekisui House ont respectivement abandonné 9,1%, 8,1% et 6,9%.

 

 

  Marchés émergents

haut de page

Les marchés émergents ont connu une bonne semaine (+1,5% en dollars) et les fonds d’actions émergentes ont enregistré des flux entrants de cinq milliards de dollars. Ils ont bénéficié du ton plus conciliant de la Fed en matière de taux d’intérêt.

Du côté des publications de résultats, Tencent a créé la surprise avec des chiffres supérieurs aux attentes pour le deuxième trimestre, notamment un chiffre d’affaires en hausse de 47%, presque 20% de plus que le consensus. La bonne surprise est venue des jeux pour appareils mobiles et des services de paiement et de cloud, en forte croissance. Nous restons confiants à l’égard de l’Indonésie où l’attention se porte sur la décision de la banque centrale concernant les taux d’intérêt, attendue ce vendredi (le consensus table sur une baisse de 25 points de base).

Contrairement aux autres devises émergentes, le BRL s’est essoufflé (-3,5%), la banque centrale brésilienne ayant accru son intervention sur le marché des changes, tandis que le Sénat a dû reporter le vote sur le DRU, faute de quorum. Le DRU est un volet important des réformes structurelles destinées à réduire le déficit budgétaire du pays. La procédure de destitution de la présidente Dilma Rousseff se poursuit au Sénat et devrait se terminer d’ici à la fin août. Concernant Vale, nous avons pris connaissance de l’intérêt de China Investment Corp pour acheter une partie de sa future production de minerai de fer pendant plus de 30 ans. Vale pourrait ainsi percevoir un acompte de neuf milliards de dollars en amont (équivalent à 1/3 de la dette nette de l’entreprise). Si cette cession d’actifs se confirmait, elle devrait nous pousser à investir dans Vale, notre principale préoccupation étant le niveau de son endettement.

 

 

  Matières premières

haut de page

Le marché des matières premières a rebondi cette semaine, grâce notamment à la baisse du dollar à la suite de la publication des minutes de la Fed. En l’espace de trois semaines, le pétrole est revenu sur les niveaux de 50 dollars le baril, poussé par les spéculations autour d’une potentielle intervention des pays producteurs en septembre.

Des déclarations - non-officielles - du ministre de l’énergie saoudien ont finalement suffi à complétement effacer la baisse des prix du pétrole de cet été. Selon le communiqué, l’Arabie Saoudite pourrait participer à une action coordonnée pour stabiliser les prix. Ces déclarations font suite à l’annonce la semaine dernière de la tenue d’une réunion informelle de l’OPEP lors de l’International Energy Forum en Algérie.

Comme cela avait déjà été le cas en juin, nous ne nous attendons pas à une intervention en septembre. Tout d’abord par analogie aux récentes interventions des banquiers centraux, « parler d’intervention » a plus d’impact sur les prix qu’une réelle action. De plus, l’Iran n’a toujours pas atteint ses niveaux de productions pré-sanctions (aujourd’hui 3,5-3,7 millions de barils par jour contre 4,2 millions de barils par jour avant sanctions), conditions sine qua none à sa participation à une action collective. Selon certains officiels, l’Iran serait toujours indécise et pourrait ne pas se joindre à la réunion. Enfin, un gel de production à ces niveaux, alors que l’Arabie Saoudite, la Russie et l’Iran sont à des niveaux maximum ou proches, n’aurait que peu d’impact sur l’équilibre offre-demande. Ce serait néanmoins positif pour le sentiment.

Les chiffres de stocks du département de l’énergie publiés cette semaine ont également contribué à la hausse du baril : les stocks de bruts et d’essence étaient en forte baisse. A la suite de la publication de son rapport mensuel, l’International Energy Agency augmente ses prévisions de demande pour 2016 mais les baisse en revanche pour 2017, mettant en lumière une faiblesse de l’environnement macroéconomique.

Les métaux de base ont rebondi avec la baisse du dollar et continuent de bénéficier d’annonces de fermeture de capacités ciblées. A noter, la faiblesse des chiffres chinois (FAI, croissance du crédit) qui n’a pas retenu l’attention des investisseurs. La réforme minière continue en Chine avec des fermetures de mines de zinc et d’étain dans la province du Hunan pour raison de sécurité. Bien qu’il est difficile de savoir si ces fermetures seront définitives ou temporaires, l’impact sur la production mondiale de zinc est significatif (entre 1-2%) et pourrait rapidement entraîner un déficit d’offre.

 

 

  Dettes d'entreprises

haut de page

Crédit

Semaine relativement calme pour les marchés de crédit cette semaine, avec des volumes assez faibles et un marché primaire atone. Les indices de crédit synthétiques s’écartent légèrement (+2 points de base pour le Main et +10 points de base pour le Xover).

Les investisseurs peinent à déchiffrer les intentions de la Réserve fédérale américaine en ce qui concerne le calendrier de son resserrement monétaire. Ils attendaient donc avec impatience le compte-rendu de la réunion monétaire de juillet. Ces minutes montrent que les décideurs de la Fed restent divisés sur la nécessité de relever les taux d'intérêt dans un avenir proche. Les membres du comité de politique monétaire (FOMC) se sont mis d'accord lors de cette réunion pour attendre d'autres indicateurs avant de relever à nouveau les taux.

La Banque centrale européenne, elle aussi, a publié ses minutes, qui attestent qu’elle a jugé prématuré d'agir en juillet après l’annonce du Brexit. Elle semble rassurée par une réaction de marché plus modérée que prévu au verdict du référendum du 23 juin.

La remontée du pétrole n’a pas eu d’incidence sur les taux longs qui restent inchangés sur la semaine.

Concernant les faits marquants de notre segment, nous notons qu’un site d'information allemand (Platts) a révélé que le gouvernement Merkel privilégiait un rapprochement entre ThyssenKrupp et Salzgitter dans l'acier plutôt qu'une opération entre ThyssenKrupp et la division britannique de Tata Steel. HeidelbergCement va vendre des actifs aux États-Unis à Cementos Argos pour 660 millions de dollars. Casino annonce que Régis Schultz rejoint le Groupe le 22 août en tant que Président de Monoprix. Darty a officiellement informé les porteurs de l'obligation Darty 2021 de son changement de contrôle à la suite du succès de l'offre de Fnac. General Electric a annoncé vendredi disposer d'une offre ferme de rachat de son portefeuille de prêts hypothécaires français, mis en vente dans le cadre de son vaste programme de désengagement du secteur financier. Manutencoop a dévoilé des résultats en amélioration au premier semestre 2016.

Convertibles 

Le fait le plus marquant de la semaine a été le regain d’activité sur le marché primaire américain, Liberty Interactive ayant émis 675 millions de dollars d’obligations 1,75% à échéance 2046, échangeables en actions Charter Communication (câblo-opérateur). Le mois n’est pas terminé mais cette activité sur le marché primaire a atteint un niveau historique en valeur pour le mois d’août : 10 émissions nouvelles totalisant huit milliards de dollars de capitaux levés (la seule année comparable étant 2007). Dans toutes les autres régions, l’activité a été atone, comme souvent à cette période de l’année.

En Asie, les obligations convertibles ont poursuivi leur progression, en grande partie grâce à la remontée des prix du pétrole, mais aussi grâce au rally des valeurs chinoises. L’annonce du lancement de Shenzhen-HK Connect et de façon plus encourageante du retrait des quotas a été bénéfique (plus de possibilités d’investissements transfrontaliers pour les investisseurs chinois et étrangers). En outre, et contre toute attente, plusieurs sociétés chinoises de grande capitalisation ont publié de bons résultats.

En Europe, Grand City Properties a publié un revenu en hausse de 46 %, à 209 millions d’euros (recettes locatives et opérationnelles), pour une croissance des taux d’occupation et des loyers de respectivement de +3,2% et +2,3% à périmètre constant, soutenue par la baisse de 1,9 point du taux de vacance (à 8,3%). Le revenu net a quant à lui bondi de +101 %, à 392 millions d’euros. Sonae a publié ses résultats pour le premier semestre : hausse du chiffre d’affaires de +4,4% par rapport au premier semestre 2015, essentiellement grâce à la bonne performance des divisions Distribution alimentaire et Sport/Mode (+3,6% et +5,5% respectivement). Selon la presse française, Dassault Aviation a vendu quatre Falcon 7X à l’Égypte pour un montant de 300 millions d’euros. Cela s’ajoute aux 24 Rafale déjà vendus en février 2015. Après avoir annoncé une perte nette au premier semestre (27,9 millions CHF), Basilea a confirmé son bon niveau de liquidité et a prolongé le contrat de fourniture et distribution de Cresemba (traitement de l’aspergillose) et de Zevtera (traitement de la pneumonie) pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Aux États-Unis, l’actualité a surtout été marquée par des rumeurs de reprise d’Illumina (concepteur d’appareils de séquençage de l’ADN) par Thermo Fisher Scientific. D’une valeur de 30 milliards de dollars, l’opération serait intégralement financée en actions mais pourrait se heurter à des obstacles réglementaires liés à l’activité de séquençage. Dans le même temps, Netsuite a confirmé la date d’expiration de l’offre sur Oracle (15 septembre).


Achevé de rédiger le 19/08/2016

Elément complémentaire