​​

Paralysie dans l’attente de Janet Yellen

Asset Management - 29.08.2016

Les nouvelles relatives à l’économie mondiale alternent entre le bon et le moins bon : mauvais IFO allemand fin août à 106,2 contre 108,3 le mois précédent, chiffre satisfaisant concernant les commandes de biens durables en juillet aux Etats-Unis, bon chiffre du PIB au 2ème trimestre au Royaume-Uni (+0,6%) avec notamment une consommation solide et une hausse récente de la confiance des ménages, baril de pétrole près des 50 dollars sur fond de rumeurs d’accord possible entre producteurs.
Actions
européennes
Actions
américaines
Actions
japonaises
Marchés
émergents
Matières
premières
Dettes
d'entreprises

Toutefois, les marchés sont paralysés depuis plusieurs jours dans l’attente du discours de la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen au meeting des banquiers centraux à Jackson Hole, bien que les attentes de nouvelles sensationnelles sont faibles. En dépit de possibles turbulences à court terme, nous restons confiants sur l’évolution des marchés à horizon fin d’année, en particulier sur les actions de la zone euro et les obligations High Yield.

 

 

  Actions européennes

haut de page

A nouveau une semaine de performances contrastées sur les marchés européens, sur fond d’attentisme dans la perspective du discours de Janet Yellen et toujours de la remontée possible des taux à court terme. Après deux journées de hausse saluant un niveau de PMI satisfaisant dans la zone euro, le marché accuse les chiffres décevants de l’IFO en Allemagne en fin de semaine. Dans le sillage de la baisse des cours du pétrole, les valeurs de l’énergie ont été à la traîne cette semaine, de même que le secteur de l’automobile.

Concernant les résultats, WPP publie de très bons chiffres et une amélioration de ses marges. La croissance organique de +3,8% au premier semestre implique une activité soutenue partout dans le monde : Europe continentale (+6%), Amérique du Nord (+4%) et Emergents (+4%). L’impact négatif du Brexit a été plus que compensé par un affaiblissement de la livre et la guidance 2016 est confirmée. CRH publie des résultats semestriels positifs, montrant un dynamisme fort sur l’Amérique du Nord et une croissance plus modérée ailleurs. Là encore, la guidance annuelle est maintenue. Vivendi dévoile pour sa part des résultats du premier semestre 2016 en-dessous des attentes. La musique est en ligne mais Canal + déçoit. Dans le même temps, le groupe annonce des réductions de coûts drastiques à venir chez Canal + (300 millions d’euros d’ici à 2018).

Sur le front du M&A, Pfizer ravit Medivation à Sanofi pour un montant de 14 milliards de dollars, sur lequel Sanofi ne surenchérira pas, ce qui est préjudiciable pour le titre. Astrazeneca vend à Pfizer une partie de ses activités antibiotiques. Svenska Cellulosa annonce son intention de séparer en deux ses activités d’hygiène (qui représente 86% de son chiffre d’affaires) et ses activités forestières (14% de son chiffre d’affaires). Ce spin-off doit être approuvé lors de l’assemblée générale de 2017. L’annonce a été saluée par le marché. Le titre a fortement rebondi grâce à cette nouvelle.

 

 

  Actions américaines

haut de page

Semaine relativement calme sur les marchés actions américains, dans l’attente du discours de Janet Yellen. Les ventes de maisons neuves ont fortement progressé, avec 654.000 logements écoulés, soit une progression de 12,4% par rapport au mois précédent contre un recul de 2% attendu. Les commandes de biens durables ont également montré une progression de 4,4%, au-delà des attentes à 3,4% malgré une légère révision à la baisse des chiffres précédents.

Du côté des entreprises, le secteur pharmaceutique a été chahuté en Bourse en raison des propos insistants de la candidate à l’élection présidentielle Hillary Clinton, vent debout contre les hausses de prix de certains médicaments. Cette semaine, la société Mylan a été explicitement ciblée pour son médicament EpiPen. Toll Brothers dans le domaine de la construction et Best Buy dans l’électronique grand public ont publié de solides résultats, les sociétés progressant de 8% et 17% respectivement en Bourse. Elles offrent une vision plutôt encourageante de la santé du consommateur américain.

Au cours des cinq derniers jours, les secteurs des matériaux, les valeurs financières et la technologie restent en territoire positif dans un marché en recul. A l’inverse, le domaine de la santé signe la plus forte chute.

 

 

  Actions japonaises

haut de page

Le marché actions japonais sort d’une période d’accalmie estivale à l’instar des autres marchés avant le discours de la Présidente de la Fed, à Jackson Hole ce vendredi. L’indice TOPIX a clôturé la semaine en hausse de 1% et le volume total d’échanges dans la première section de la Bourse de Tokyo a été limité. Dans cette section, 89 valeurs, notamment celles liées à la consommation, comme les groupes ferroviaires et les groupes d’électricité, ont été vendues le 18 août, par crainte de ratios de P/E et P/B relativement élevés.

Les secteurs de l’électricité et du gaz, ainsi que celui du transport aérien ont progressé respectivement de 4,4% et 3,9%, tandis que le secteur de la pêche, de l’agriculture et de la sylviculture a baissé de 6,7%. Chubu Electric Power Company (+5,4%) et Kansai Electric Power Company (+3,5%) ont rebondi après un plus bas annuel.

Aeon, le plus grand groupe de distribution d’Asie, a regagné 6,3% après la réaction négative des investisseurs face à des ratios de P/E et de P/B trop élevés.

Cependant, Nippon Suisan Kaisha, le groupe spécialisé dans les produits issus de la pêche et de l’aquaculture, a dégringolé, cédant 17,3% après avoir annoncé l’émission de nouvelles actions via un appel public à l’épargne.

 

 

  Marchés émergents

haut de page

Les marchés émergents ont enregistré une performance négative (-1,49%), en raison d’un discours plus agressif de la part de deux responsables de la Fed. Le principal point de la semaine a été la publication de bon nombre de résultats au titre du deuxième trimestre, ressortis dans l’ensemble meilleurs que prévu.

En Chine, 50% de la capitalisation boursière de l’indice MSCI a publié ses résultats. Ils ont progressé à un rythme de 8,4% en glissement annuel au premier semestre 2016 contre 2,2% en 2015. En Inde, 80% des sociétés ont déjà dévoilé leurs résultats, en progression en moyenne de 9% par rapport à l’an dernier (supérieurs aux attentes). Les bonnes surprises sont essentiellement venues des valeurs cycliques et du secteur minier. En Amérique latine, les résultats sont faibles, mais meilleurs que prévu et supérieurs aux résultats du premier trimestre. Au Brésil, par exemple, l’essentiel de l’amélioration des bénéfices par action (BPA) est venu du secteur minier, du pétrole et de l’industrie. Les sociétés industrielles ont diminué leurs coûts afin de faire face au ralentissement économique. Par conséquent, à mesure que la santé de l’économie s’améliore, les marges opérationnelles des sociétés progressent de façon significative. Il y a toujours beaucoup de capacités inutilisées dans l’économie. Par ailleurs, les sociétés ont bénéficié de prix des matières premières plus élevés (prix du pétrole, du minerai de fer et de l’acier) et de devises plus fortes (gains financiers positifs). Au Mexique, les résultats ont été dans l’ensemble en ligne avec les attentes, dans la mesure où l’économie enregistre un rebond depuis quelques temps.

Sur le front macroéconomique, en Inde, le gouvernement a nommé M. Urij Patel au poste de gouverneur de la Banque centrale indienne (RBI). Sa ligne de conduite nous semble la bonne, car la Banque centrale indienne poursuivra son contrôle de l’inflation. Le Brésil devrait d’ici lundi finaliser le vote concernant la procédure de destitution visant Dilma Rousseff. Le Sénat a approuvé la réforme dite du DRU, mécanisme permettant au gouvernement de gérer les ressources plus librement. Il s’agit d’une étape importante visant à améliorer les résultats financiers.

 

 

  Matières premières

haut de page

Les prix des matières premières n’ont pas résisté à la hausse du dollar cette semaine et aux commentaires plutôt ‘hawkish’ du vice-président de la Fed Stanley Fischer. Dans l’attente d’un signal de Janet Yellen lors de son discours de Jackson Hole quant à l’orientation de la politique monétaire américaine pour la fin de l’année, les investisseurs ont préféré se couvrir.

L’or s’établit à 1325 dollars l’once, et ce, malgré une vente agressive estimée à 1,5 milliard de dollars sur les marchés des futures, provoquant une forte baisse des minières (indice FTSE Gold Mines à -9% sur la semaine).

Nous maintenons notre vue positive sur l’or : (1) Une hausse des taux en septembre nous paraît peu plausible alors que la probabilité d’une hausse en décembre est d’aujourd’hui 50% (2) Les achats d’ETF or depuis le début de l’année sont très élevés à 645 tonnes. Le rythme d’achat a légèrement diminué en août mais rien ne semble indiquer un retournement de tendance (3) La demande retail pour le physique est restée faible en particulier en Inde à cause de la sensibilité prix en devise locale, de l’implémentation d’une taxe sur la bijouterie ce qui a encouragé des imports d’or illicites qui ont certainement limité les importations officiels d’or. Nous pensons que la faiblesse est passagère et que la demande devrait se reprendre d’ici la fin de l’année, comme en atteste la publication des importations d’or en Chine pour le mois de juillet à 126 tonnes (+20% sur un an) (4) Côté demande des banques centrales, la People's Bank of China (PBoC) a légèrement modéré son rythme d’achat depuis quelques mois et le Venezuela continue de vendre mais globalement la tendance reste à l’achat (5) Les incertitudes liées aux élections américaines et au Brexit devraient continuer de soutenir le prix de l’or et la demande pour les actifs de protection.

Après avoir atteint les 50 dollars le baril (Brent), le pétrole a légèrement corrigé cette semaine à 48,5 dollars. Les facteurs expliquant cette petite correction sont hétérogènes : la hausse des stocks de brut aux Etats-Unis continue d’être un sujet d’inquiétude. L’Irak a également annoncé vouloir augmenter ses exportations de 150.000 barils par jour, à la suite de la reprise de production de trois champs de Kirkouk. Au Nigéria, les autoproclamés « Vengeurs du Delta du Niger » seraient enclins à un cessez-le-feu et ouverts au dialogue avec le gouvernement, ce qui pourrait entraîner un retour de la production nigérienne à la normale. Par ailleurs, l’Arabie Saoudite continue « de souffler le chaud et le froid » quant à sa participation à une intervention collective en septembre, précisant qu’un gel de production n’était pas nécessaire.

 

 

  Dettes d'entreprises

haut de page

Crédit

Semaine relativement attentiste sur le marché de l’obligataire, dans l’expectative du discours de la présidente de la Fed. En l’espace d’une semaine, la probabilité implicite de hausse de taux outre-Atlantique en septembre a encore progressé, passant de 20% à 32% ce vendredi. Dans ce contexte, le marché du crédit Investment grade est resté stable autant sur la composante taux que sur la composante spread. Le marché du High Yield a quant à lui performé de 30 points de base (Xover à 310 points de base) principalement sous l’impulsion des valeurs cycliques/ leveragées du gisement. Les flux ont été marginalement positifs (+112 millions d’euros).

Du côté des entreprises, la période des résultats touche bientôt à sa fin. Ineos (chimie) et Ardagh (packaging) ont publié des résultats en ligne avec les attentes. Concernant les faits marquants, le phénomène de concentration du secteur de l’agro-industrie semble se poursuivre avec la résurgence des négociations pour l’acquisition du géant américain de l’agrochimie Monsanto par le groupe allemand Bayer AG. Ce rapprochement serait à l’origine d’un groupe à la capitalisation totale de 120 milliards de dollars.

Du côté des subordonnées financières, la semaine fut positive de +50 points de base. Barclays a émis une obligation AT1 de 1,5 milliard de dollars à destination de l’Asie et de l’Europe, 10 fois sursouscrite avec 15 milliards de dollars. Le groupe bancaire italien UniCredit semble être en discussion pour vendre sa participation dans une filiale polonaise, ce qui participerait activement à l’augmentation du core equity Tier 1 de la société.

Convertibles 

Le marché primaire a été calme cette semaine (par rapport à début août). Cependant, l’activité devrait reprendre en septembre. En Asie, Khazanah Nasional Bhd (fonds souverain national) envisagerait d’émettre 500 millions de dollars de Sukuk - produit obligataire islamique – échangeables. Il a déjà fait de même avec Tenaga Nasional Bhd, le plus grand producteur d’électricité du pays en 2014, et IHH Healthcare, premier opérateur dans le domaine hospitalier en Asie en 2013. Ailleurs, Micron a laissé entendre qu’il émettrait une obligation convertible de 400 millions de dollars pour financer en partie son acquisition d’Inotera.

En Europe, nous avons assisté à des mouvements spéculatifs concernant un accord secret entre Vivendi et Orange, dans le cadre duquel ce dernier achèterait jusqu’à 20% de Canal Plus ainsi que les actions Telecom Italia détenues par Vivendi (le titre a bondi immédiatement de 2%). Les rumeurs ont été rapidement démenties par un communiqué de presse d’Orange. Playtech (application de jeux en ligne et sur mobile) a publié ses résultats du premier semestre 2016 avec un chiffre d’affaires total en hausse de 18%, essentiellement tiré par une solide contribution de son principal produit de jeux de casino.


Achevé de rédiger le 26/08/2016

Elément complémentaire