​​

Nos perspectives économiques

Regards et perspectives économiques - 23.01.2015

Tous les mois, le groupe Edmond de Rothschild propose son analyse sur l'économie et les différents marchés.

Economie Européenne

L’année 2015 débute dans un climat de fortes tensions, liées à des conflits géopolitiques dans de nombreuses régions du globe. En Europe, les tensions entre l’Ukraine et la Russie subsistent, les menaces djihadistes se matérialisent et la menace d’une sortie de la Grèce de la Zone Euro réapparaît.

À ce sujet, il est important de ne pas commettre l’amalgame entre un défaut de la Grèce, qui serait dommageable, mais gérable, et son exclusion de la zone monétaire unique, qui engendrerait la plus grave crise financière de l’histoire via un bank run. C’est dans cet environnement que vient s’insérer la virulente baisse des cours du pétrole. La volatilité est ainsi de retour sur les marchés financiers et les rendements seront inférieurs au passé.

Les banques centrales

La chute libre du baril d’or noir complique la situation des banques centrales. Certes, cette baisse aura un effet positif sur la croissance économique à moyen terme, mais aujourd’hui, elle détériore l’inflation et les anticipations d’inflation, que les Banques Centrales suivent de très près. Aux États-Unis, la Réserve Fédérale pourrait reporter la première hausse de ses taux directeurs, destinée à normaliser sa politique monétaire ultra-accommodante, à après l’été.

En Europe, la Banque Centrale Européenne doit désormais tout faire pour éviter d’entrer dans une spirale déflationniste, destructrice de croissance. Les Allemands commencent d’ailleurs à se montrer plus réceptifs aux propositions non conventionnelles de la BCE.

Scénario 2015

La croissance économique se stabilisera. Les principales économies de la planète progresseront à un rythme très proche de leur potentiel de croissance : légèrement au-dessus de 2 % aux États-Unis, un peu moins de 1 % en Zone Euro et au Japon, 7 % en Chine.

Le principal risque pour 2015 provient de l’excès de confiance des investisseurs. Les marchés financiers évoluent de manière "déconnectée" des fondamentaux depuis plusieurs années et les investisseurs perçoivent cette situation de manière "complaisante".

Ces termes sont ceux utilisés par la Banque des Règlements Internationaux (BRI) et par la Réserve Fédérale américaine (Fed). Désormais, le Fonds Monétaire International (FMI) note, lui aussi, "l'optimisme" dont font preuve les investisseurs : les marchés actions en forte progression, les marchés obligataires avec des écarts de rendements resserrés et les indicateurs de stress au plus bas.