​​

Hebdomadaire d’Économie du 16 mars 2015

Analyses - 16.03.2015

Les principaux événements et indicateurs économiques de la semaine.

Le deuxième Draghi Put a été décisif !

La jeunesse de la Banque Centrale Européenne lui défère souvent un manque de visibilité et de crédibilité, par rapport à sa grande sœur la Réserve Fédérale américaine. Pourtant, les actions de Jean-Claude Trichet ou de Mario Draghi sont toutes aussi déterminées et efficaces que celles de Alan Greenspan,  Ben Bernanke ou Janet Yellen. Les marchés financiers mettent un peu plus de temps à s'en persuader mais, au final, ils réagissent de manière conséquente.

Ce fut, par exemple, le cas en fin d'année 2011, lors du lancement des opérations de refinancement à long terme (LTRO). La détente du marché interbancaire, totalement figé par les risques de faillites bancaires en cascade, a pris place malgré le scepticisme des journalistes financiers et d'une grande part des investisseurs. La reconnaissance de l'efficacité de cette mesure n'a véritablement eu lieu que quelques semaines plus tard. Ce fut le début de la compression des écarts de taux sur les marchés obligataires et de la chute des primes d'assurance. [...]

Comment jongler avec autant de balles ?

La croissance économique de la Suisse s’est maintenue à un très bon niveau au quatrième trimestre 2014. Elle progresse de 0.6% par rapport au trimestre précédent et de 1.9% en glissement annuel. Cette publication est largement supérieure à nos attentes en raison de la contribution positive des dépenses publiques. La consommation des ménages et la balance commerciale ont fait le reste.

Cette publication était la dernière qui ne tenait pas compte de l’abolition du cours plancher et de l’instauration de taux négatifs par la Banque Nationale Suisse (BNS). Désormais, l’économie suisse évolue dans un monde nouveau, où tout est devenu moins cher mais où les concurrents européens sont mécaniquement plus compétitifs. L'économie étant tournée vers les exportations, elle risque de plonger en récession et en déflation au cours des prochains trimestres. [...]