​​

Hebdomadaire d’Économie du 07 avril 2015

Regards et perspectives économiques - 07.04.2015

Les principaux événements et indicateurs économiques de la semaine.

La belle escalade des marchés boursiers

Malgré des valorisations qui commencent à devenir élevées, les marchés boursiers profitent pleinement de l’environnement de confiance pour franchir des sommets. Ce climat favorable est généré par la forte croissance américaine, le report de la première hausse de taux directeurs de la Fed, ainsi que par la création monétaire en Zone Euro et au Japon. Même dans les pays émergents où tout n’est pas si facile, la possibilité d’action des autorités budgétaires et monétaires chinoises, pour soutenir l’activité économique, est perçue comme rassurante.

Au final, les actions s’accommodent, mieux encore que les obligations, de cet environnement de baisse des taux. En plus de cela, les actions européennes profitent de la virulente dépréciation de l’euro, tandis que leurs homologues japonaises tentent de bénéficier de la troisième flèche des Abenomics, à savoir la progression des salaires. Les titres européens et, dans une moindre mesure, japonais surperforment donc. Ils passent de cimes en crêtes depuis quelques mois. (...)

L’économie américaine se prépare à la hausse des taux

Tous les pays ne sont pas égaux face à la croissance. Le dynamisme américain devient de plus en plus visible. L’activité américaine continue de très bien se tenir, en comparaison internationale.

Les seuls bémols proviennent des mauvaises conditions climatiques et des mouvements sociaux dans les ports et les raffineries du pays. Ces facteurs temporaires ont perturbé les chiffres de l’emploi du mois de mars. Toutefois, ils ne remettent pas en cause la dynamique structurelle des créations d’emplois et permettent, d’ores et déjà, de faire chuter le taux de chômage à 5.5% de la population active, un niveau proche de son "équilibre". (...)

Un changement de modèle

Principaux bénéficiaires du cycle de hausse qui a suivi l’effondrement de la bulle technologique, les pays émergents cherchent aujourd’hui leur second souffle. Entre le ralentissement de l’activité chinoise, la recrudescence des troubles politiques en Russie et sociaux au Brésil, les équilibres de balance commerciale et fiscale parfois précaires et le cycle des matières premières défavorable pour les grands exportateurs, les foyers d’incertitude sont multiples.  (...)