​​

La livre et le peso, deux devises à suivre

Dans la presse - 29.09.2016

Bilan, 28 septembre 2016 - Alors que s'installe une certaine inertie sur les monnaies, l'attention se tourne vers la livre sterling dans la période post-Brexit et le peso mexicain dans l'ombre du candidat Donald Trump.

Ils l'ont fait! les Anglais ont dit non à l'Europe et ont voté pour reprendre leur liberté. Alors que le cyclone politique qui s'est abattu sur le Royaume-Uni rend peu visible la feuille de route de sortie de la zone euro, l'impact sur la livre sterling ne s'est pas fait attendre. De 1,50$ pour 1£ avant le résultat du vote, la devise britannique a chuté à 1,32 sur le choix des électeurs, puis a visité la zone de 1,28 quelques jours plus tard.

Perspective baissière pour la livre
La livre n'a pourtant pas encore atteint son point bas. Après le vote, le niveau d'incertitude s'est à nouveau accru. En effet, le calendrier et les modalités de sortie restent particulièrement flous, notamment quant à la date d'activation du fameux article 50 du traité sur l'Union européenne. Cet environnement de doute pourrait bien peser sur la croissance économique en freinant les investissements et les recrutements au niveau des entreprises ainsi que les dépenses importantes au niveau des ménages. La Banque d'Angleterre l'a bien compris et a déjà fortement réagi en injectant de la liquidité en août pour soutenir l'activité. Une nouvelle baisse de taux avant la fin de l'année 2016 semble même probable.

Globalement, le risque économique, combiné à l'inconfort d'une période incertaine et à une tendance à la baisse des taux d'intérêt, devrait pousser la GBP encore plus bas dans les mois à venir. Le potentiel de hausse des taux en dollar plaide pour une vente de GBP, USD. Techniquement, la zone de 1,32-1,35 semble idéale pour commencer une nouvelle exposition de change à la baisse de la livre avec 1,25, puis 1,20 comme objectif, et 1,37 comme niveau de remise en cause de la stratégie en cas de rebond durable. Pour les profils les moins risqués, une alternative consisterait à profiter du niveau relativement bas de la volatilité pour acheter une option put GBP et ne risquer ainsi que le montant investi dans la prime.

Les effets de la campagne Trump sur le peso mexicain
Le candidat à la Maison-Blanche a régulièrement attaqué le Mexique lors de ses meetings de campagne. Il n'a cessé de répéter la nécessaire construction d'un mur aux frais de Mexico, le renvoi massif d'immigrés clandestins, la régulation des rapatriements de fonds vers le Mexique ou encore une révision à l'avantage des Etats-Unis de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna). Cette approche extrême a eu pour effet de pousser le peso mexicain à la baisse malgré un contexte économique plutôt favorable.

En effet, compte tenu de la corrélation positive existant entre les croissances américaine et mexicaine, les perspectives avantageuses américaines devraient être favorables au peso. Il en va de même de la corrélation historique entre le prix du pétrole et le cours des devises émergentes. Le rebond actuellement observé sur l'or noir plaide pour un peso plus cher.

Enfin, le modèle économique de la parité de pouvoir d'achat montre une sous-évaluation exagérée de la devise mexicaine de l'ordre de deux écarts types.
Alors que Donald Trump a déjà infléchi son discours lors de sa visite de fin août à Mexico, il semble intéressant de construire une position haussière sur le peso.

Techniquement, une vente du dollar et achat du peso dans la zone de résistance 18,50 /19 pour un objectif à terme de 14,50 /15 avec un niveau de remise en cause du scénario à 20 semble une stratégie intéressante. Une alternative pour profiter d'un probable renforcement du peso consisterait à vendre une option call USD au niveau de volatilité actuel relativement élevé. Seul bémol, le risque étant théoriquement illimité, il nécessite un suivi plus strict de la position.

 

Par Jean-Marc Guillot, Responsable changes et trésorerie du groupe Edmond de Rothschild. Paru dans Bilan le 28 septembre 2016.