​​

Royaume-Uni, la sortie de l’Union européenne devient réalité, la livre dévisse

Regards et perspectives économiques - 12.10.2016

Cette semaine, Sophie Casanova, Économiste au sein de de notre équipe Recherche économique, analyse l’impact sur la livre de l’annonce par Mme Theresa May de son intention d’invoquer d’ici fin mars 2017, l’article 50 du traité de l’Union européenne qui enclenchera le processus de retrait du Royaume-Uni de l’UE.

La semaine a été marquée par une forte accentuation de la défiance des investisseurs à l’égard du Royaume-Uni. L’élément déclencheur a été l’annonce par le Premier ministre, Mme Theresa May, le 2 octobre, à l’occasion du Congrès annuel du Parti Conservateur, de son intention d’invoquer d’ici fin mars 2017, l’article 50 du traité de l’Union Européenne (UE) qui enclenchera le processus de retrait du Royaume-Uni de l’UE.

Alors qu’au cours des dernières semaines, la réactivité de la Banque d’Angleterre (BoE) et l’amélioration des enquêtes de confiances (telles que les PMI) avaient rassuré les investisseurs, cette déclaration leur a soudainement rappelé la réalité du Brexit. Leur inquiétude a été d’autant plus grande que Mme May a montré qu’elle envisageait un « Brexit dur », c’est-à-dire une sortie avec très peu de négociations avec l’UE. L’une des conséquences la plus dommageable d’une telle sortie serait sans aucun doute la perte de l’accès aux marchés financiers de l’UE par les institutions financières britanniques.

Dans ce contexte, la livre sterling a immédiatement chuté contre la plupart des devises, de -4.1% contre le dollar entre le 30 septembre et le 7 octobre (cf. graphe de gauche) et -3.8% contre l’euro, sans compter des mouvements brutaux qui viendraient de problèmes techniques (il aurait été provoqué par des ordres automatiques sur des plateformes de trading électronique).
Bien sûr, l’indice action britannique a réagi en conséquence, puisque le Footsie 100 a crû de 2.1% monnaie en locale.

  • Notre prévision de chute de la livre sterling suite au vote Brexit est pleinement confirmée. L’incertitude politique et les déséquilibres structurels de l’économie britannique – larges déficit budgétaire et courant – vont continuer de peser sur la valeur de la livre dans les prochains mois.
  • Nous maintenons notre prévision d’un cours à 1.22$/£ fin 2016 et 1.20$/£ fin 2017. Nous conservons par ailleurs notre prévision d’une chute supplémentaire de la livre dans le cas d’une perte du passeport financier européen pour les institutions britanniques et d’une relocalisation des chambres de compensation en zone euro. La livre s’affaiblirait contre le dollar à 1.00$/£ et surtout contre l’euro, à 1.20£/€.
  • Cette baisse de la devise britannique va accentuer les pressions inflationnistes au Royaume-Uni. L’inflation devrait s’établir à 3.5% en 2017 selon nos prévisions. Toutefois, la hausse des rendements Gilt 10 ans (1.00% fin 2016, 1.30% fin 2017) devrait être limitée par une extension en 2017 du programme s’assouplissement quantitatif de la BoE.