Une semaine rythmée par la saison des résultats

Analyse de marché - 25/10/2019

Le Brexit a encore une fois animé la semaine, l’accord négocié par B. Johnson la semaine dernière n’ayant pas été voté pendant le week-end dernier.

Finalement, B. Johnson a réussi à trouver une majorité de principe pour son accord mais la procédure accélérée d’adoption a été refusée pour prendre le temps d’étudier et d’amender cet accord. C’est maintenant à l’Union Européenne de décider d’accorder un délai supplémentaire après le 31 octobre pour sa validation. Dans ce contexte, B. Johnson a appelé à des élections anticipées le 12 décembre prochain, pour essayer de capitaliser sur son avance dans les sondages, mais cela requiert une majorité des 2/3 du parlement. 

Du côté des banques centrales, la réunion de la Banque Centrale Européenne n’a délivré aucune surprise avec toujours un message « dovish » et prudent de M. Draghi lors de sa dernière intervention. La semaine prochaine, une baisse des taux de la Réserve Fédérale est attendue.

Les chiffres économiques ont été plus mitigés sur la semaine. Les indices PMI préliminaires en zone Euro ont montré une poursuite de l’effritement en Allemagne alors que les publications étaient meilleures qu’attendues pour la France. Au global, dans la zone euro, le PMI Composite passe de 50.1 en septembre à 50.2 en octobre. Aux Etats-Unis, alors que les commandes de biens durables ont encore déçu, les indices PMI se sont légèrement repris (de 51 à 51.2 pour le Composite) sur les chiffres préliminaires du mois d’octobre. Les taux d’intérêt n’ont que peu réagi et sont restés stables sur la semaine.

La saison de publications des résultats du 3ème trimestre bat son plein. Un tiers des entreprises américaines a publié les résultats, 82% d’entre elles ont surpris à la hausse, avec des croissances légèrement positives sur un an alors qu’elles étaient attendues négatives. En Europe, les surprises positives sont aussi plus nombreuses que les surprises négatives mais la croissance sur un an est légèrement négative.

Certaines entreprises qui ont publié leurs résultats ont vu leur cours de bourse fortement varier, mais au global, les marchés actions n’ont que légèrement progressé sur la semaine, restant ainsi proches de leurs plus hauts de l’année. Les investisseurs attendent des éclaircissements sur les négociations politiques (Brexit et guerre commerciale). 

Dans ce contexte, nous conservons un positionnement relativement prudent sur les actifs risqués. 

  Actions européennes

Au-delà des aléas sur le front du Brexit, la semaine a été rythmée par la saison de publications trimestrielles. Parmi les surprises positives on retiendra Elis (+4%), la société a bénéficié d’une excellente dynamique sur le marché français, le management a par ailleurs relevé ses objectifs annuels. Kering s’est également démarqué favorablement. Le groupe de luxe a rassuré le marché grâce aux bonne performances de Bottega Veneta (croissance LFL à +7%) et Gucci (+11%) après un 2nd trimestre compliqué. Quelques bonnes surprises également du côté des équipementiers automobiles, Michelin et Valeo progressent de 4% et 10%, les deux sociétés ont pu confirmer leurs guidances annuelles malgré une nouvelle détérioration de l’environnement. Scor s’est distinguée (+5%) grâce à une baisse de son ratio combiné sur sa division P&C tandis que son résultat financier a également surpris favorablement.

Au rayon des déceptions on retiendra AB-Inbev qui a dévissé après un trimestre négativement impacté par le durcissement du marché chinois. Capgemini (-4%), le groupe d’IT a dû revoir en baisse ses guidances de croissance, pointant la faiblesse sa division Banking et celle de sa succursale au Royaume-Uni. Nokia a connu une semaine noire, le titre lâche 25% suite à une nouvelle publication trimestrielle décevante, le management a pointé l’environnement-prix compliqué, des pertes de parts de marché et un marché chinois extrêmement compliqué. Toujours dans la technologies, Dassault Systèmes a publié les ventes de nouvelles licences légèrement en deçà des attentes tandis que la marge et la génération de flux de trésorerie ont surpris favorablement. Saint-Gobain a publié des résultats de bonne qualité (croissance à +3,1% au 3ème trimestre) mais a fait état d’une dégradation de l’environnement. Enfin, l’éditeur de jeux vidéo Ubisoft a décroché de 25%, la société va décaler la sortie commerciale de 3 de ses 4 prochains lancements. 

  Actions américaines

Le S&P 500 et le Nasdaq sont en hausse de respectivement 0,8% et 1,3% sur la semaine (à la clôture du 24 octobre), avec de nombreux mouvements au sein des différents composants des indices dans un contexte chargé en terme d’annonces de résultats du 3ème trimestre.

Les taux américains à 10 ans sont restés stables à 1,76% et le baril de pétrole (WTI) a progressé de 4,7% à 56$ sur la baisse des stocks de pétrole aux États-Unis. Le sentiment continue d’être très pessimiste sur les valeurs cycliques dont les cours n’intègrent aucune amélioration de la croissance alors qu’un accord entre Washington et Pékin, la baisse de probabilité d’un Brexit sans accord, ou encore une baisse du dollar pourraient refaire partir la croissance mondiale dès 2020.

Au niveau sectoriel, les secteurs en tête cette semaine sont la technologie, en hausse de 1,3%, les services aux collectivités de 1,6% et la consommation de base de 1,1% (à la clôture du 24 octobre).

Les opérateurs de télécommunication ont en revanche fait l’objet de prises de profits, reculant de -0,6%, la santé +0,1% et les matériaux de base +0,23% sous-performant les autres secteurs dans la hausse. Au niveau des entreprises, Tesla progresse de 20% après avoir réalisé son premier bénéfice trimestriel (alors que le marché s’attendait à une perte), Paypal et Procter & Gamble ont également enregistré d’excellents résultats, nettement au-dessus des attentes, et ont progressé de 5% en séance. Dans le secteur industriel, Caterpillar et 3M ont réduit leurs prévisions des bénéfices pour l’année en citant un environnement macro-économique toujours morose et un carnet de commandes affaibli par l’impact des tensions commerciales. Dans le secteur de l’internet Twitter, eBay, et Amazon sont en baisse de plus de 10% après des résultats nettement en dessous des attentes (Twitter a particulièrement déçu sur la croissance de sa base utilisateur et de son chiffre d’affaires). La révision à la baisse des bénéfices d’Amazon est le reflet d’investissements plus élevés que prévus dans son programme de livraison sur la journée. 

  Actions japonaises

Les actions japonaises se sont inscrites à un plus haut depuis le début de l’année en l’absence d’événements importants et sur fond de stabilisation du yen à 108 pour 1 dollar américain. L’indice TOPIX a progressé de 1,34% durant la semaine, les secteurs minier et des métaux non ferreux ayant surperformé.

En ce qui concerne l’industrie pharmaceutique, Eisai a vu son titre bondir de 35,75% après un essai clinique prometteur pour son nouveau médicament contre la maladie d’Alzheimer, l’Aducanumab. Son partenaire américain Biogen compte déposer une demande d’approbation de ce médicament auprès de l’agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA). En revanche, le fabricant de produits chimiques Toray s’est replié de 4,91% en raison de craintes d’une réduction de la production d’avions par Boeing.

Par ailleurs, une modification de la loi relative aux devises et aux échanges commerciaux (Foreign Exchange & Foreign Trade Act) est actuellement à l’étude. Elle porte notamment sur la baisse de 10% à 1% des actions en circulation du seuil de notification préalable obligatoire pour les investissements non japonais dans des entreprises cotées impliquées dans la sécurité nationale (y compris dans le secteur des technologies de l’information). Cette annonce a suscité quelques inquiétudes, bien que les banques non japonaises, les compagnies d’assurance et les sociétés de gestion d’actifs seront exemptées. 

  Marchés émergents

Les marchés émergents ont progressé de 1,3% cette semaine (cours de jeudi à la clôture), le Brésil et la Russie ayant particulièrement surperformé les autres pays (avec une hausse de 2,2% et 4,2% respectivement). Le vice-président américain Mike Pence a nié que les États-Unis cherchaient à « se dissocier » de la Chine dans un discours très critique à l’égard de la deuxième puissance économique mondiale, alors que l’accord commercial partiel doit être signé par les deux parties mi-novembre.

En Chine, le nouveau taux préférentiel de prêt a été laissé inchangé cette semaine, indiquant ainsi qu’un assouplissement moins rapide que prévu était à l’œuvre. Du côté des entreprises, les résultats trimestriels de Hikvision, le principal fournisseur de solutions de sécurité du pays, ont été conformes aux attentes avec une croissance de 23% des bénéfices, en l’absence de perturbations de la part des fournisseurs américains.

New Oriental Education a également fait part d’un BPA supérieur aux estimations au 1er trimestre de l’exercice 2020 (+25% en glissement annuel), à la faveur d’une hausse du nombre d’étudiants. Par ailleurs, dans le même secteur, Tal a rendu compte d’une croissance de 33% de son chiffre d’affaires net. Le principal prestataire de services de soutien scolaire adressé aux élèves du primaire et du secondaire en Chine a aussi revu ses prévisions à la hausse pour le trimestre prochain.

Le ralentissement de l’économie américaine constitue toujours un risque majeur pour celle de Taïwan, les commandes à l’exportation ayant reculé de 4,9% en septembre. Le degré de délocalisation de la production chinoise est restreint par les ressources limitées de Taïwan. En ce qui concerne les entreprises, TSMC a annoncé des résultats supérieurs aux attentes tout en révisant ses estimations à la hausse, le déploiement réussi de la 5G et la demande en composants pour le calcul de haute performance ayant contrebalancé le ralentissement causé par la guerre commerciale. La société a également fait état d’une forte hausse de ses dépenses d’investissement. En Corée du Sud, les exportations se sont repliées de 20% depuis début octobre après avoir déjà reculé de 22% en septembre.

En Inde, des informateurs ont accusé le Directeur général d’Infosys d’avoir eu recours à des pratiques immorales au cours des derniers trimestres afin de doper le chiffre d’affaires et les bénéfices à court terme, ce qui a entraîné la chute du titre (-16%). HDFC Bank a rendu compte de résultats supérieurs aux attentes au 2nd trimestre de l’exercice 2020, la qualité de ses actifs restant inchangée. Au Brésil, la semaine a notamment été marquée par l’approbation finale du texte de loi de la réforme des retraites par le Congrès. 60 sénateurs se sont ainsi prononcés en faveur, alors que 49 voix étaient nécessaires. Du côté des entreprises, Petrobras a annoncé une croissance de 17% en glissement annuel de sa production de pétrole brut au 3ème trimestre 2019, contre des prévisions de 13%. Au Mexique, Grupo Aeroportuario Centro Norte a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, avec une croissance solide du trafic (+7%), tandis que Cemex, le fabricant de matériaux de construction, a fait part de chiffres et de prévisions décevantes, son volume de ventes de ciment continuant de chuter. 

  Dettes d'entreprises

 

Crédit

Le Brexit a une nouvelle fois animé les marchés sur la semaine, l’Union Européenne étudie un troisième report et l’appel du Premier ministre Boris Johnson à la tenue d’élections législatives anticipées a créé de nouvelles incertitudes. Le dernier discours de M. Draghi à la tête de la Banque Centrale Européenne a eu peu d’impact sur les spreads. La politique monétaire annoncée en septembre reste inchangée. Dans ce contexte, l’indice Main se resserre de 2 points de base entre lundi et jeudi et le Xover retrouve son niveau d’ouverture. 

SoftBank a annoncé injecter 5 milliards de dollars américains dans WeWork et lancer une offre publique d’achat auprès des actionnaires existants pour un montant maximum de 3 milliards de dollars américains. SoftBank devrait détenir 80% du capital de WeWork après cette opération (29% auparavant). Teva a indiqué avoir trouvé un accord avec les comtés de l’Ohio dans la crise des opioïdes permettant ainsi d’éviter l’ouverture d’un procès fédéral ; le groupe paiera une indemnité de 20 millions de dollars américains étalée sur trois ans et fournira des médicaments pour une valeur de 25 millions de dollars américains. Les obligations Teva ont initialement baissé face à la nouvelle (accord plus onéreux qu’attendu) pour finalement repartir à la hausse. De nombreux flux à noter sur les instruments de Casino qui a annoncé renforcer sa liquidité de 3,5 milliards d’euros via la négociation de l’extension de ses lignes confirmées en France ainsi qu’un plan de refinancement de sa structure de capital incluant 1,5 milliard d’euros de nouveaux financements afin de refinancer une partie de sa dette existante (notamment les obligations 2020, 2021 et 2022). S&P a par la suite remplacé le creditwatch négatif par un outlook négatif et Moody’s a abaissé la note de B1 à B2.

Coty explore des alternatives stratégiques pour son activité Professional Beauty et envisagerait une cession. Une telle décision s’inscrirait dans le cadre de son plan stratégique qui vise une réduction du ratio de levier. Par ailleurs, Sunrise a abandonné son projet d'acquisition d'UPC Suisse après avoir annulé son assemblée générale extraordinaire consacrée à l'augmentation de capital pour le rachat.

Europcar Mobility a été sous pression après avoir dévoilé un EBITDA en baisse de 10% au 3ème trimestre et des objectifs revus à la baisse pour l’année 2019.

Du côté de la dette financière, UBS affiche un résultat en repli (-16% sur l’année) avec une performance décevante de la banque d‘investissement. Cependant, sa division Global Wealth Management affiche des bons chiffres avec une collecte de 15,7 milliards de dollars américains.

Le marché primaire a été dynamique notamment sur le segment de la dette à Haut Rendement. Kantar a émis 1 milliard d’euros d’obligation secured 2026 (5,75%) et 475 millions d’euros d’obligation unsecured 2027 (9,25%). Crown a émis à 4 ans pour 550 millions d’euros avec un coupon de 0,75%. Enfin, Netflix a émis à 11 ans en deux tranches pour 1,1 milliard d’euros et 1 milliard d’euros (coupon de 3,625% et 4,875%). 

Convertibles 

Le marché primaire des obligations convertibles étant fermé, l’attention se porte désormais sur la saison des résultats d’entreprises. Aux États-Unis, Tesla a publié des bénéfices supérieurs aux attentes pour le 3ème trimestre grâce à la demande pour le Model 3 qui ne faiblit pas et à l’amélioration des marges du fait de l’exécution opérationnelle solide. L’action a gagné 18% le jour même.

À l’inverse, Twitter a perdu 21% après avoir publié un chiffre d’affaires décevant pour le trimestre malgré une hausse du nombre d’utilisateurs actifs monétisables par jour de 17% sur un an.

En Europe, Ubisoft a abaissé son objectif de commandes nettes pour l’exercice 2020 à 1,45 milliard d’euros contre 2,19 milliards d’euros précédemment compte tenu de la baisse des revenus attendus issus de Ghost Recon et de The Division 2.

Elément complémentaire