Les marchés changent un peu, pas la trame de fond

Stratégie d'allocation d'actifs - 05/11/2019

« Ce ne sont pas les girouettes qui tournent, c’est le vent » aimait à répéter Edgar Faure. Au regard du regain d’optimisme très cyclique des marchés actions et des taux longs en octobre, on peut se demander si le cycle est de retour ou bien s’il s’agit d’un épiphénomène.

Sur quoi repose ces mouvements cycliques ?

  • Des déclarations encourageantes quant à un accord sur la première phase du volet des négociations sino-américaines ;
  • Une baisse sensible du risque de hard Brexit à court terme ;
  • Quelques signes de stabilisation du secteur manufacturier mondial selon les dernières enquêtes PMI après une année de plongeon.

La baisse récente du risque politique est une inflexion notable dans un contexte de surenchère quasi-permanent. Il est fort probable que la note d’espoir quant à un accord prochain entre les États-Unis et la Chine de même que la baisse du risque du hard Brexit reflètent d’abord et avant tout la volonté des différentes parties d’écarter rapidement le scénario du pire au regard de la dégradation générale, ce qui en soit méritait d’être salué par des marchés inquiets. Mais rien ne permet pour autant d’envisager une réduction substantielle de l’incertitude sur ces fronts. Le différend entre les États-Unis et la Chine est tel que si la phase 1 (la plus facile) est manifestement à portée, le passage de la phase 2 et a fortiori de la phase 3 nécessiterait un tel changement de climat politique qu’il est impossible à ce stade de l’envisager. On ne peut ici que souligner la force du consensus politique américain dans la volonté de conduire des sanctions tant que la Chine n’aura pas adopté des pratiques commerciales ordinaires. Quant au Royaume-Uni, en supposant que le hard Brexit soit bien évité, il faudra rentrer dans une période de négociations qui durera en toutes vraisemblances plus longtemps que ce que prévoit la période de transition (échéance fin 2020), la conclusion d’un traité commercial prenant plusieurs années et la volonté politique de la prochaine administration britannique demeurant encore une parfaite inconnue. Dans les deux cas de figure, l’incertitude politique restera assez élevée pour qu’elle pèse durablement sur l’investissement des entreprises.

A retenir
  • La baisse récente du risque politique
  • Des marges d’entreprises sous pression de part et d’autre de l’Atlantique
  • Notre scénario de poursuite du ralentissement mondial est inchangé

 

Enfin, les signes de stabilisation du secteur manufacturier sur un mois ne dessinent pas une tendance, d’autant plus que les services, jusqu’ici plutôt résilients, semblent un peu plus perméables au marasme industriel. Notre scénario de poursuite du ralentissement de l’économie mondiale est inchangé. Indépendamment des aléas politiques, rappelons que les marges des entreprises sont sous pression de part et d’autre de l’Atlantique du fait des tensions salariales, ce qui donne certes de la visibilité sur la consommation mais obère les projets d’investissements et de créations d’emplois, au point d’ancrer le cycle dans la phase descendante. Les mouvements de marchés d’octobre reflètent davantage à nos yeux un repositionnement des investisseurs jusqu’ici lourdement exposés sur les secteurs défensifs et la duration qu’aux prémices d’un changement de scénario. Dans ce contexte, nous restons plutôt prudents dans notre allocation d’actifs.

Au sein des marchés actions, nous remontons le poids de valeurs européennes. En effet, après le risque italien, c’est le risque politique britannique qui s’est réduit. Le risque politique avait été un facteur de sous-exposition sur les actions européennes aux cours, par ailleurs, très élevés de la part des investisseurs internationaux. De fait, il peut y avoir un phénomène de rattrapage.

    Nos vues pour novembre Evolution par rapport au mois précédent
ACTIONS
US
Europe
  Eurozone
  Royaume-Uni
Japon
Emergents
Thématiques
TAUX
US
Euro
Investment Grade
  US
  Euro
High Yield
  US
  Euro
Marchés émergents
DIVERSIFICATION    
Convertibles Euro
Dollar
MONÉTAIRE

 

A suivre
  • Élections au Royaume-Uni: 12 décembre
  • Prochaine réunion de la BCE : 12 décembre
  • Prochaine réunion de la Fed : 10 et 11 décembre

 

Elément complémentaire