L'Hebdo Eco du 21 octobre 2019

L'hebdo des économistes - 22/10/2019

Modération supplémentaire de la croissance en Chine

Notre analyse économique et financière des évènements de la semaine

  • En Chine, la croissance annuelle du PIB a ralenti de 6.2% à 6.0% au troisième trimestre et, ce, malgré le plan de relance
  • Cela s'explique notamment, selon notre analyse, par le fait que les mesures de relance ciblent principalement le secteur privé…
  • … or, dans un contexte de fort ralentissement des exportations et d'incertitudes persistantes liées à la guerre commerciale ainsi que d'atonie de la demande intérieure, leur efficacité est limitée
  • De fait, même si la poursuite des négociations commerciales sino-américaines peut, par moment, rassurer les investisseurs internationaux…
  • … le caractère très limité de leurs avancées devrait être insuffisant pour relancer spontanément la croissance
  • La stabilisation de l'économie chinoise et, par conséquent, des économies émergentes dépendrait des initiatives supplémentaires mises en œuvre par les autorités, selon notre analyse
  • Si  la  banque  centrale  chinoise  devrait  rester  à  la  manœuvre,  une  reprise  plus  soutenue  de l'investissement public, notamment en infrastructure, serait nécessaire
  • Aux Etats-Unis, comme nous l’anticipions, la Fed a annoncé qu’elle reprenait l’expansion de la taille de son bilan à compter du 15 octobre et jusqu’au deuxième trimestre 2020 au moins
  • Pour ce faire, elle procédera à des achats de bons du Trésor, au rythme de 60 milliards de dollars par mois
  • Si l’objectif de la Fed est d’atténuer les pressions haussières sur les taux d’intérêt de court terme américains…
  • … le montant mensuel de ses achats n’en est pas moins substantiel et devrait soutenir l’accélération de la liquidité mondiale au second semestre 2019 et, surtout, au premier semestre 2020

Focus : Défis de la demande alimentaire mondiale

  • Portée par des tendances lourdes d’ordre démographique et économique, la demande alimentaire mondiale devrait progresser de 43.5% d’ici 2050
  • Le modèle de production traditionnel pourrait en théorie répondre à l’évolution de la demande alimentaire mondiale...
  • … mais continuerait de générer des coûts climatiques et environnementaux importants
  • Le passage à un nouveau modèle de production agricole, reposant sur l’innovation technologique, ouvrirait de nouvelles opportunités d’investissement

Pour recevoir l’intégralité de cette publication et vous abonner, veuillez demander à votre contact habituel du groupe Edmond de Rothschild ou écrivez à macro-eco@edr.com