Politique de rémunération

Le groupe Edmond de Rothschild est convaincu que renforcer le lien entre la performance (individuelle et collective) et la rétribution, quelles que soient ses composantes (rémunération, promotion, mobilité interne), de même que disposer de canaux de communication établis sur des bases de confiance réciproque et sincère, contribue à renforcer la transparence et l'équité mais aussi à élever la motivation et l'engagement des collaborateurs, conditions essentielles pour la réalisation de tous nos objectifs collectifs.

Les politiques de rémunération de Edmond de Rothschild Asset Management (France), Edmond de Rothschild Private Equity (France) et de Edmond de Rothschild (France) ont été mises à jour dans le cadre des réglementations AIFMD, UCITS V et CRD IV. Elles sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018 et ont été validées par le Conseil de Surveillance de chacune des entités concernées, sur recommandation du Comité de Rémunération.

Les rémunérations variables des mandataires, des preneurs de risque ainsi que des professionnels des fonctions de conformité, de contrôle interne et de contrôle des risques, sont versées pour partie en différé et de manière échelonnée. Des règles précises d'application de ce principe de rémunération différée sont fixées chaque année, après analyse de la Direction Financière, de la Direction des Ressources Humaines et des Directions de la Conformité et du Contrôle des Risques, et font l'objet d'une validation du Conseil de Surveillance d'Edmond de Rothschild France sur proposition de son Comité des Rémunération.

Dans le cadre de CRD IV, un « Employee Share Plan » Groupe (autrefois dénommé « Long Term Incentive Plan »), sous forme de droits à recevoir des bons de participation de la Holding Suisse du Groupe Edmond de Rothschild existe depuis mars 2016, en tant qu'en instrument de rémunération différée. En complément, un second instrument a été mis en place en mars 2018, sous la forme d'un cash différé indexé sur le prix de l'action de la Holding Suisse du Groupe. Dans le cadre d'AIFMD, un nouvel outil a été mis en place en mars 2016 pour le paiement de la partie différée (le cas échéant) de la rémunération variable des preneurs de risques dans l'asset management. Cet instrument permet d'indexer tant la moitié de la rémunération différée que la moitié de la rémunération « immédiate » de ces collaborateurs sur la performance moyenne pondérée d'un panier de fonds Edmond de Rothschild Asset Management représentatif de leurs expertises.

La réglementation OPCVM V pour les OCPVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) est en vigueur depuis le 1er janvier 2017 et comporte des dispositions très similaires à celles de la réglementation AIFMD. Le Groupe a anticipé cette directive en appliquant, plusieurs années auparavant, un principe de rémunération différée, y compris aux gérants d'OPCVM. L'instrument précité, sous forme de cash indexé sur un panier de fonds, a fait l'objet d'adaptations dans le cadre de l'entrée en vigueur de la directive OPCVM V depuis l'exercice 2017.

Conformément à ces réglementations, le groupe Edmond de Rothschild vise une qualité de la gestion des risques optimale et une maîtrise des risques pris par les personnes et sociétés concernées en amélioration constante, ainsi qu'un alignement de ses intérêts avec ceux de ses clients. 

Compte tenu de la taille réduite d'Edmond de Rothschild Private Equity (France) (au 31 décembre 2019, moins de 50 salariés et  actifs sous gestion inférieurs à 1250 millions d'euros), cette entité applique le principe de proportionnalité quant à la publication des principes de sa politique de rémunération, qui sont mis à disposition à la demande.