​​

Un nouveau rebond des marchés actions

Analyse de marché - 11/10/2019

Les marchés actions ont rebondi sur la semaine tandis que les obligations corrigeaient.

Les investisseurs tentent de prendre en compte à la fois la réalité de la dégradation dans l’industrie mondiale et l’impact des contre-mesures de soutien monétaire et budgétaire.

Les inflexions de court terme dans un sens ou dans l’autre continuent de dépendre d’un tweet ou d’une statistique généralement contredit dès le lendemain.

Cependant cette tendance pèse sur la confiance des investisseurs et des acteurs économiques et explique notre prudence dans la composition des portefeuilles.  

  Actions européennes

Après une première semaine d’octobre à -3%, une partie du terrain a été regagnée cette semaine, alors que les premiers résultats du 3ème trimestre sont publiés. Du côté des bonnes nouvelles, LVMH surprend par la résistance de ses ventes, qui progressent de 17% sur le trimestre (et 11 % en organique) malgré le ralentissement de l’économie chinoise, et les troubles à Hong Kong. SAP annonce concomitamment le départ de son CEO Bill Mc Dermott ainsi que de bons résultats du 3ème trimestre (tant sur la marge que sur la croissance). Enfin, lors de sa journée investisseurs, Wirecard a relevé ses objectifs de moyen terme de revenus et d’EBITDA (2025).

Ces bonnes publications n’ont pas masqué une série d’avertissements sur les profits : Plastic Omnium sur la marge opérationnelle, Qiagen qui déçoit sur sa croissance du 3ème trimestre (ce qui déclenche le départ de son CEO), Pagegroup le spécialiste du recrutement qui note un ralentissement en France et au Royaume-Uni, Chr Hansen et Novozymes dans les enzymes, Philips qui déçoit sur la croissance de ses ventes et de son EBITDA, Hugo Boss qui avertit sur la croissance attendue de ses revenus et de son EBIT, et enfin Publicis qui révise à la baisse son objectif de croissance 2019.

Durant la semaine, Cellnex a annoncé une augmentation de capital pour financer le rachat des tours télécoms du britannique Arqiva pour 2 milliards de livres sterling. La bourse de Hong Kong a retiré son offre sur le London Stock Exchange, et Fortum annonce le rachat (soumis à approbation des autorités) de la participation dans l’allemand Uniper (dont il possède déjà 50%) des fonds Knight Vinke et Elliot (pour 20,5%, soit 2,3 milliards de livres sterling).

Enfin, lors de sa journée investisseurs, Euronext a défini ses objectifs de croissance à 3 ans, et sa volonté de croissance externe, quitte à la financer par une augmentation de capital. 

  Actions américaines

Le S&P 500 et le Nasdaq sont en hausse de 1% et 1,3% sur la semaine après un regain d’optimisme suscité par des espoirs d’accord entre la Chine et les Etats-Unis sur la guerre commerciale avant l’entrée en vigueur d’une nouvelle augmentation des droits de douanes prévus pour le 15 octobre. Les négociations commerciales à haut niveau ont repris à Washington le 10 octobre, la séance a été marquée par un tweet du président Donald Trump, ce dernier ayant annoncé aujourd’hui le 11 octobre son intention de rencontrer le vice Premier ministre chinois. Par ailleurs, Donald Trump a également annoncé la levée d’une partie des sanctions contre Huawei, autorisant certaines firmes américaines à collaborer à nouveau avec l’équipementier chinois.

Sur le plan macroéconomique, avec 136 000 créations de postes (hors agriculture) en septembre, les créations nettes d'emplois ont été un peu moins dynamiques qu'attendues par les économistes à 145 000. Selon le « Bureau of labor statistics », le taux de chômage a encore reculé de 20 points de base en septembre, pour atteindre un plus bas depuis un demi-siècle, à 3,5%. La probabilité d’une contraction de l’économie aux Etats-Unis est au plus bas depuis le mois d’avril, ce qui semble confirmer l’optimisme prudent des membres de la Réserve Fédérale. Le taux américain à 10 ans monte de 12 points de base sur la semaine, et le Brent monte de 3% sur la semaine à 60$.

Au niveau sectoriel, les financières profitent clairement du rebond des taux et signent une des meilleures performances sectorielles de la semaine à +1,3%, juste derrière la technologie à +1,5%. Les baisses se trouvent du côté de l’énergie +0,2% et des utilities +0,4%. 

  Actions japonaises

La publication de l’indice composite japonais le 7 octobre a fait état d’un recul de 0,4 en août par rapport au mois précédent, mais son impact sur le marché actions japonais est resté limité. L’indice TOPIX a légèrement progressé cette semaine (+0,54%).

Le secteur des produits chimiques a signé la meilleure performance, tandis que le commerce de détail s’est bien comporté. Asahi Kasei, un fabricant de produits chimiques, a enregistré une performance positive suite à l’annonce selon laquelle Akira Yoshino, membre honoraire de l’entreprise, avait reçu le prix Nobel de chimie pour avoir développé la technologie des batteries au lithium-ion. La société dispose d’une part de marché importante sur le segment des séparateurs de batterie lithium-ion, laquelle est désormais largement utilisée pour de nombreux smartphones et véhicules électriques. D’autres valeurs du secteur des batteries affichant une solide production de composants clés de batteries, comme le matériau de cathode, se sont également appréciées.

L’attention des investisseurs s’est portée sur Fast Retailing, la maison mère d’UNIQLO ayant augmenté rapidement ses revenus à l’étranger pour dépasser ceux générés sur le plan domestique. Le taux de ventes à l’étranger des secteurs japonais axés sur la demande intérieure s’inscrit même en hausse à 10% afin de tirer parti de la croissance généralisée de la demande intérieure, en particulier dans le commerce de détail et les services.

À l’inverse, le secteur de l’assurance a reculé (-2,72%) sur fond d’inquiétudes entourant un autre super-typhon, Hagibis, qui se dirige actuellement vers le Japon. Sompo Holdings et Tokio Marine Holdings, deux grandes compagnies d’assurance dommages, ont dévissé en raison de craintes d’une hausse attendue des pertes causées par des conditions climatiques sans précédent. 

  Marchés émergents

L’indice MSCI Emerging Markets a clôturé la semaine en territoire négatif, plombé par un environnement caractérisé par la volatilité et les incertitudes. L’attention du marché continue d’être portée sur les nouvelles négociations sino-américaines – lesquelles se sont tenues le 10 octobre à Washington –, mais également sur la confirmation du report de l’instauration des droits de douane prévue le 15 octobre. La Chine ne semble prête à discuter que d’un nombre limité de sujets et les acteurs du marché estiment désormais que la probabilité d’une trêve sur les tarifs douaniers est de 50%. Lundi 7 octobre, les États-Unis ont placé huit nouvelles entreprises chinoises sur liste noire : Hikvision, Dahua, SenseTime, Megvii, iFlytek, Meiya Pico, Yixin et YITU, la plupart étant spécialisées dans la vidéosurveillance et l’intelligence artificielle et particulièrement avancées en matière de reconnaissance faciale. Les chiffres du tourisme chinois à l’occasion de la Golden Week ont fait état d’un ralentissement par rapport aux années précédentes, avec une augmentation des volumes domestiques de 7,8% (contre des hausses de 9,4% et 11,9% en 2018 et 2017 respectivement).

À Taïwan, TSMC a rendu compte d’un chiffre d’affaires solide au 3ème trimestre (+22% en glissement trimestriel et +13% sur un an), dépassant les attentes du marché ainsi que ses propres prévisions à la faveur d’une demande plus importante que prévu d’iPhone, de smartphones 5G et de composants pour le calcul de haute performance. En Corée du Sud, Samsung Electronics a publié des résultats opérationnels préliminaires supérieurs aux estimations du marché – lesquelles avaient été revues à la hausse –, stimulé par l’augmentation meilleure que prévu des expéditions de puces DRAM qui a largement contrebalancé la baisse des prix de vente moyens.

En Inde, le projet de fusion entre Indiabulls Housing Financial et Lakshmi Vilas Bank a été rejeté par la banque centrale indienne (RBI), suscitant ainsi des inquiétudes quant à l’avenir d’Indiabulls et entraînant la lourde chute de son titre (-18,5%). TCS a fait part d’une croissance du chiffre d’affaires et de marges en deçà des attentes pour le 2nd trimestre de l’exercice 2020.

Au Brésil, le second vote sur la réforme des retraites a été reporté en raison des discussions portant sur le partage des bénéfices découlant de la cession des droits pétroliers. À l’approche de la fin d’année, l’attention sera notamment tournée vers le transfert des droits pétroliers, qui se déroulera en deux étapes : le 10 octobre et le 6 novembre. L’Agence nationale du pétrole (l’ANP) a lancé les enchères, 17 compagnies pétrolières devant dans un premier temps s’adjuger 36 blocs. Au total, le gouvernement devrait lever 106,5 milliards de réaux, dont 33 milliards iraient à Petrobras. Du côté des entreprises, Bradesco a proposé le paiement d’un dividende extraordinaire de 8 milliards de réaux (pour un rendement de 3,2%) qui serait versé le 23 octobre. L’objectif de cette nouvelle politique de dividende est d’obtenir une structure de capital optimale et de redistribuer les capitaux excédentaires aux actionnaires. Il s’agit là d’une excellente nouvelle, car elle améliore la visibilité de la politique de dividende, stimule le rendement des capitaux propres – puisque les fonds propres de Bradesco seraient moins élevés – et réduit le risque lié aux fusions et acquisitions. Santander Brasil a publié ses premières prévisions pour 2022, avec un rendement des capitaux propres de 21% supérieur aux attentes. 

  Dettes d'entreprises

 

Crédit

Après un début de semaine mitigé, le marché a rebondi porté par un potentiel accord partiel entre la Chine et les Etats-Unis et de nouveaux espoirs d’un accord sur le Brexit. Boris Johnson et le Premier ministre irlandais Leo Varadkar ont annoncé entrevoir un "chemin" vers un compromis sur la question clé de la frontière irlandaise. Dans ce contexte, les indices Xover et Main se sont écartés respectivement de 10 points de base et 2 points de base en début de semaine pour finalement retracer cet écartement à partir de mercredi 9 octobre. 

L’émetteur Nordex a surperformé après son augmentation de capital de 100 millions d’euros réalisée par l’intermédiaire d’un placement privé auprès de son actionnaire Acciona. Les obligations Codere ont souffert sur la semaine. Le groupe a indiqué avoir découvert des incohérences comptables sur certaines filiales en Amérique Latine en 2019. Les prévisions d’EBITDA ont ainsi été revues à la baisse d’environ 20 millions d’euros sur l’année. On note de nombreux flux acheteurs sur Kedrion ; les deux actionnaires du groupe, la famille Marcucci et le FSI, ont convenu d’une augmentation de capital d’environ 50 millions d’euros qui devrait permettre d’abaisser le levier. 

Levi Strauss & Co a publié des résultats en ligne avec les attentes, le chiffre d’affaires est en hausse de 4% porté par une bonne performance du segment international. Plastic Omnium a fait un profit warning sur ses résultats de 2019, dû à des difficultés opérationnelles bien plus importantes que prévues dans sa nouvelle usine de Greer aux Etats-Unis. Kraton a aussi revu à la baisse ses prévisions d’EBITDA, les obligations ont perdu 4 points de base par la suite. 

Cellnex va acquérir les tours télécoms d’Arqiva pour 2 milliards de livres sterling. Après cette opération qui devrait être finalisée au 2nd semestre, Cellnex deviendra le principal opérateur d’infrastructures mobile indépendant au Royaume-Uni. Par ailleurs, d’après la presse, HSBC s’apprêterait à annoncer jusqu’à 10 000 nouvelles suppressions de postes en Europe qui s’ajouteraient aux 4700 postes déjà visés par le plan de réduction des coûts. L’annonce pourrait être faite lors de la présentation des résultats du 3ème trimestre 2019. 

Le marché primaire a été très peu dynamique. On note l’émission d’une obligation Tier 2 par Bank of Ireland pour 300 millions d’euros avec un coupon de 2,375%. 

Convertibles 

Encore une semaine de calme sur le marché des obligations convertibles. La période de « blackout » a donc commencé avec un faible volume d’émissions et une activité nulle sur le marché primaire.

Par ailleurs, LVMH a publié ses résultats pour le 3ème trimestre 2019, notamment un chiffre d’affaires de 13,3 milliards d’euros, soit une croissance organique de 11%, ainsi que les chiffres exceptionnels de la division Mode et Maroquinerie, en hausse de 19%. La société suisse de semiconducteurs AMS a quant à elle annoncé que son offre de rachat sur OSRAM n’avait pas abouti, mais qu’elle n’y renonçait pas pour autant.

Elément complémentaire