L'Hebdo Eco du 29 avril 2019

L'hebdo des économistes - 02/05/2019

A retenir cette semaine

L’œil des économistes : PIB américain vigoureux en début d’année, signes d’amélioration de la croissance chinoise, les indices PMI en zone euro n’indiquent pas d’embellie, statu quo monétaire de la BoJ

Etats-Unis

  • La croissance américaine a été dynamique au 1er trimestre 2019, à 3.2% en glissement annuel après 3.0% au dernier trimestre 2018, contrairement à ce qui avait été escompté par le consensus
  • Nous continuons toutefois d’anticiper son ralentissement en 2019, à 2.7%, notamment en raison d’un ralentissement de l’investissement des entreprises et d’une balance commerciale plus négative

Chine

  • La croissance du PIB s'est stabilisée à 6.4% au premier trimestre alors que la production industrielle et les ventes au détail ont rebondi en mars
  • L'accélération du crédit bancaire et le renforcement des émissions obligataires par les collectivités
  • locales confortent notre scénario d'une reprise de l'investissement et d’une légère accélération du PIB

Zone Euro

  • L’indice PMI Composite de la zone euro a poursuivi sa baisse en avril et a atteint 51.3, avant tout en raison d’un ralentissement des services de 53.3 en mars à 52.5 en avril
  • Incertitude politique accrue en Espagne suite à la victoire sans majorité des socialistes du PSOE aux élections législatives et à l’entrée des nationalistes de Vox au parlement

Japon

  • La banque centrale (BoJ) a opté pour un statu quo monétaire, comme nous l’anticipions…
  • …et a apporté des précisions temporelles à sa forward guidance indiquant que ses taux devraient être maintenus à leurs niveaux actuels au moins jusqu'au printemps 2020

Focus Chine: Quel avenir pour le modèle de croissance chinois actuel ?

  • Le modèle de croissance actuel qui repose sur un taux d’investissement élevé a permis de générer une forte croissance économique jusqu’en 2008
  • Depuis 2008, les plans de relance chinois ont permis de stabiliser l’activité à court terme en conservant l’investissement comme pilier de son modèle de croissance
  • En revanche, ils ont provoqué des conséquences économiques négatives à long terme montrant ainsi les limites du modèle actuel et la nécessité d’opérer une transition vers un modèle reposant sur l’innovation

 

Pour recevoir l’intégralité de cette publication et vous abonner, veuillez demander à votre contact habituel du groupe Edmond de Rothschild ou écrivez à macro-eco@edr.com