​​

Retour des tensions géopolitiques

Analyse de marché - 22/09/2019

La poursuite du dialogue entre les Etats-Unis et la Chine, particulièrement en fin de semaine, pouvait laisser espérer une nouvelle semaine d’accalmie au niveau géopolitique.

C’était sans compter sur une nouvelle escalade dans les relations entre l’Iran, l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis suite à l’attaque, le week-end dernier, par drone, des installations pétrolières saoudiennes. La moitié de la production saoudienne et 40% des capacités de production ont été détruites. La réaction des marchés a été rapide, avec un rebond des cours du pétrole de plus de 8 dollars américains sur le brent. Cette hausse intervient dans un environnement où les prévisions de demande de pétrole pour l’année prochaine avaient été revues à la baisse et où le cours baissait légèrement.

La reconstitution d’une prime de risque sur les cours du baril a soulevé plusieurs inquiétudes chez les investisseurs : la hausse des cours allait-elle se poursuivre et impacter la consommation américaine via la hausse du prix des carburants. De nouvelles attaques sont-elles possibles ? Si nous n’avons pas de réponse à la seconde question, les craintes d’une rupture de l’approvisionnement et d’une forte hausse des prix ont diminué car l’Arabie Saoudite a continué à rassurer quant à sa capacité d’exporter du pétrole et de reconstruire rapidement ses installations de production. Restent les conséquences géopolitiques de ces attaques avec un retour à des sanctions des Etats-Unis envers l’Iran et des nouvelles tensions au Moyen Orient. En conséquence, la prime de risque sur le pétrole ne s’est que partiellement dégonflée.

Dans un autre registre, la Réserve Fédérale, lors de la réunion du FOMC, a baissé comme attendu ses taux de 25 points de base. Les attentes du consensus étaient pour un discours plus clair sur la poursuite de l’assouplissement monétaire de la banque centrale américaine. Cependant, comme pour la Banque Centrale Européenne, si une large majorité des participants projette toujours la poursuite des baisses de taux, des résistances émergent de plus en plus au sein des deux comités. Les probabilités de baisses de taux d’ici la fin de l’année ont par conséquent baissé. Une seconde baisse des taux d’ici décembre n’est plus attendue qu’à 80% (100% précédemment).

En réaction au FOMC, les taux d’intérêt américains à 10 ans ont peu baissé et le dollar américain a un peu monté. Sur les marchés actions, la forte hausse des cours du pétrole dans un environnement plus favorable aux sociétés cycliques a permis la semaine dernière à ces secteurs de fortement rebondir. De manière plus globale, après avoir baissé en début de semaine suite aux attaques contre les installations pétrolières, les marchés ont rebondi, compensant ainsi la baisse du début de semaine. Ils se trouvent désormais proches de leur plus hauts de l’année.

  Actions européennes

La semaine a d’abord été marquée par l’attaque des installations pétrolières saoudiennes qui a entraîné un important rebond du brent sur la journée de lundi et fait baisser les marchés. Logiquement, les sociétés consommatrices d’énergie (cimentières, acier, compagnies aériennes) ont été pénalisées. Plus globalement, l’attaque a donné un coup d’arrêt à la rotation sectorielle en faveur des sociétés cycliques. L’aéronautique et le luxe ont également souffert alors qu’Airbus a perdu son litige contre les Etats-Unis à l’OMC (Organisation mondiale du commerce) dans l’affaire des supposées subventions de l’Union Européenne, ce qui ouvre la voie à la mise en place potentielle de droits de douane. Moncler recule fortement, son CEO déclarant en outre être prudent sur les ventes annuelles compte tenu des manifestations à Hong-Kong et des facteurs macroéconomiques.

Attentistes en amont de la décision de la Réserve Fédérale et rassurés par les propos saoudiens évoquant un retour à la normale de la production, les marchés finissent par se reprendre après la baisse des taux de la banque centrale américaine. L’indice parisien termine ainsi à un plus haut depuis 2007.

Du côté des transformations d’entreprises, Covestro a profité de la cession de ses activités de plaque de polycarbonate à SEAFIN. Le secteur du paiement a été soutenu par des perspectives de consolidation, et Wirecard a dévoilé le contenu de son partenariat stratégique avec SoftBank en particulier sur les zones prometteuses du Japon et de la Corée du Sud. Merck a obtenu l’accord des autorités américaines pour l’acquisition de Versum, nouveau vecteur de croissance pour sa division « matériaux de performance ». Enfin, Casino a profité d’informations évoquant une prochaine cession de ses magasins Leader Price à Aldi pour près de 400 millions d’euros.

  Actions américaines

Le S&P 500 et le Nasdaq sont quasi inchangés respectivement à -0,02% et +0,11% sur la semaine (à la clôture de jeudi soir) alors que l’actualité a été largement dominée par les nouvelles macro-économiques et géopolitiques. Après une attaque de drones sur les usines de Saudi Aramco, le week-end dernier, qui a mis à l’arrêt près de la moitié de la production de l’Arabie Saoudite (en baisse à 5,7m de barils de pétrole par jour contre un rythme de production moyen de 9,8m), le baril (WTI) progresse de 6% sur la semaine à 58$. D’abord en forte hausse lundi (près de +15% de hausse dans la journée) d’après une couverture des ventes à découvert, les cours du pétrole se sont stabilisés sur le reste de la semaine suite à l’indication d’une reprise plus rapide que prévue de la production en Arabie Saoudite.

Le taux sur les obligations à 10 ans du Trésor américain est en léger retrait à 1,77% après que la Réserve Fédérale a abaissé ses taux directeurs de 25 points de base lors du FOMC de mercredi, tout en laissant la porte ouverte à de nouvelles baisses de taux si l’économie ralentissait davantage. Au niveau sectoriel, les secteurs en hausse cette semaine (à la clôture du 19 septembre) sont l’énergie (+0,9%), les services aux collectivités (+1,8%) et l’immobilier (+2,4%). Les secteurs de la consommation discrétionnaire et de base sous-performent le reste du marché en baisse respectivement de -1% et -0,4%.

Du coté des entreprises, FEDEX a cédé 12,4% sur semaine après avoir réduit ses estimations de bénéfices sur l’année de 20% sur une détérioration de l’environnement macro-économique. Les chaînes de grands magasins sont également en retrait avec Macy’s qui perd -8,3% et Nordstrom (-7,6%) après que l’institut de recherche de Cleveland ait indiqué que les ventes de détail pourraient être en dessous des attentes pour le troisième trimestre. A noter également l’avertissement sur résultat de US Steel avec une réduction de 30% des estimations de l’EBITDA au troisième trimestre et avec une augmentation des prix de l’acier sur le trimestre précédent qui a été rapidement résorbée, dans un contexte de ralentissement de la demande mondiale.

  Actions japonaises

Les attaques contre des sites de production de pétrole brut saoudiens ont surpris les pays importateurs de pétrole, y compris le Japon. Elles ont néanmoins eu un impact limité sur l’indice TOPIX qui a gagné 0,36% durant la semaine. Le Japon dépend de l’Arabie Saoudite pour environ 40% de ses importations de pétrole brut, mais dispose de réserves suffisantes pour couvrir plus de 230 jours.

Les titres « Value » présentant des valorisations relativement faibles, ont continué de surperformer les actions « Growth ». Les secteurs de l’immobilier, de l’électricité et du gaz ainsi que du transport terrestre ont surperformé, à l’instar du secteur minier et des produits du charbon qui ont progressé à la faveur de la hausse des cours pétroliers. INPEX, l’un des principaux producteurs de pétrole et de gaz, a ainsi vu son titre s’apprécier de 6,07%. À l’inverse, les secteurs consommateurs d’énergie, comme le fer et l’acier, le papier et la pâte à papier ainsi que le transport aérien, se sont repliés. Le grand producteur d’acier JFE Holdings a cédé 5,04%.

Selon les dernières données publiées par l’Office National du Tourisme japonais, le nombre de touristes au Japon s’est inscrit en baisse de 2,2% sur un an en août, principalement en raison de la forte baisse du nombre de touristes sud-coréens (-48% en glissement annuel) sur fond d’intensification des tensions politiques entre les deux pays. En revanche, le nombre de touristes chinois, américains et européens a continué d’augmenter de plus de 10%.

Lors de la réunion de son comité de politique monétaire le 19 septembre, la Banque du Japon a décidé de poursuivre son programme actuel d’assouplissement monétaire à grande échelle. Elle se tient prête à prendre de nouvelles mesures d’assouplissement afin de freiner un éventuel ralentissement économique causé par la hausse de la TVA, laquelle prendra effet le 1er octobre 2019.

  Marchés émergents

Les marchés émergents ont reculé de 1% sur la semaine (cours du 19 septembre à la clôture). Les actions chinoises (indice FTSE All World Greater China) ont cédé 1,8%, le ralentissement de l’économie chinoise se poursuivant. Les mesures préventives annoncées récemment, comme la baisse du ratio des réserves obligatoires, ont manifestement été prises pour faire face à ce ralentissement, alors que les attentes de nouvelles baisses des taux de référence augmentent. Les ventes au détail se sont inscrites en hausse de 7,5% en août, contre 7,6% en juillet et des prévisions de 7,9%, tandis que la progression des ventes a été plus importante dans les zones rurales (+8,9%) que dans les zones urbaines (+7,2%). À l’inverse, les ventes automobiles ont continué de se replier (-8,1% en août). La production industrielle a augmenté de 4,4% durant le mois, contre 4,8% en juillet et des estimations de 5,2%, et le taux de chômage est resté stable à 5,2% en août contre 5,3% le mois précédent. Du côté des entreprises, Tencent Holdings Ltd et le fonds de private equity Hammer Capital ont proposé de racheter la part des autres actionnaires de la société chinoise de comparaison de véhicules Bitauto Holdings Ltd à un prix de 16 dollars américains l'action.

En Inde, la baisse de l’impôt sur les sociétés annoncée vendredi 20 septembre (de 30% à 22%) est un autre gage de la volonté du gouvernement de Narendra Modi de prendre de nouvelles mesures visant à relancer une économie en berne. Il s’agit de loin de la mesure la plus importante annoncée cette année et celle-ci est la preuve que le gouvernement commence enfin à assouplir sa politique budgétaire. Les valeurs automobiles et bancaires ont particulièrement bien réagi aujourd’hui, ces dernières figurant en effet parmi les principales entreprises contribuables. Les nouvelles entreprises établies après le 1er octobre 2019 devront s’acquitter d’un impôt de 15% (une mesure complémentaire à l’assouplissement de la réglementation en matière d’investissement direct étranger annoncé il y a quelques semaines) afin d’attirer les sociétés étrangères.

Au Brésil, la banque centrale a baissé son taux directeur de 0,5% conformément aux attentes, les analystes ayant tablé sur un maintien de sa politique accommodante. SoftBank s’est engagée à doubler sa participation de 8,1% au capital de Banco Inter, une banque brésilienne spécialisée dans les prêts en ligne qui propose des produits sans frais. La thématique de la croissance durable des paiements mobiles dans la région a franchi une nouvelle étape importante, Linx (spécialiste des solutions technologiques pour les activités de détail) ayant annoncé la formation d'un nouveau partenariat avec AME (fintech de plateforme commerciale mobile). Linx intégrera le portefeuille mobile d’AME avec ses clients particuliers par le biais de ses solutions de logiciels de gestion, ce qui représente une nouvelle initiative stratégique majeure après l’annonce du partenariat avec MercadoLibre. Dans le secteur de l’énergie, Petrobras a fait part d’une hausse des prix du diesel (4,2%) et de l’essence (3,5%), la société restant déterminée à mettre en œuvre sa politique tarifaire.

  Dettes d'entreprises

 

Crédit

La tendance a été mitigée sur la semaine face aux tensions au Moyen-Orient et au retour du risque en Italie (départ de Matteo Renzi du Parti Démocrate). Comme attendu, la Réserve Fédérale a réduit son principal taux d’intérêt directeur de 25 points de base mais a donné peu d’indication sur ses intentions pour les prochains mois. Dans ce contexte, l’indice Xover s’est écarté de 7 points de base entre lundi et jeudi et le Main de 2 points de base.

La chaine espagnole de supermarchés, Dia, a publié des résultats décevants au premier semestre. Son chiffre d’affaires chute de 7% et les ventes sont en baisse de 8%. Le groupe termine ainsi le semestre sur une perte nette de 419 millions d’euros. La société, détenue à 70% par LetterOne indique cependant être «tout à fait préparée à affronter les défis, avec une structure de capital solide à long terme ». Les obligations Softbank ont été sous pression sur la semaine après les rumeurs de retrait potentiel des promesses d’investissement dans le fonds Vision. On note aussi une légère pression sur l’émetteur Vallourec suite au changement de management. Casino a confirmé être rentré en discussion avec Aldi concernant la vente de Leader Price, le marché a réagi positivement à la nouvelle qui indique une concrétisation du plan de cessions de Casino. Les négociations entre Thomas Cook et ses créanciers sont toujours en cours, le groupe a annoncé que la date du vote sur le plan de restructuration financière sera repoussée au 27 septembre prochain. Par ailleurs, selon la presse allemande, Thomas Cook et TUI envisageraient de rapprocher leurs compagnies aériennes Condor et Tuifly.

Le marché primaire a été très dynamique sur la semaine. Vendredi 13 septembre, Altice a émis 2,55 milliards d'obligations en trois tranches de maturité 2028 et 2025 en euros et dollars américains. La demande élevée pour les titres a permis au groupe d’augmenter la taille initialement prévue (1,5 Mds €). Du côté de la dette financière, les émissions de Senior Non Preferred et Senior Preferred ont été nombreuses, certains émetteurs (Société Générale, Caixabank) ont ainsi finalisé leur plan d’émission de seniors pour 2019. Barclays et Nationwide ont émis des obligations AT1 (coupon de 6,375% et 5,875%) très bien accueillies par le marché avec des carnets d’ordres jusqu’à 6 fois sursouscrits. Enfin, les assureurs Generali et Allianz ont annoncé des offres de rachats sur certaines de leurs obligations Tier 2 tout en annonçant l’émission de nouvelles obligations Tier 2. Allianz a d’ores et déjà placé son obligation pour 1 milliard d’euros avec un coupon de 1,301%. Achmea a aussi procédé à l’émission d’une RT1 et d’une Tier 2 pour 500 millions d’euros et 250 millions d’euros (coupon de 4,625% et 2,5%).

Convertibles 

Plusieurs émissions ont animé le marché des obligations convertibles sur la semaine. Ubisoft Entertainment (éditeur et distributeur de jeux vidéo) a émis 500 millions d’euros d’obligation convertible à 5 ans avec une prime 65%, cette émission servira au financement de l’exercice du « call » sur l’obligation convertible d’échéance 2021. SailPoint (société de petite capitalisation dans le logiciel de gestion d'identité) a émis 300 millions de dollars américains d’obligation convertible à 5 ans, avec un coupon de 0,125% à 0,625% et une prime entre 32,5% et 37,5%. Etsy (E-commerce) a émis 650 millions d’euros d’obligation convertible avec 0,125% et 47,5% de prime, principalement pour le financement de rachat d’actions et les besoins généraux de l’entreprise.

Enfin, RWT Holdings Inc. (société d’investissement immobilier cotée et filiale de Redwood Trust) a émis 175 millions de dollars américains d’obligation convertible échangeable en actions Redwood Trust avec 5,75% de coupon et une prime de 10%, pour le remboursement partiel de leur échéance 2019.

Achevé de rédiger le 20/09/2019

Elément complémentaire