L'Hebdo Eco du 22 octobre 2018

L'hebdo des économistes - 24/10/2018

À retenir cette semaine

L’œil des économistes : Poursuite du ralentissement de la croissance du PIB en Chine et perspectives pour l’équivalence boursière accordée par l’Union Européenne à la Suisse

  • En Chine, la croissance du PIB a ralenti de 6.7% à 6.5% au troisième trimestre mais la demande intérieure montre des signes de stabilisation. La poursuite de la politique de relance par les autorités
  • devrait permettre une stabilisation de l’activité, selon notre scénario. Le caractère mesuré du ralentissement et les mesures macroprudentielles limiteraient le potentiel de baisse du yuan contre dollar
  • En Europe, la Commission européenne avait pris la décision en décembre 2017 d’accorder l’équivalence boursière à la Suisse pour une durée limitée à l’année 2018
  • Elle a conditionné le renouvellement de cette équivalence à des avancées significatives sur l’accord- cadre de simplification des accords bilatéraux entre la Suisse et l’Union Européenne
  • Même si un accord définitif n’était pas trouvé d’ici la fin de l’année, une prorogation de l’équivalence boursière pourrait être possible sur la base des progrès effectués selon notre analyse
  • Toutefois, si ce n’était pas le cas, le non-renouvellement de celle-ci aurait des conséquences négatives sur les futures relations bilatérales entre la Suisse et l’UE, et les marchés financiers

Focus Marchés Immobiliers : évolution en Allemagne, France, Italie et Espagne

  • En Zone Euro, les indicateurs de solvabilité et de prime de risque ont montré une amélioration des marchés immobiliers résidentiels espagnols, italiens et français
  • Les prix immobiliers sur les marchés résidentiels ont progressé depuis 2013 de 24.2% en Allemagne, 18.8% en Espagne, 4.4% en France mais ont poursuivi leur baisse en Italie (-10.7%)
  • Le marché allemand est caractérisé par un déficit de logements et une désynchronisation avec le cycle immobilier mondial ; celui en France a été soutenu par les dispositifs fiscaux
  • Le marché espagnol a bénéficié de l’amélioration de la solvabilité des ménages et de la demande étrangère. En Italie, le stock de logements invendus a alimenté la baisse des prix
  • La croissance des prix immobiliers en Allemagne, en France et en Espagne va peser sur la solvabilité des ménages
  • Toutefois leurs niveaux ne laissent pas attendre de retournement brutal de ces marchés résidentiels mais une stabilisation

Pour recevoir l’intégralité de cette publication et vous abonner, veuillez demander à votre contact habituel du groupe Edmond de Rothschild ou écrivez à macro-eco@edr.com