Les banques centrales apportent de la sérénité

Stratégie d'allocation d'actifs - 07/02/2019

Les banques centrales continuent de déterminer la dynamique des marchés à un point qui aura rarement été aussi spectaculaire ce mois de janvier.

Rappelons que le krach boursier du dernier trimestre s’est produit dans un contexte où la Réserve Fédérale confirmait la contraction de son bilan (et donc de fait de la liquidité) en mode « autopilote » et le programme de hausse des taux alors que l’économie mondiale multipliait les signes de ralentissement en Chine et en Europe. 

La BCE et la Fed amorcent un virage significatif 

L’effondrement s’est transformé en rebond dès que Jerome Powell, lors d’un discours le 4 janvier dernier, a sensiblement assoupli la communication de la Réserve Fédérale. Cette envolée s’est notamment poursuivie après le comité de politique monétaire du 30 janvier quand il a officialisé de façon plus concrète l’intention de la banque centrale d’être « patiente » concernant les hausses de taux et sa volonté de réduire moins drastiquement son bilan qu’initialement prévu.

La BCE a également accompagné cet assouplissement de politique monétaire dans sa communication en déclarant être en phase avec les marchés, qui ne pensent pas que la banque centrale sera en mesure de remonter ses taux cette année, contrairement à ce que la BCE répétait jusqu’ici.

A retenir
  • Prise de profits sur les actions européennes et américaines
  • Surpondération des actions émergentes

En l’espace d’un mois, les deux grandes banques centrales auront amorcé un virage très significatif vu que pour une période indéterminée, les seules nouvelles à attendre d’elles ne vont plus dans le sens du durcissement mais de l’assouplissement (annonce de TLTRO pour la BCE, d’assouplissement de la politique de contraction du bilan de la Fed). Elles apportent de la sérénité en évacuant les principales craintes des investisseurs au quatrième trimestre. 

Les actions émergentes pourraient bénéficier du retournement haussier de l’économie chinoise 

D’une façon tactique, nous prenons des profits sur les actions européennes et américaines, tout en conservant une surpondération des actions émergentes. En effet, une fois que les marchés auront bien intégré la plus grande neutralité des banques centrales, ils se pencheront davantage sur la conjoncture et les risques politiques. Or, l’environnement économique montre toujours des signes de ralentissement, notamment en Europe où les industriels allemands affichent des perspectives de plus en plus déprimées et les risques politiques perdurent.

Les actifs émergents ont sensiblement surperformé ces dernières semaines. La pause de la Réserve Fédérale et les déclarations constructives accompagnant les négociations commerciales sino-américaines sous-tendent un tel mouvement mais commencent à être convenablement intégrés dans les cours. Nous maintenons donc une surpondération sur les actions émergentes dans l’anticipation (assez hors consensus) d’un retournement haussier de l’économie chinoise.

    Nos vues pour février Evolution par rapport au mois précédent
ACTIONS
US
Europe
  Euro
  Royaume-Uni
Japon
Emergents
TAUX
US
Euro
Investment Grade
High Yield
Monétaire
DIVERSIFICATION    
Convertibles Euro
Dollar
A suivre
  • Prochaine réunion de la BCE : 7 mars
  • Prochaine réunion de la Boj : 14 et 15 mars
  • Prochaine réunion de la Fed : 19 et 20 mars

 

Elément complémentaire