L'Hebdo Eco du 15 octobre 2018

L'hebdo des économistes - 18/10/2018

À retenir cette semaine

L’œil des économistes : Le budget italien va-t-il provoquer la résurgence de la crise de la zone euro ?

  • En Italie, le projet de loi de finances, voté par le parlement le 11 octobre, a confirmé une détérioration des déficits budgétaires et structurels du pays, ce qui a soutenu une nouvelle hausse des rendements
  • Dans l’attente, d’ici fin octobre, de l’avis de la Commission Européenne et des décisions des agences de notation, la volatilité sur les rendements italiens pourrait rester forte
  • Toutefois, selon notre analyse, le très faible risque d’une sortie de l’Italie de la zone euro et la structure de détention de la dette italienne, pourraient limiter le potentiel de hausses de ces rendements à terme
  • Bien plus, la détermination affichée par la BCE depuis 2012 à empêcher tout effet de contagion de la défiance, devrait continuer d’empêcher une diffusion des inquiétudes aux autres pays de la zone euro
  • De fait, les tensions obligataires sur la dette italienne ne devraient pas induire de hausse des autres rendements périphériques et, ainsi, ne pas provoquer une résurgence de la crise de la zone euro
  • Malgré cela et même si la défiance à l’égard de l’Italie s’atténuait légèrement début 2019, l’euro ne devrait pas connaître d’appréciation durable et marquée face au dollar, selon notre analyse

Focus Suisse : Bilan du premier semestre et perspectives de court terme pour l’économie suisse

  • Le bilan du premier semestre montre que l’économie suisse a bénéficé d’un environnement conjoncturel à l’étranger favorable et d’un franc plus faible
  • Ainsi, elle connaît acctuellement une phase de haute conjoncture, ce qui a favorisé une évolution positive du marché du travail
  • En outre, l’inflation continue sur sa tendance haussière mais reste dans la zone de stabilité des prix, ce qui a conduit la BNS à maintenir sa politique monétaire accomodante
  • Nous prévoyons une croissance soutenue au second semestre 2018 mais légèrement plus faible qu’au premier semestre
  • La BNS devrait opter pour un statu quo monétaire en décembre car l’inflation ne devrait pas connaître de forte accélération

 

Pour recevoir l’intégralité de cette publication et vous abonner, veuillez demander à votre contact habituel du groupe Edmond de Rothschild ou écrivez à macro-eco@edr.com