Préserver la biodiversité urbaine en sensibilisant nos collaborateurs

Actualité - 21/01/2019

En faisant découvrir l’apiculture aux 850 collaborateurs présents à Paris, nous cherchons, à notre échelle, à participer à la réhabilitation de la biodiversité en milieu urbain.

La préservation de la biodiversité est considérée comme un enjeu majeur du développement durable. La disparition des espèces est très souvent le signe le plus visible de l'érosion de la biodiversité. En Europe, on estime que 42 % des animaux terrestres et des plantes ont enregistré un déclin de leurs populations au cours de la dernière décennie.

80% des insectes volants ont disparu en trente ans



L’une des espèces les plus menacées est celle des abeilles, qui ont pourtant un rôle nécessaire à la reproduction des plantes. Les abeilles sont les garantes de l’équilibre des écosystèmes et de notre agriculture car centrales au processus de pollinisation dont dépendent 80% des plantes à fleurs du monde. Cette espèce est aujourd’hui fortement menacée : produits phytosanitaires, réchauffement climatique, manque de biodiversité dans les cultures et développement du tissu urbain ont conduit à une disparition de 100 000 ruches en 20 ans dans l’hexagone.

Pour remedier à cette menace, le groupe Edmond de Rothschild s’engage, à son échelle, à la réhabilitation de la biodiversité en milieu urbain en collaboration avec la société de conseil en environnement Ekodev. Depuis 2012, 4 ruches ont été placées aux abords immédiats de l’un de nos bâtiments parisiens. 140 000 abeilles bénéficient aujourd’hui de la diversité florale et végétale parisienne 

140 000 abeilles bénéficient aujourd’hui de la diversité florale et végétale parisienne



Cet engagement se poursuit également avec la mise en place de deux hôtels à insectes dans les jardins de la banque à Paris. Ces hôtels attirent les insectes et arachnides, utiles à la survie hivernale des abeilles (pollinisation, prédateurs de parasites et ravageurs). En été, ils servent de support de ponte à des espèces comme les abeilles maçonnes. De nombreux nichoirs et garde-mangers ont également été installés afin de nourrir et abriter la faune utile aux jardins.

Grâce à ces actions et à la multiplication du nombre de ruches sur les différents sites du groupe (Paris, ferme des Trente Arpents, Château Clarke, domaine du Mont d’Arbois), mais aussi en Suisse, Afrique du Sud, Israël et au Cameroun. Notre production de miel est passée de quelques kilogrammes il y a 5 ans, à 675kg en 2018.